InFOrmation syndicale

22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 27 MAI À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE --- 27 MAI ASSEMBLÉE GÉNÉRALE AUDACE --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- 6 JUIN DE 9H15 À 11H15 RÉUNION D'INFORMATION « COMMENT DÉCRYPTER LES COMPTES DE RÉSULTAT EN COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : PASSER DES CHIFFRES À L’ACTION » --- 17 JUIN DE 14H15 À 16H30 RÉUNION D'INFORMATION « ÉPARGNE SALARIALE » --- ...

16 octobre 2009

Interview: SYLVIE MOISAN : NOUS SOMME LA SEULE CONFÉDÉRATION À PROPOSER CETTE GRÈVE


- Ouest Syndicaliste : Peux tu nous rappeler les raisons de la grève au CHU ?


Sylvie Moisan : Depuis le printemps 2008, le Chu de Nantes est confronté à une insuffisance budgétaire, (équivalent à un milliard d’euros pour la quasi-totalité des hôpitaux français).

Sur injonction ministérielle, un plan de retour à l’équilibre a été imposé. Au Conseil d'administration, seuls les 4 représentants du personnel ont voté contre. Ce plan de retour à l’équilibre incluait la remise en cause de tous les acquis locaux dérogatoires au statut.

Au printemps 2008, FO avait appelé, avec la CFTC et SUD, à la grève contre la mise en place de ce plan. Déjà la CFDT et la CGT estimaient que ce n’était pas le moment de se mettre en grève.

En mai 2009, la Direction reçoit chaque organisation syndicale une à une pour expliquer la déclinaison de la remise en cause des acquis locaux et des droits statutaires : entre autres : le déroulement de carrière, qui conduirait à une perte de 600 à 1500 euros en moyenne tous les 3 ans suivant les grades ; la suppression de 4 jours de congés annuels correspondant à des jours d’habillage déshabillage (un acquis dérogatoire pour certains, la stricte application du Code du Travail pour d’autres) etc…


- OS : Quelles furent les réactions syndicales ?


S. Moisan : Les organisations syndicales se sont rencontrées. FO et Sud voulaient informer le personnel lors d’AG et poser le cadre qui nous donnerait une chance de gagner : la grève.

Fin de non recevoir de la CGT et de la CFDT.

Lors d'une AG de rentrée le 1er septembre, nous avons décidé de prendre nos responsabilités et d’appeler à la grève illimitée à compter du 10 septembre, date à laquelle le CHU de Rennes et le CH du Mans appelaient à une journée d’action. Sud a également défendu cette position.

La CGT et la CFDT campaient sur leur refus. La CGT distribuait même une information le 3 septembre faisant porter la responsabilité d’une absence de mobilisation sur les salariés, et jusqu’au 9 septembre passait dans les services en disant de ne pas faire grève.


- OS : Alors pourquoi la CGT rallie la grève le lendemain 10 septembre?


S. Moisan : Coup de théâtre ! Le personnel des services techniques, majoritairement syndiqué à la CGT, prend la décision le 10 de filtrer les accès sur les quais d’approvisionnement, pour favoriser la grève dans les services. La CGT appuie du coup leur initiative.

Le premier jour de grève , le personnel se mobilise à hauteur de 7 %. Mobilisation inférieure le vendredi, du même ordre le lundi et seulement à hauteur de 12 % le mardi au 6ème jour d’appel à la grève. Manifestement, le rapport des forces reste insuffisant.

FO prend donc la décision de demander par écrit le 15 septembre l’ouverture de négociations. Nous en informons l’AG et lui proposons de se rendre à la Direction sur ces bases. Vote unanime de l’AG.

La Direction nous informe qu’elle peut nous recevoir dès mercredi. Ce que nous acceptons. Lors de l’AG du mercredi, nous appelons au lever du blocage, mais à la poursuite de la grève en attendant ce que nous propose la Direction.


- OS : Avez-vous obtenu quelque chose ?


S. Moisan : Les négociations sont ouvertes. Nous négocions sur nos revendications.

D’ores et déjà, le déroulement de carrière est maintenu pour 2010. C’est à dire 2 millions d’euros directement dans le porte-monnaie des salariés. Pour nous c’est une première victoire. Surtout quand on se rappelle que nos salaires n’ont augmenté que de 0,5% en juillet et que l’Observatoire de l’Hospitalisation publique estime que les Hôpitaux auraient dû dépenser 227 millions de moins en 2008.

La direction accepte de négocier sur les 4 jours d’habillage/ déshabillage et sur la titularisation des contractuels. Prochaine rencontre lundi après-midi 21 septembre.


- OS : En guise de conclusion provisoire?


S. Moisan : La volonté de FO de proposer le cadre d’organisation permettant aux Hospitaliers de combattre a entrainé la CGT à appeler à la grève. Le principe du vote de la grève illimitée au CHU de Nantes, avec blocage, contrairement aux nombreuses journées d’action décidées dans les hôpitaux français, a été décisif.

La CGT a voulu récupérer le mouvement, et surtout emmener les Hospitaliers dans le mur, puisqu’à aucun moment elle n'a donné une perspective de mobilisation nationale.

Bien au contraire : dans le discours cegétiste, l’unique responsable des plans d’économies sur le CHU, c’est la directrice nantaise!

Le CHU de Nantes est à ma connaissance le seul CHU où la négociation obtient un recul de la Direction, et donc du Ministère. Nous nous battons pour arracher un compromis honorable.

Notre position est comprise de la grande majorité des Hospitaliers. Et nous expliquons à ceux qui veulent continuer à en découdre que l’étape supplémentaire c’est l’organisation de la grève interprofessionnelle, pour bloquer le pays, avec AG du personnel gréviste.

Et nous rappelons que nous sommes la seule confédération à proposer cette grève.


Note: Interview de Sylvie Moisan, secrétaire du syndicat FO des Hospitaliers nantais, dans L'Ouest-Syndicaliste n°559