InFOrmation syndicale

22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 27 MAI À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE --- 27 MAI ASSEMBLÉE GÉNÉRALE AUDACE --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- ...

25 septembre 2009

ASSEMBLEE GENERALE DE MILITANTS


Quelque 250 militants Force Ouvrière ont participé à l'assemblée de rentrée qui s'est déroulée à la Bourse du travail de Nantes le 7 septembre dernier.

Patrick Hébert y a fait le compte-rendu de la commission exécutive confédérale qui venait de se tenir quelques jours auparavant.

Les conclusions de la CE confédérale vont dans le sens des attentes militantes : preuve est faite, et archi faite, du fiasco des manifs saute-mouton ; FO a raison de mettre la CGT et la CFDT devant leurs responsabilités en réitérant sa proposition de grève interprofessionnelle.


MANITOU ET LA CRISE ECONOMIQUE | TRAVAIL DU DIMANCHE | FORFAIT HOSPITALIER | CGT-CFDT MANIFS SAUTE MOUTON | LA LOI DE REPRESENTATIVITE ANTI-SYNDICALE | POLE EMPLIOI ET CGT | DANS LA CGT... | FO POUR UNE GREVE FRANCHE | UNE SITUATION EXPLOSIVE | POUR UN RASSEMBLEMENT NATIONAL FO - - - VOICI (enfin) NOTRE REPORTAGE EN TECHNICOLOR

Quoi qu'en disent les experts (ceux qui n’avaient rien vu venir, et qui aujourd’hui voient la fin de la crise), les plans de licenciements se multiplient . Le gouvernement envisage une nouvelle augmentation du forfait hospitalier et de nouveaux déremboursements de médicaments. Il invente un nouvel impôt : «la taxe carbone» avec l'appui de presque toute la classe politique, de la CGT et de la CFDT . Comme d’habitude, le vieil adage des fiscalistes sera appliqué : « Il vaut mieux faire payer les pauvres, ils sont plus nombreux ».
Et il y a les multiples augmentations, par exemple de l’électricité, qui frappent les salariés, les suppressions de postes dans la fonction publique (en particulier l’enseignement), la poursuite du démantèlement de la République via la RGPP et la réforme Balladur, la privatisation de la Poste, la réforme hospitalière et celle des retraites prévue en 2010, etc.

Le gouvernement compte sur l’aide de la direction de la CGT et de la CFDT pour faire passer toutes ces mesures. Il spécule aussi sur la démoralisation de la classe ouvrière. Sur ce point, parions qu’il se trompe.

Bien sûr, pour l’instant, il n’y a pas beaucoup de perspectives. Mais le refus de notre Confédération de cautionner les journées d’action stériles (et le maintien de la proposition d'une grève interprofessionnelle pour bloquer le pays) est un point d'appui pour les semaines à venir. Le Comité Confédéral National se réunira début octobre pour discuter de la situation et des perspectives d'action à venir.

Michel le Roch


MANITOU ET LA CRISE ECONOMIQUE

*** ***
Pour Manitou, les commandes restent au plus bas. Je prends cet exemple, parce que c'est une boite qui travaille à 50% pour le bâtiment, 25% pour l'agriculture, 25% pour l'industrie. Donc, l'activité de Manitou reflète assez bien la situation économique dans ce pays.

LE TRAVAIL DU DIMANCHE
*** ***
Cet été, le gouvernement a pris, d'une manière très courageuse, des mesures sur le travail le dimanche, en créant des P.U.C.E. (Périmètre Urbain de Consommation d'Exception)

LE FORFAIT HOSPITALIER
*** ***
Je rappelle que ce forfait hospitalier a été créé en 1983 par le 1er gouvernement de la "gauche", par Jacques Ralite, ministre communiste. Aujourd'hui il passe à 16 euros, il est question de le pas...

CGT-CFDT ET MANIFS SAUTE MOUTON
*** ***
Alors que le gouvernement ne répondait pas aux revendications, alors qu'à l'évidence, ce n'était pas les manifestations à répétition qui allaient régler les problèmes, malgré la proposition de la confédération FO d'une grève franche de 24h, CGT et CFDT avec les autres ont continué à faire des manifestations...

LA LOI DE REPRESENTATIVITE ANTI-SYNDICALE
*** ***
CGT et CFDT se sont mis d'accord pour poursuivre et accélérer la mise en place de la loi sur la représentativité syndicale

J.C. Mailly - le Parisien du 7 septembre 2009 - Propos recueillis par Catherine Gasté-Peclers

Comment s’annonce cette rentrée sociale?
Jean-Claude Mailly. Que l’on soit bien clair, la crise se poursuit malgré tout ce qu’on raconte. Elle sera finie le jour où les investissements et les créations d’emplois reprendront. Nous en sommes malheureusement encore loin. On s’attend à 800 000 chômeurs de plus cette année. Il y a de plus en plus de plans sociaux et de suppressions d’emplois. Ce qui me frappe, c’est la perte de confiance des salariés et un sentiment de révolte profond contre l’accroissement des inégalités. Que le gouvernement et le président de la République fassent attention, ils sous-estiment beaucoup ce sentiment d’injustice. Maintenant les syndicats doivent regarder ensemble ce que l’on peut faire pour être efficaces et se faire entendre.

Irez-vous à la réunion souhaitée par la CGT et la CFDT, et qui pourrait se tenir demain ou, au plus tard, dans les prochains jours?

On verra, mais pour faire quoi? J’ai déjà dit que, le 8 septembre, nous ne pouvions pas. Tout semble vouloir être arrêté d’avance. La CGT n’a pas attendu pour appeler les salariés et les autres centrales à une mobilisation le 7 octobre prochain contre la crise. Ça ne marche pas comme ça. D’autant que, le 7 octobre, c’est avant tout une date arrêtée dans le cadre de la Confédération syndicale internationale pour sensibiliser sur les normes du travail. On fera un colloque, comme prévu, pas une manifestation. Comme l’an dernier, FO ne mélangera pas les choses. 


Entre FO et les grandes centrales, le courant ne semble plus passer. Qu’est-ce que cela cache?
Est-ce la rentrée des classes qui veut cela? On a un peu l’impression de chamailleries dans la cour de récréation. L’heure n’est pas à la polémique, mais il faut se poser les vraies questions. Quelle est la situation des salariés? Comment être efficace syndicalement? L’unité d’action est un levier, mais cela suppose que l’on soit d’accord sur les revendications et sur les objectifs. Par exemple sur les modalités, nous avons des positions différentes.

Vous réclamez une grève de vingt-quatre heures, ce qui vous oppose à la CGT et la CFDT. Pourquoi privilégier ce mode d’action?
Au printemps dernier, après le succès des deux premières manifestations du 29 janvier et du 19 mars, nous avons considéré qu’une de plus ne ferait pas bouger le gouvernement et finirait surtout par lasser les salariés. C’est ce qui s’est produit lors de la journée du 13 juin. Aujourd’hui le débat demeure. Une manifestation de plus dans le contexte actuel, cela va servir à quoi? FO n’est pas une armée avec un général et des troupes qui répondent aux ordres.


L’unité syndicale est donc bien morte…
L’unité d’action n’a pas vocation à être permanente. Elle peut s’arrêter et reprendre à tout moment. Pour FO ce n’est pas une obligation d’afficher un communiqué commun tout le temps, notamment si le but recherché, représentativité et congrès obligent, est surtout de montrer que le syndicalisme rassemblé ça marche. Je n’ai jamais cru au syndicalisme rassemblé. Chaque syndicat doit être libre.

Les divisions ne sont pourtant pas payantes...
C’est vrai, mais dans le même temps les journées de manif à répétition non plus, ce n’est pas payant. Si l’objectif est de sortir les drapeaux, ce n’est pas la façon dont FO voit les choses. Cela ne nous empêche pas d’être sur le terrain auprès des salariés et d’avoir des initiatives. Au mois d’octobre nous allons réunir quelques centaines de délégués syndicaux d’entreprises en difficulté pour débattre et entendre ce qu’ils attendent. On n’est pas au cinéma, on est dans la réalité sociale.

Dans les conflits durs de cet été, comme New Fabris ou encore Continental, les leaders syndicaux se sont vu reprocher de ne pas être aux côtés des salariés. Qu’en pensez-vous?
Je me refuse à des visites pour faire des opérations de com. Les salariés attendent des réponses et il faut pouvoir leur en donner. Cela ne veut pas dire qu’on ne fait rien. Dans certains de ces dossiers, il m’est arrivé d’intervenir auprès des PDG et d’activer tous les réseaux possibles.

Vous condamnez les actions radicales, comme les séquestrations?
Non, car je les comprends, à condition que cela se fasse dans la dignité. Mais je ne dis pas qu’on appelle les salariés à faire cela. Une chose est sûre, il y en aura d’autres. Comment peut-il en être autrement?


POLE EMPLIOI ET CGT
*** ***
Dans le même temps, le gouvernement a décidé de privatiser le placement de 320.000 chômeurs. Ce marché représente un budget sur 2 ans, de 422 millions d'euros et 22% de marché a été confié à SECAFI ALPHA. SECAFI-ALPHA est une entreprise d'expertise pour la CGT...

DANS LA CGT...
*** ***
Dans la CGT, la révolte gronde...

FO POUR UNE GREVE FRANCHE
*** ***
L'unité n'est pas une fin en soi, l'unité est un instrument pour l'efficacité des revendications... La Confédération reprend sa liberté et son indépendance et ne participera pas aux initiatives unicitaires proposées par la CGT et la CFDT. Mais elle maintient sa proposition de grève franche sur la position: "Il faut bloquer le pays"...

UNE SITUATION EXPLOSIVE
*** ***
En cette rentrée, il y a une situation d'attente. Il est certain que les problèmes sont devant nous. Par conséquent, il est certain que l'action va se trouver posée, à un moment ou à un autre... La position de FO, c'est maintenir cette perspective de grève franche, en continuant à la proposer aux autres confédérations...

POUR UN RASSEMBLEMENT NATIONAL FO
*** ***
Beaucoup de camarades considèrent que la Confédération doit organiser, au plan national, un rassemblement FORCE OUVRIÈRE, soit sous forme de manifestation, soit sous forme de meeting, comme à BERCY en 1995...


Note: FO44 production