InFOrmation syndicale

LUNDI 10 DÉCEMBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - DU LUNDI 17 AU VENDREDI 21 DÉCEMBRE FORMATION "DÉCOUVERTE DE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

L'AGENDA 2019 EST DISPONIBLE ! ...à commander.

03 juillet 2012

CONTRIBUTION FO À LA DÉLIBÉRATION SUR LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL

Cette contribution aborde divers thèmes se rapportant a la qualité de vie au travail en ayant comme point central l’êgalité entre les femmes et les hommes. Elle ne constitue pas un cahier exhaustif de revendications pour Force ouvrière, dont le but est l’ouverture d’une nouvelle négociation pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Égalité salariale; Temps partiel; Conciliation vie professionnelle / vie privée; Promouvoir la parentalité; Harcèlement, violence au travail et pênibilitê; Travail de nuit; 
Nous nous réservons à l’ouverture d’une nouvelle négociation de reprendre et de développer de nouvelles revendications sans être aucunement engagés par un quelconque diagnostic partagé ». 

Egalité salariale 
La problématique de l’ínégalíté professionnelle entre les hommes et les femmes et singulièrement celle de l’inégalité salariale, reste des plus actuelles en France.

Dans les faits, les discriminations professionnelles sont le lot quotidien de nombreuses femmes au travail et 1’écart de rémunérations entre les hommes et les femmes reste patent en particulier dans le secteur privé.

L’inégalité salariale entre les hommes et les femmes est un vecteur
déterminant de l’inégalite professionnelle. Sa résorption constitue dès lors une priorité pour Force ouvrière.

Le combat pour l’égalité salariale est d’abord un combat pour la transparence salariale et contre l’indiVidualisation salariale qui renforce les inégalités.


Temps partiel 
Force ouvrière dénonce le temps partiel imposé, fléau du travail féminin, il est au cœur de la problématique de l’égalité professionnelle homme /femme.

  • Le temps partiel est en soi un facteur de précarité et d’instabibité sur tous les aspects de la vie professionnelle et privée ;
  • Les femmes sont tout particulièrement concernées par le temps partiel de manière subie ;
  • Le temps partiel  choisi » n’est souvent que le seul mode disponible à la conciliation de la Vie professionnelle/ vie privée, pesant encore trop sur les femmes.

Le travail a temps partiel est donne un puissant vecteur de l’inégalite professionnelle, dont il cristallise et amplifie tous les facteurs (formation professionnelle, salaires. . .).

Le nombre de postes à temps partiel ne cesse d’augmenter et les femmes en sont les premières Victimes. Conjugué aux charges de familles, à la durée des transports sans cesse croissante, le temps partiel génère une forte précarité des femmes au travail. Cette précarité est d’autant plus importante que le temps partiel engage 1’accés à la protection sociale, le plus souvent tributaire d’un nombre minimum de jours ou d’heures de travail : assurance chômage, assurance maladie, maternité...

Le temps partiel est un frein au déroulement de carrière comme à l’accès à la formation continue.


Conciliation vie professionnelle / vie privée
La problématique de la conciliation Vie professionnelle/vie privée à des ressorts multiples.

Pour Force ouvrière, Parnélíoratiorl de cette problématique suppose de favoriser davantage par la réglementation, le partage de la vie privee entre les hommes et les femmes :

  • Par extension de la garantie d’évolution de la rémunération a tous les congés familiaux.

L’artic1e L.1225-6 du code du travail issu de la loi du 23 mars 2006 prévoit qu’er1 1’absenoe d’accord de branche ou d’er1treprise prévoyant des garanties d’évolution au moins aussi favorables, les salariés de retour d’un Congé de maternité bénéficient d’une majoration de rémunération intégrant les augmentations générales et la moyenne des augmentations individuelles prévues pendant ce congé.

Pour Force-ouvrière, cette disposition devrait être étendue a tous les congés pour événements familiaux, lesquels sont ouverts aux hommes comme aux femmes :

  • Congé pour enfant malade ;
  • Congé de présence parentale ;
  • Congé de solidarité familiale ;
  • Congé de soutien familial.

La neutralisation de ces congés du point de Vue de 1’évo1ution de la rémunération serait de plus a même de réduire la réticence des pères salariés a exercer leurs droits aux congés liés à la parentalité.


Promouvoir la parentalité

  • Mise en place de moyen de garde public plus étendu et plus accessible ;
  • Rémunération équivalente au salaire lors du départ du salarié pendant toute la durée du congé parentale d’éducatíon (CPE) ;
  • Aide particulière aux familles recomposées ou monoparentales qui sont les plus touchées ;
  • Aide et un suivi pour faciliter le retour sur le lieu de travail après le congé parental, formation de réinsertion de mise a niveau au poste.

La plupart des obstacles identifiés sont d’ordre pécuniaire et concerne la prise en charge de la rémunération des dispositifs.

Certains accords collectifs prévoient de plus en plus la rémunération, totale ou partielle du congé parental, voire 1’attribution de jours supplémentaires, ces accords restent d’application limitée et concernent principalement les grandes entreprises.

Souvent, l’investissement insuffisant des pères est imputable aux stéréotypes alimentés dans l’entreprise et dans la société en général, notamment pour le personnel d’encadrement.


Harcèlement, violence au travail et pênibilitê
Pour Force ouvrière, la pénibilité physique coexiste aujourd’hui avec la pênibilité psychologique, nous revendiquons 1’ob1igatior1 pour les entreprises d’ar1a1yser la pénibilité psychologique et de 1’er1rayer par des mesures concrètes d’orgar1isatior1 du travail.

Cette deliberation ne doit pas conduire à renégocier les accords stress du 2 juillet 2008 et harcèlement et violence au travail du 26 mars 2010 qui ont été signés par tous, mais bien de les faire appliquer et de fixer un délai pour leurs déclinaisons dans les branches et conventions collectives.

Travail de nuit
Nous constatons que le recours au travail de nuit et en équipes successives tend a se développer en France depuis la iin de l’interdiction du travail de nuit des femmes dans 1’industrie.

Nous rappelons que le travail de nuit est dangereux pour la santé et la sécurité des salariés, il perturbe considérablement leur vie familiale et personnelle, c’est pourquoi nous exigeons que son recours et ses modalités soient strictement limités et encadrés, afin que le travail de nuit et en équipes successives demeure exceptionnel et que son organisation tienne compte de la pénibilité qui en découle et fasse 1’objet d’une compensation.

La généralisation du travail de nuit n’est pas un facteur positif d’égalité entre les hommes et les femmes. Cette forme de travail est nuisible pour tous les travailleurs femmes comme hommes.
___ __ _
- Secteur Économie sociale - Égalité professionnelle - Handicap : Anne Baltazar
- Secteur Protection sociale : Jean-Marc Bilquez