InFOrmation syndicale

DU MARDI 20 AU JEUDI 22 NOVEMBRE FORMATION "NÉGOCIER" - ...

11 mai 2012

100 ANS APRÈS LA "RETRAITE DES MORTS", "LA RETRAITE À POINTS" ?

" Retraite des morts " : Il y a tout juste cent ans, la vieille CGT caractérisait ainsi la loi concédée sur "les retraites ouvrières et paysannes". Cette loi était pourtant déjà à l'époque vigoureusement combattue par le patronat, qui dénonçait des "charges inacceptables et l'encouragement à la paresse" !

Or, 17 ans d'attaques répétées des gouvernements successifs - de 1993 à 2010- contre les systèmes de retraite par répartition conquis après la seconde guerre mondiale, ont fait reculer nos droits dans des conditions telles que le slogan syndical de 1912 n'est plus si obsolète qu'il y paraît. En effet, depuis 1993, l'âge moyen de départ en retraite recule d'année en année. En 2011, dans le privé, il atteint 61 ans 11 mois (pour 61 ans en 2008). Cet âge de départ se rapproche désormais de celui de l'espérance de vie en bonne santé, laquelle tend elle-même à reculer en France : il était en 2009 de 62,5 ans pour les hommes (62,4 en 2008) et de 63,2 ans pour les femmes (64,2 ans en 2008).

Les aggravations successives ne suffisent cependant pas. On ne s'étonnera pas que Madame Parisot, porte parole des patrons du MEDEF, réclame un nouveau recul de l'âge de départ en retraite et un passage à 45 ans de cotisation pour un taux plein.

Pour cela, elle peut s'appuyer sur les institutions supranationales européennes. En effet, le 16 février 2012, la Commis-sion Européenne a rendu public un nouveau "Livre blanc" sur les retraites dans les pays de l'Union Européenne. Elle préconise un nouvel allongement de la durée de "vie professionnelle" jugée trop faible aujourd'hui. Elle met "fortement l'accent sur la nécessité de maintenir les travailleurs âgés au travail plus longtemps, notamment en relevant l'âge ouvrant droit aux prestations".

Les propositions faites par certains, y compris dans le mouvement syndical, d'avancer vers une retraite par points et capitalisation, s'inscrivent dans cette perspective.

Le régime par points et capitalisation est un régime où les droits sont purement individuels. Les périodes de chômage ou de maladie ne sont pas validées. Contrairement à l'ARRCO et à l'AGIRC, ce serait un régime entièrement basé sur la capitalisation où les cotisations versées sont placées sur les marchés financiers. Le rendement est fonction du nombre de points achetés et surtout des performances des actions et obligations boursières

De plus, un régime par points favoriserait la fusion en un régime unique a minima, ce qui se traduirait par une baisse des droits de tous les retraités.
___ __ _
Lire aussi : RETRAITES PAR POINTS ET "COMPTES NOTIONNELS" : QUELQUES EXPLICATIONS