InFOrmation syndicale

LUNDI 10 DÉCEMBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - DU LUNDI 17 AU VENDREDI 21 DÉCEMBRE FORMATION "DÉCOUVERTE DE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

L'AGENDA 2019 EST DISPONIBLE ! ...à commander.

03 juillet 2013

Élections: FO EST PLUS QUE JAMAIS EN "FORCE" CHEZ MANITOU


Pour la première fois les 10 et 11 juin derniers, les quelque 1800 personnels de Manitou en poste sur les sites d'Ancenis (1500 salariés), de Beaupréau et Candé dans le Maine-et-Loire, ainsi que de Laillé en Ille-et-Vilaine (qui se partagent quasiment à égalité les 300 autres salariés) étaient appelés à élire, outre leurs délégués du personnel et représentants CE dans chaque établissement, leurs représentants au comité central d'entreprise(CCE).


Le résultat des élections était particulièrement attendu. D'autant que Force Ouvrière était dans le viseur tant de la direction que des autres organisations syndicales (de la CFDT plus particulièrement) qui avaient quelque intérêt commun à voir ébréchée la prééminence historique de la CGT-FO chez Manitou.

Mais FO avait pour elle la solidité de ses implantations militantes et sa pratique contractuelle gagnante depuis des décennies.

Une pratique contractuelle gagnante qui venait d'être confirmée avec éclat quelques mois auparavant avec une belle victoire remportée de haute lutte à l'occasion des NAO 2013.

De la bataille des NAO 2013 ...

Rappelons pour mémoire les faits dont nous avions à l'époque rendu compte dans ces colonnes.

La négociation annuelle obligatoire 2013 avait été mise sur rails fin 2012 ... pour aussitôt "dérailler." En effet, refusant de discuter du cahier revendicatif de Force Ouvrière, la direction avait unilatéralement énoncé le triptyque de son projet d'accord-ukase à prendre ou à laisser : le cocktail flexibilité accrue, réduction des congés payés et limitation à 2,2% de l'augmentation des salaires.

FO avait alors sorti les griffes, et avait, de concert avec la CGT qui s'était aussitôt ralliée à la proposition de Force Ouvrière, organisé dans l'après-midi du 14 janvier un rassemblement auquel participèrent près de 90% des salariés de la production.

Après avoir en vain tout tenté pour casser la mobilisation des personnels, les dirigeants de la CFDT, débordés par leurs propres adhérents, n'avaient alors eu d'autre issue que le ralliement in extremis à contre-coeur au puissant mouvement revendicatif qu'ils n'avaient pas été en mesure d'enrayer.

Par la suite, six jours durant, les travailleurs débrayèrent, perturbant la production ... et obligeant du coup la direction à rouvrir des négociations. Nos camarades obtinrent alors de cette dernière qu'elle lâche sur les salaires et les primes (3% d'augmentation), sur la majoration des heures supplémentaires, la rémunération des samedis travaillés, l'aménagement du temps de travail, et, cerise sur la gâteau, sur la non-application à Manitou des dispositions les plus scélérates de l'accord ANI MEDEF/CFDT du 11 janvier denier.

Ceci aboutit à l'accord d'entreprise du 28 février, paraphé par toutes les organisations syndicales ... hormis l'inénarrable CFDT.

... à la spectaculaire poussée de FO aux élections DP/CE de juin

Conscients des acquis qu'ils doivent à FO depuis des années (et même des décennies), et ayant a fortiori en mémoire l'accord arraché à la direction en février dernier, les salariés de Manitou ont exprimé, par un vote "franc et massif" pourrait-on dire pour reprendre une formule demeurée célèbre, leur volonté de renforcer Force Ouvrière comme pierre angulaire de la pratique contractuelle au sein de l'entreprise devenue "multi-sites".

Pour cette première élection d'un CE commun à quatre établissements, FO s'adjuge (en "titulaires") 44,76% des suffrages, reléguant la CFDT à 20,73%, la CFE-CGC à 17,72 %, et la CGT à 16,79%,

Sur Ancenis, qui concentre près de 85% des salariés-électeurs, Force Ouvrière passe en CE de 40 à 52% (+12%) dans le premier collège, et de 62,59 à 64,48% dans le second.

Si la CGT recule de 29,87 à 28,13% dans le 1er collège, pour la CFDT c'est la gifle du vote-sanction : recul de 10,26% dans le 1er collège (de 30,13 à 19,87%), et de 1,89% dans le 2ème.

Même tendance en DP : + 10,31 % pour FO qui passe de 39,76% à 50,07% dans le 1er collège. Là encore au détriment de la CGT (-3,97%) et surtout de la CFDT (-6,34%). Dans le 2ème collège, les résultats DP 2013 sont par contre identiques à ceux de 2011 : 2/3 des voix pour FO, 1/3 pour la CFDT.


Résultats sans appel également sur le site de Laillé : 100% des voix pour FO dans le 1er collège, et 78% collèges 1 et 2 confondus.

A Candé, FO recueille 62,90% des voix, contre 37,10% se portant sur la CGT.

Il n'est qu'un site qui échappe à FO :
Beaupréau (qui représente 7,5% de l'effectif salarié du total des 4 établissements). Dans ce fief CFDT, FO présentait des candidats pour la première fois. Nos camarades y ont effectué une percée plus qu'encourageante : 23,21% des voix contre 76,79 à la CFDT dans le 1er collège, et 39,29% contre 60,71 dans le 2ème.

Ceux qui avaient rêvé de déstabiliser Force Ouvrière chez Manitou à l'occasion du scrutin DP/CE des 10 et 11 juin en seront donc pour leurs frais : FO est plus que jamais "en force" à Manitou. Elle a la force de l'efficacité démontrée de son indépendance.