InFOrmation syndicale

22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 27 MAI À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE --- 27 MAI ASSEMBLÉE GÉNÉRALE AUDACE --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- ...

02 février 2009

Communiqué de l'UD CGT FO au lendemain de la journée du 29 janvier 2009


Plus de 2 millions de salariés du public et du privé ont manifesté hier sur l'ensemble du territoire (55 000 à Nantes, 25 000 à St Nazaire, 2 500 à Ancenis et 1 500 à Châteaubriant). Nombreux sont celles et ceux qui ont fait grève. Cette mobilisation rarement atteinte démontre que les salariés sont prêts à se dresser contre la politique actuelle de contre-réformes et pour les revendications.

Le gouvernement et le patronat vont-ils entendre le message ?

La déclaration du Président de la République hier soir ne laisse rien augurer de bon. Le chef de l'Etat a annoncé qu'il rencontrerait « durant le mois de février » les organisations syndicales et patronales, « afin de convenir du programme de réformes à conduire en 2009 et des méthodes pour le mener à bien ».

De quelles « réformes » s'agit-il ? Des « contre-réformes » déjà annoncées ? Des 30 000 suppressions de postes dans la fonction publique, des 20 000 dans le secteur hospitalier ? Et de toutes les autres « contre-réformes » du même genre à commencer par la limitation du droit de grève ? Et il voudrait associer les organisations syndicales à cela !!!

Aujourd'hui, des centaines de milliers de salariés sont en chômage partiel dans l'automobile, mais également dans de nombreux secteurs (comme à Manitou ou aux Chantiers Navals). Les plans sociaux se multiplient à un rythme jamais vu, à tel point que certains commentateurs annoncent 1 million de chômeurs de plus à la fin de l'année et un recul des richesses produites en 2009. Une première depuis la guerre. La situation est dramatique pour les salariés et plus généralement pour ceux qui vivent de leur travail. Elle est dramatique pour le service public et les hôpitaux. Mais elle ne l'est pas pour les dirigeants des grandes entreprises. Les bénéfices des 40 plus grandes entreprises françaises devraient atteindre 94 milliards d'euros en 2008. Plus de la moitié de ces entreprises annoncent déjà une augmentation des dividendes versés aux actionnaires en 2009.

D'un côté, les spéculateurs et les banquiers engrangent les bénéfices, reçoivent des milliards et des milliards de l'Etat, c'est à dire notre argent, de l'autre, on saigne ceux qui vivent de leur travail, on détruit les services publics et on affaiblit la sécurité sociale.

Si le gouvernement ne veut pas prendre les mesures d'urgence qu'exige cette situation, la question de la grève interprofessionnelle jusqu'à satisfaction des revendications sera posée. En tout état de cause, l'Union départementale CGT-FORCE OUVRIERE de Loire-Atlantique n'acceptera pas de se laisser entraîner sur le terrain des journées d'action à répétition.

C'est la raison pour laquelle, l'Union départementale CGT-FORCE OUVRIERE appelle les syndicats et sections syndicales à provoquer des prises de position intersyndicales allant dans ce sens.

Comme en Guadeloupe, nous devons nous préparer à bloquer le pays *.

Nantes, le 30, janvier 2009

* Depuis le 20 janvier, la Guadeloupe est en grève générale, avec toutes les organisations syndicales, sur une plateforme revendicative de 25 points, avec entre autres l'exigence d'une augmentation des salaires de 200 € pour tous et la baisse des prix (eau, transport, carburants...).



Mesures urgentes qu'exige la situation :

  • Augmentation générale des salaires,
  • Aucun licenciement, nationalisation et renationalisation des secteurs clés de l'industrie et du secteur bancaire si nécessaire,
  • Indemnisation totale du chômage partiel,
  • Blocage des compteurs à 40 ans pour préparer le retour aux 37,5 annuités pour tous et retour aux mesures des pré-retraites,
  • Abandon du plan de 20 000 suppressions d'emplois dans les hôpitaux et du projet de loi Bachelot,
  • Abandon du plan de 30 000 suppressions d'emplois et de la RGPP dans la Fonction publique,
  • Retour au monopole public de la poste,
  • Arrêt des exonérations de sécurité sociale tous azimuts, suppression des franchises et arrêt des déremboursements de médicaments,.
  • Abrogation de la loi du 20 août 2008 et libre désignation des délégués syndicaux,
  • Abandon de toutes les mesures de limitation du droit de grève…

Note: Union Départementale Force Ouvrière de Loire Atlantique