InFOrmation syndicale

28 JUIN À 9H15 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE -- 1er JUILLET FORMATION "L'HISTOIRE DU SYNDICALISME" -- ...

17 mai 2021

NOV-BLM condamnée par le Conseil de Prud'hommes

Notre section syndicale tient à informer les salariés que notre camarade, militante et ancienne salariée du service commercial, Caroline Perdriset, avait assigné la société NOV-BLM à comparaître au Conseil de Prud’hommes de Nantes après avoir été licenciée en avril 2019 pour cause réelle et sérieuse. 


L’entreprise lui reprochait notamment d’avoir voulu nuire à son employeur en organisant une rébellion contre la direction et d’avoir voulu « saoûler » son directeur. La justice a requalifié le licenciement de Caroline Perdriset indiquant qu'il était dépourvu de cause réelle et sérieuse et a condamné NOV-BLM à lui payer des dommages et intérêts. Ainsi, après avoir subi de multiples humiliations et accusations, la justice a réhabilité l'honneur de notre camarade qui s'est investie pendant 17 ans pour NOV-BLM.


Un autre procès arrive pour notre camarade et militant Nicolas Pambouc qui a démissionné il y a quelques mois. Nicolas a déposé une requête au Conseil de Prud’hommes de Nantes. Alors qu’il occupait le poste de monteur, il avait été envoyé en mission SAV à l’étranger, réalisant beaucoup d’heures supplémentaires, jusqu’à 13 heures de travail par jour, ce qui est parfaitement illégal. Malgré les preuves formelles remontées à la direction de NOV-BLM de la réalisation de toutes ces heures, cette dernière n’a jamais voulu les rémunérer à notre camarade.

Nul doute que la justice réhabilitera notre camarade dans ses droits.

Toutes ces affaires et d’autres à venir qui ne visent que nos militants, élus ou syndiqués, viennent s’ajouter à la tentative de la direction en juin 2020 de licencier notre élu et ancien délégué syndical Roland David pour des faits totalement ubuesques allant jusqu’à sa mise à pied conservatoire, le privant de sa rémunération.

Pour preuve et juge de paix, nous nous appuyons sur l’avis de la Direccte qui a débouté en totalité la demande de licenciement de Roland, rétablissant son honneur et obligeant l’employeur à lui verser ses salaires pendant sa mise à pied ainsi que le réintégrer à son poste de travail.

Malheureusement, d’autres faits graves de la direction de NOV-BLM envers notre camarade ont été constatés après ce verdict, le mettant dans l'incapacité de reprendre son travail et l'installant dans une grande souffrance.


Notre Syndicat FO Nantes et sa région, devant tous ces verdicts sans appel et ces actes répétés contre nos militants, ne peut tolérer de tels agissements et prendra les dispositions nécessaires pour faire cesser ces discriminations avérées.