InFOrmation syndicale

LE BLOG FO44 SERA EN VACANCES DU 26 OCTOBRE AU 2 NOVEMBRE -- LUNDI 2 NOVEMBRE À 9H15 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE -- DU LUNDI 5 AU VENDREDI 6 NOVEMBRE STAGE "CSE" -- ...

06 octobre 2011

ORGANISMES SOCIAUX : POUR LA DEFENSE DE LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Le personnel des CARSAT, Services Médicaux, CAF et URSSAF est appelé à voter le 13 octobre 2011 pour désigner ses représentants dans chaque Conseil d'Administration.

Les candidats présentés par Force Ouvrière mettent la défense de la Convention Collective Nationale au centre de leur action.

Les premiers mois de l'année 2011 ont été marqués par la volonté du personnel de garder sa Convention Collective Nationale.

En faisant grève et en manifestant le 8 février 2011, le personnel dans l'unité de ses syndicats FO et CGT, a empêché le Ministère et l'UCANSS de supprimer le 14ème mois.

Le refus exprimé dans tous les organismes qui s'est traduit le 8 février 2011, a contrecarré les plans de démantèlement de ce qui est aujourd'hui notre seule protection : la Convention Collective Nationale.

Cette réaction a contraint l'UCANSS à signer une augmentation du coefficient qui, sans apporter une revalorisation de la valeur du point, a fait obstacle à l'intention du gouvernement de nous appliquer ce qu'il a fait aux fonctionnaires.

Les candidats FORCE OUVRIERE sont au service du personnel, pour le représenter et défendre ses intérêts au sein de chaque organisme.

Cette élection est certes locale, mais elle a une dimension nationale, car le Ministère va additionner les voix obtenues dans chaque organisme pour mesurer l'audience de chaque syndicat au niveau national.

Chaque voix compte.



LES URSSAF, LES CAF, LES SERVICES MEDICAUX,LES CARSAT SUR LA SELLETTE
Depuis des années, l'Institution a été asphyxiée financièrement par les exonérations massives de cotisations, 286 milliards depuis 1992.
Année après année, les lois de financement de la Sécurité Sociale ont imposé le respect d'une enveloppe financière préétablie réduisant comme peau de chagrin les pouvoirs des conseils d'administration, remettant en cause le droit aux soins, bloquant les salaires du personnel et réduisant les effectifs.
D'ores et déjà, dans la loi de programmation des finances publiques, le gouvernement s'est engagé à réduire les déficits publics dont la Sécurité Sociale, à hauteur de 6 % en 2011, 4,6 % en 2012 et 3 % en 2013, quelles que soient les conditions économiques.
Il ne s'agit donc plus seulement de fixer une enveloppe fermée mais de diminuer les droits des bénéficiaires comme avec la loi de novembre 2010 portant réforme des retraites.
Les Conventions d'Objectifs et de Gestion signées par les Caisses Nationales avec l'Etat enclenchent une mécanique infernale : on réduit les effectifs, puis on ferme des accueils un ou deux jours par semaine.
Ensuite, faute d'effectif, on ferme définitivement des accueils, et on vend les immeubles appartenant aux assurés sociaux.
Après les centres et les accueils, ce sont des organismes entiers qui devraient fermer.
Dans le Nord, ce sont 7 Caisses d'Allocations Familiales qui sont menacées de disparition.
Dans trois régions, Midi Pyrénées, Auvergne et Pays de Loire, les 17 URSSAF existant actuellement, devraient être remplacées en 2012, par 3 URSSAF "régionales".
Cette régionalisation des URSSAF, qui réduirait de 88 à 22 le nombre d'organismes chargés du recouvrement des cotisations, préfigure la régionalisation de toute la Sécurité Sociale déjà entamée par les Agences Régionales de Santé.
Malgré ce qu'on nous en dit, il ne s'agit nullement de "moderniser l'accueil physique". Pas plus qu'il ne s'agit "d'améliorer la relation de proximité" !
Améliorer l'accueil ? En fermant les centres d'accueil, en supprimant des organismes ?
Ce dont il s'agit, c'est vider, petit à petit, la Sécurité Sociale de sa mission vitale de protection de tous les travailleurs, de leur famille, de toute la population.
Pour notre part, libres et indépendants, conformément à ce qu'est Force Ouvrière, nous n'accepterons en aucun cas de cautionner, et encore moins de participer, à une quelconque cogestion contre la Sécurité Sociale et ses personnels.
Nous disons NON à la régionalisation.
Nous disons NON aux fusions d'organismes et aux restructurations qui n'ont pour but que de réduire la protection sociale.
___ __ _
Contact : Michel ROCHETTE -  orgsociaux@fecfo.fr