InFOrmation syndicale

VACANCES DE FO44.ORG DU 25 JUILLET AU 17 AOÛT -- 6 SEPTEMBRE RÉUNION D'INFORMATION "DERNIÈRES ACTUALITÉS DE LA PROTECTION SOCIALE" -- 27 SEPTEMBRE ASSEMBLÉE DES MILITANTS SALLE FESTIVE NANTES ERDRE -- ...

23 décembre 2020

L’étude de Nantes Métropole sur la longévité

À grand renfort de publicité, Nantes Métropole a engagé un « Grand Débat » sur la longévité en 2019. 

À cette occasion, elle a sorti un rapport qui contient quelques renseignements intéressants...


La fracture numérique

On apprend que 47 % des 75-84 ans n'utilisent jamais Internet et d'ailleurs le plus souvent ne l'ont pas. Ils sont 68 % chez les 85 ans et plus.

A-t-on pris en compte cette réalité ?

Que nenni !! Le Département, la Métropole, les Caisses de Sécurité Sociale, les Mutuelles, le CDMCA, etc. etc. font comme si cela n'existait pas et continuent de remplacer les services publics par des services en ligne excluant de la vie sociale toute une catégorie de la population. Les retraités veulent parler à des personnes en chair et en os. Ils veulent de vrais services Publics qui les aident dans leurs démarches. Avec le confinement, la situation ne fait qu’empirer : isolés par le confinement, privés de leurs proches, sans bibliothèque et sans librairie … il ne fait pas bon être retraité par les temps qui courent.


Les aidants

Une des politiques publiques consiste en une campagne effrénée sur le thème du maintien à domicile à tout prix sans différencier les handicaps moteurs des maladies neuro dégénératives qui nécessitent souvent le placement en établissement car la personne n’est plus en sécurité chez elle. 

Cette politique de maintien à tout prix à domicile repose donc pour une part essentielle sur les aidants familiaux.

Dans le même document on apprend que l’âge moyen des aidants familiaux dans le département était de 52 ans en 2019 c'est à dire que 47% des aidants travaillent en plus d'être aidants familiaux. Résultat : 48 % des aidants ont des problèmes de santé, 63,5 % ont des douleurs physiques, 61 % ont des problèmes de sommeil, 70 % ne s'accordent pas de temps de loisirs et enfin 40 % d'entre eux meurent avant les aidés.

De cela les pouvoirs publics n’en ont cure, qui continuent de verser des larmes de crocodiles sur les aidants sans offrir ni hébergement temporaire pour que les aidants puissent souffler, ni établissement  à des prix compatibles avec le niveau des pensions, avec du personnel en nombre suffisant et bien formé donc bien rémunéré.