InFOrmation syndicale

DU LUNDI 18 AU VENDREDI 22 JUIN STAGE CE/CSE - LUNDI 25 JUIN À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - JEUDI 28 JUIN JOURNÉE DE REVENDICATIONS ET DE MOBILISATIONS - VENDREDI 5 OCTOBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE AVEC PASCAL PAVAGEAU - ...

05 mars 2012

APPEL PUBLIC POUR LES LYCEES PROFESSIONNELS

L’urgence est telle que le SNETAA FO, premier syndicat de l’enseignement technique, lance un appel public pour défendre les lycées professionnels.

Le syndicat estime en effet que le gouvernement rompt ses engagements en faveur de l’enseignement professionnel en lui faisant porter le poids de la RGPP (Révision générale des politiques publiques). Près de la moitié des suppressions de postes se concentrent en effet sur les PLP (professeurs de lycées professionnels). Pour le SNETAA, ce n’est ni plus ni moins qu’une «condamnation à mort».
De fait, nombre de CAP et de BTS ne seront pas ouverts, fermant l’accès à un enseignement professionnel et à l’enseignement supérieur pour les titulaires de bac pro (baccalauréat professionnel), des élèves qui avaient choisi cette orientation. En effet, en créant en 2009 un parcours du CAP au BTS, l’enseignement professionnel avait connu une véritable rénovation en promouvant un parcours choisi et non plus subi par défaut. Il s’agissait d’en finir avec une perception d’orientation par l’échec, trop souvent accolée à l’enseignement professionnel.

PRÈS DE 2.000 POSTES SERONT SUPPRIMÉS EN SEPTEMBRE 2012

Mais près de 2.000 postes seront supprimés dans les lycées professionnels en septembre prochain, dans les Sections d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) des Établissements régionaux d’enseignement adapté (EREA), sur un corps ne comptant que 60.000 fonctionnaires titulaires et déjà 15.000 contractuels. Sur les 1 200 établissements couvrant le territoire de métropole et d’outre-mer, certains seront tout bonnement rayés de la carte à la prochaine rentrée, notamment les plus ruraux.

Des filières entières sont abandonnées, à l’heure même où pourtant tout le monde semble s’accorder à dire que la réindustrialisation du pays est nécessaire alors que le chômage explose, notamment celui des jeunes.

Après s’être déjà adressé au président de la République en juin dernier par le biais d’une campagne d’envoi de cartes postales en juin, le SNETAA FO lançait son appel «aux familles, aux jeunes, aux politiques, aux acteurs de l’enseignement professionnel», en le publiant dans la presse nationale (journal Libération du 20 février).
___ __ _
Article paru dans FO Hebdo n°3019
Abonnement : http://www.force-ouvriere.fr/page_principal/publica/pdf/abonet.pdf