InFOrmation syndicale

1er MAI "JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE DES TRAVAILLEURS" À 10H30 PLACE DE BRETAGNE AVEC FO CGT FSU SOLIDAIRES --- 22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- ...

07 novembre 2009

AG DES HOSPITALIERS NANTAIS ET NAZAIRIENS


Près de 15o militants ont participé aux assemblées générales annuelles des syndicats hospitaliers FO, de Nantes et de Sint-Nazaire.


Didier Bernus, secrétaire général de la Fédération des Hospitaliers Force Ouvrière, avait spécialement "bloqué" deux jours sur son agenda pour débattre avec les syndiqués nantais et nazairiens.
voir l'interview : http://fo44.free.fr/modules.php?name=News&file=article&sid=667

Luc Delrue, secrétaire fédéral adjoint, indisponible le 30 septembre, assistait à l'AG nazairienne.

Jean-Jacques Péaud, secrétaire fédéral régional, Gérard Caillon, secrétaire départemental du syndicat et secrétaire de l'union locale FO de St-Nazaire, ainsi que Patrick Hébert, secrétaire de l'UD, participaient aussi à ces deux rendez-vous militants.


Voilà maintenant plus d'un quart de siècle, que, de contre-réforme en contre-réforme, les gouvernements successifs (de toutes couleurs politiques) ont entrepris et poussé toujours plus loin la casse du service public hospitalier, la nouvelle loi "Hôpital, patients, santé et territoires" (HPST), plus connue sous l'appellation de loi Bachelot, valant antichambre de la privatisation terminale.

Il se trouve, qu'avant même de devoir encaisser les nouveaux dispositifs meurtriers de la loi HPST, les deux principaux hôpitaux du département subissent déjà de plein fouet les conséquences de l'empilement, presque trentenaire, des contre-réformes imposées en force par les gouvernements successifs.

Au CHU de Nantes, un plan drastique de "retour à l'équilibre" (comptable) remet en cause les "acquis locaux" des agents. A l'heure où nous mettons sous presse, d'âpres discussions se poursuivent entre FO et la direction du CHU, suite au conflit généré par ce plan de retour à l'équilibre. L'ouverture de ces négociations sur les points voulus par FO est un premier succès.

Au CH de St-Nazaire, ces acquis locaux sont déjà passés à la trappe... depuis bien des années. Et sans même attendre la loi Bachelot, le conseil d'administration de l'hôpital a anticipé depuis belle lurette la philosophie de la loi HPST, en décidant la mise en place d'une "cité sanitaire", où le partage des tâches entre "l'opérateur" hospitalier public et l'opérateur privé, conforme aux préconisations de l'Union européenne, constitue la négation consommée du service public républicain ... Il faut dire que le conseil d'administration du CH nazairien est un microcosme sous influence : celle d'un certain Claude Evin, ex-ministre de la santé, à ce titre père de la "loi hospitalière" de 1991, et aujourd'hui promu à la haute fonction de Directeur de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France, en qualité de dernière recrue éminente en date de la politique élyséenne d' "ouverture" UMPS.