InFOrmation syndicale

LUNDI 5 NOVEMBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE - DU MARDI 20 AU JEUDI 22 NOVEMBRE FORMATION "NÉGOCIER" - ...

26 janvier 2012

L'ANNEE 2012 COMMENCE COMME LA PRECEDENTE A FINI, MAIS EN PIRE...

Le 20 mars, la Grèce risque de faire défaut, précipitant l'effondrement annoncé de la zone euro. En effet, à cette date, 14,5 milliards d'euros de dette arrivent à échéance. L'"aide" de la Troïka (1) à l'Etat grec pour l'honorer est assortie de deux conditions.

La première, casser le salaire minimum (750 euros). Refus ! "Nous ne sommes pas disposés à céder le moindre pouce sur le salaire garanti des travailleurs pauvres" a déclaré Yiannis Panagopoulos, le secrétaire général de la confédération syndicale du secteur privé, la GSEE (2).

Ce refus est la conséquence du succès de la grève générale des 19 et 20 octobre, où les centrales syndicales grecques ont rompu le consensus qui les liait au "camarade socialiste" Papandréou (3) pour accompagner "la nécessaire réduction des déficits publics", "le retour à l'équilibre budgétaire" par un "effort partagé, juste et équitable de tous les grecs" pour résorber la dette. Autrement dit : pour affamer le peuple...

La seconde condition, l'acceptation par les banques créancières de la Grèce de perdre volontairement 50% de leurs créances, soit environ 100 milliards d'euros. Refus aussi ! Ces gens-là ont fait leurs comptes et concluent sans doute que les carottes sont cuites. Il y a désormais plus à perdre qu'à gagner d'un pays qu'ils ont ruiné ...

La faillite annoncée de la Grèce préfigure celle de l'Italie, du Portugal, de l'Irlande, de la Belgique, de l'Espagne etc. ... et de la France - qui vient de perdre son "triple A".

Les taux d'intérêt imposés par les spéculateurs aux ménages, aux entreprises, aux collectivités territoriales et à l'Etat, vont donc augmenter, aggravant la récession, le chômage et la misère.

Comme en Grèce, les syndicats doivent choisir : ou bien se plier aux exigences des "marchés financiers" et "accompagner" l'austérité, ou bien refuser le consensus avec l'élu -quelqu'il soit- de mai 2012, pour honorer la dette.

... Et retrouver, comme en Grèce, ou confirmer (en ce qui nous concerne) leur indépendance, condition sine qua non pour défendre et promouvoir les intérêts particuliers de leurs mandants, et, se faisant, la Démocratie.
___ __ _
JA
1- La Troïka est formée de la Banque Centrale européenne, du Fonds Monétaire International et de la Commission européenne.
2- En Grèce, le salaire minimum légal est fixé par convention collective signée avec les employeurs.
3- Ce qui a provoqué sa chute...