InFOrmation syndicale

LE BLOG FO44 SERA EN VACANCES DU 26 OCTOBRE AU 2 NOVEMBRE -- LUNDI 2 NOVEMBRE À 9H15 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE -- DU LUNDI 5 AU VENDREDI 6 NOVEMBRE STAGE "CSE" -- ...

05 octobre 2020

Licenciements à Trigo Qualitaire

FO défend les salariés

TRIGO est une société internationale offrant des solutions de gestion opérationnelle de la qualité pour les industries du transport notamment.

Interview de Olivier Lecocq, Secrétaire FO service 44 et Délégué Syndical Trigo Qualitaire.


Peux-tu nous donner quelques éléments de contexte concernant ton entreprise ?

Trigo Qualitaire est une entreprise de contrôle qualité, qui intervient essentiellement dans l’aéronautique. Airbus est son principal client. Dans les suites du confinement de la covid-19 décidé par le gouvernement, la direction a annoncé le 2 juillet dernier la suppression de 174 postes sur les 350 existants. Force Ouvrière a bien sûr immédiatement condamné ces licenciements. Les négociations sur le plan social se sont terminées le 8 septembre dernier.


Qu’avez-vous réussi à obtenir pour les salariés licenciés dans le cadre du PSE ?

Je tiens tout d’abord à dire que le délégué syndical, dans ce contexte, n’a aucune marge de manœuvre. Seule l’opiniâtreté de FO a permis de faire bouger quelques lignes et ainsi obtenir le maintien de la mutuelle pendant 24 mois, une prime de départ volontaire avec un pourcentage sur le salaire brut annuel, une augmentation des cotisations patronales pour des formations, une prime de déménagement, une prime de maintien de salaire en cas d’offre d’emploi en interne sur un autre poste… Grâce à notre intervention, le budget présenté à la base par la direction a été augmenté d’un quart.


Comment as-tu traversé cette période de négociation ?

Humainement parlant, la situation a été difficile, d’autant que la date de la signature approchait à grands pas. C’est une catastrophe sociale et humaine. En tant que syndicaliste, on n’est pas là pour gérer les licenciements. Ce mot ne fait d’ailleurs pas partie de notre langage. On est là pour défendre des droits, pour sauver les emplois, pas pour réduire les effectifs.