InFOrmation syndicale

VENDREDI 5 OCTOBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE AVEC PASCAL PAVAGEAU - ...

Vacances du Blog FO44.ORG à partir du 23 juillet

04 novembre 2010

CHU : 12 REMPLACEMENTS ARRACHES

Depuis le début 2010, FO n'avait eu de cesse d'alerter la direction du CHU de Nantes : les salariés des blocs opératoires de "l'Hôtel Dieu" et de "l'Hôpital de la Mère et l'Enfant" subissent de plein fouet le "plan de retour à l'équilibre" , lequel, pour réduire un prétendu déficit budgétaire né de l'insuffisance du financement, supprime entre autres rien moins que 250 emplois de contractuels.

L'augmentation de l'activité conjuguée au remplacement de plus en plus aléatoire des personnels en arrêt maladie (y compris de ceux en congés de maternité) a produit ses conséquences imparables : cadences infernales, rappel des personnels durant leurs repos ou leurs congés, coups de canif dans le respect des "protocoles" opératoires, et dégradation de la prise en charge des patients.

Mais les salariés étaient déterminés à défendre leurs conditions de travail, et par là même le service public hospitalier.

Le dépôt de ce préavis par FO a enfin permis l'ouverture d'une négociation. 

Estimant que ces 8 emplois de remplacement étaient insuffisants, FO a maintenu son appel à la grève pour le 28 septembre. 65% des agents des blocs opératoires se sont mobilisés, toutes les précautions ayant par ailleurs été prises pour que les interventions chirurgicales en urgence puissent avoir lieu dans les conditions habituelles.

Mesurant le succès de la mobilisation, la direction de l'Hôpital s'est alors résignée à de plus substantielles concessions: elle s'est engagée à organiser le remplacement des personnels en arrêt médical de longue durée; et elle a porté de 8 à 12 les emplois de remplacement. Ce qui permet d'assurer à hauteur de 75% le remplacement des personnels infirmiers en arrêt-maladie et à hauteur de 65% pour le personnel aide-soignant.

On est certes loin encore des conditions de travail optima. Mais c'est déjà un premier pas. FO a suspendu en conséquence son mot d'ordre de grève, bien décidée toutefois à poursuivre le combat pour un meilleur taux de remplacement des agents en arrêt-maladie.