InFOrmation syndicale

18 OCTOBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE -- 18 NOVEMBRE STAGE "HISTOIRE DU SYNDICALISME" -- 22 AU 26 NOVEMBRE STAGE "CSE" À L'UNION DÉPARTEMENTALE FO DE LOIRE ATLANTIQUE -- 29 NOVEMBRE AU 3 DÉCEMBRE STAGE "SSCT-CSSCT" À L'UNION DÉPARTEMENTALE FO DE LOIRE ATLANTIQUE -- 17 MARS CONGRÈS DE L'UNION DÉPARTEMENTALE -- ...

11 octobre 2021

Assemblée de militants: Force Ouvrière en résistance

Le lundi 27 septembre, trois cents militants du département ont participé à l’assemblée de l’Union départementale de Loire-Atlantique. Dix-huit militants de tous les secteurs, privés et publics, sont intervenus dans la discussion avec, en ligne de mire, la préparation de la grève interprofessionnelle du 5 octobre.


A cette occasion, l'Union départementale cgt-FO44 a réaffirmé ses revendications, notamment :

  • l’augmentation générale des salaires ;
  • l’abandon des contre-réformes de l’assurance chômage et des retraites ;
  • l’abandon du passe sanitaire, aucune sanction, réintégration de tous les agents et salariés suspendus;
  • l’arrêt des suppressions de postes dans la fonction publique, pour la création des postes nécessaires.

A suivre, extraits d'interventions

Les intervenants à la tribune

Gisèle Le Marec
«Le contexte de la pandémie ne nous a pas fait renoncer à nos revendications (…) C’est ainsi que nous avons obtenu en 2020 : la revalorisation du montant des titres restaurant ; l’ouverture de discussions pour faire évoluer le protocole d’accord sur le télétravail, afin notamment de fixer la participation de l’employeur aux frais induits ; le versement d’une prime Covid de 250 euros ; le maintien d’une concertation sur les avancements de grade et les promotions internes qui ne sont plus soumis à l’avis des commissions administratives paritaires. »

Pierre Louis Montaudon
«Il y a actuellement dans la Métallurgie des négociations primordiales pour l’avenir de tous les métallos concernant l’Evolution du Dispositif Conventionnel (…). Pour Force Ouvrière, l’objectif est, bien sûr, de conserver toutes les garanties actuelles des salariés et de garantir l’avenir de la libre négociation à tous les niveaux, tant national que territorial. (…) Depuis le début de la crise, ce n’est pas moins de 419 milliards d’€ qui ont été mis à la disposition des entreprises sous la forme d’aides, de prêts, de subventions et d’exonérations. (…) Les salariés de la métallurgie, comme dans tous les secteurs, sont dans l’attente d’augmentations de salaires. (…) C’est pourquoi, il est essentiel que tous les syndicats FO de la métallurgie se saisissent des grèves et manifestation du 5 octobre prochain. »

Frédérik David
«Sur le site d’Airbus Saint-Nazaire, nous sommes à peu près 3 000. Nous étions 6 000 avant la crise, donc malheureusement beaucoup d’emplois précaires, c’est-à-dire de l’intérim et des sous-traitants ont été touchés…  Nous avons eu un PSE, cela ne fait jamais plaisir (…) néanmoins il n’y a pas eu de licenciements contraints. (…) L’activité est depuis repartie et on nous annonce une restructuration. Les copains de Nantes et de Saint-Nazaire vont former un nouvel Airbus, qui va s’appeler Airbus Atlantique, avec tous les sites de Stellia… On reste en filiale. Socialement, nous nous sommes battus énormément (…). Nos accords société s’appliqueront toujours aux filiales, si ce n’est qu’il y a grosse discussion sur le dispositif conventionnel et, par-dessus, nos accords société. »

Erwan Lever
«Le 5 octobre, nous serons en grève notamment pour défendre les droits des salariés, l’arrêt des sanctions liées à l’obligation vaccinale. En effet, que ce soit dans les UGECAM ou au Service Médical, nos collègues qui refusent de se faire vacciner sont suspendus sans salaire. Ils sont 5 au Service Médical dans les Pays de le Loire. Ceci est inadmissible ! Nous serons en grève le 5 octobre pour défendre le pouvoir d’achat des salariés. (…) Nous serons en grève le 5 octobre pour demander plus de postes. (…) Nous serons en grève le 5 octobre pour sauver la Sécurité Sociale. »

Fabrice Bouron
«Suite à la publication de la loi d’août 2019 dite de « transformation de la fonction publique », les employeurs territoriaux ont annoncé à leurs personnels qu’ils allaient augmenter leur temps de travail à 1 607 heures, à partir du 1er janvier 2022, par la suppression de congés, et mettre fin aux accords dérogatoires de 2001. Ces annonces ne cessent de susciter la colère et l’indignation chez les agents et, à l’initiative de FO dans les collectivités, les agents ont fait grève, ont débrayé, ont fait signer des pétitions, ont pris des initiatives pour exprimer le rejet de cette manœuvre. »

Yann Le Fol
Hier applaudis, aujourd'hui méprisés ! Aux 183 € qu'il reste à obtenir pour seulement 2 % des personnels hospitaliers, s'ajoute l'obligation vaccinale. Le gouvernement inverse la tendance et pointe du doigt les hospitaliers, les traitant en irresponsables. C'est une honte ! Le débat n'est pas sur la question du « vaccin ou pas vaccin », ce n'est pas notre rôle, par contre nous nous dressons contre toute suspension de salaire, tout acte d'intimidation à l’encontre des soignants non vaccinés – et là, nous restons dans notre rôle de syndicalistes. »

Jacques Moisan
«Contrairement aux intervenants précédents, je ne vous parlerai pas de mon ancien secteur d’intervention, l’enseignement.
Michel m’a demandé de dire quelques mots sur le document que vous avez sur table, intitulé le « bal des domestiques ».
Depuis onze semaines, des citoyens manifestent contre l’obligation du passe soi-disant « sanitaire ». C’est leur droit le plus strict. Du moins, pour l’instant. Je dis bien : pour l’instant. Parce que si l’on établit le bilan de toutes les lois liberticides, disons, depuis trois ans, eh bien, le bilan est accablant. Et on peut légitimement se demander jusqu’où « ils » iront … 
On a peut-être tendance à l’oublier mais, depuis la « crise sanitaire », les décisions gouvernementales sont prises dans le cadre d’un Conseil de défense où siègent des chefs de l’armée, Conseil soumis au « secret –défense ».

Claire Compain
«Le Président Macron est plus compréhensif pour les entrepreneurs qui, au total, ont été aidés à hauteur de 419 milliards d’euros, que pour la Sécurité sociale où le moindre déficit doit être comblé : on annonce une nouvelle baisse du budget de l’Assurance Maladie à hauteur de 1,2 milliards d’euros, (…) baisse qui aura nécessairement des conséquences sur les hôpitaux. (…) Les revendications des retraités sont indissolubles de celles des actifs et ne trouveront satisfaction qu’avec celles des salariés… »
[Rappel : Tous les retraités Force-Ouvrière du département de Loire-Atlantique sont invités à participer au Xème congrès de l'Union départementale des retraités FO de Loire-Atlantique, le mardi 19 octobre 2021 à partir de 8h30. Rendez-vous à la Base sous-marine de Saint-Nazaire (Alvéole 12) - Inscription auprès de l'UDR ]


Hélène Macon
«Le baccalauréat n’existe plus. C’est le ministre de l’EN qui l’a tué. (…) Depuis la rentrée, sont imposées aux profs des réunions à n’en plus finir pour élaborer le contrôle continu au lycée. Donc autant de dispositifs que d’établissements et donc de bacs locaux, qui sont donc sans aucune valeur. (…) 
Les personnels, les élèves, les parents d’élèves ne peuvent être que dressés les uns contre les autres. La seule solution est l’exigence de rétablissement du baccalauréat national avec des épreuves terminales, ponctuelles et anonymes. »

Bruno Hatton
«Le syndicat des métaux de Nantes s’inquiète sur l’objectif de construire une convention unique regroupant la convention collective nationale des ingénieurs et cadres de la métallurgie et toutes les conventions collectives territoriales. La convention collective territoriale de Loire Atlantique – qui a été signée seulement par FO en 1985 et qui garantit le respect des salaires, les conditions de travail, les classifications et la hiérarchie des normes – va disparaitre pour être noyée dans une convention unique qui (…) sera beaucoup plus avantageuse pour l’UIMM que pour les salariés de la métallurgie. »

Xavier Suzanne
«Dans la grande distribution, dans le commerce, des salariés sont également concernés par la suspension de contrat de travail dans le cadre du passe sanitaire. Dans les magasins de plus de 20 000 m2, des caissières qui ne peuvent pas aller en réserve ou faire autre chose peuvent être suspendues. Des caissières quasiment au SMIC, sur des temps partiels imposés, à 900 € par mois, comment voulez-vous qu’elles soient suspendues ? C’est inadmissible. D’autant que, pendant que tout était fermé, les grandes enseignes se sont gavées. à U-Log, ils ont fait plus de 8 % de chiffre d’affaires en 2020… pour n’avoir en négociation de salaires qu’1 %. Il est temps de faire comprendre au patronat et au gouvernement que l’augmentation des salaires, c’est une urgence. C’est pour cela que le syndicat FO U Logistique appelle aussi le 5 octobre. »

Robert Carcouët
«Défendre les intérêts particuliers et moraux des salariés : ce mot d'ordre, qui date de l'origine des syndicats authentiques, concentre toutes les revendications, du public ou du privé. (…) Pour obtenir satisfaction, ça passe par la négociation. Aucun employeur privé ou public ne nous accorde quoi que ce soit sans présence syndicale. Nous n'obtenons un accord – ou plutôt un compromis – qu'en fonction du rapport de force que nous représentons. Cette orientation est la même concernant notre défense juridique. »

Mathieu Cornillaud
«Le « monde d’après », c’est le monde d’avant en pire. (…) Les grands groupes d’assurance ont continué à marche forcée les restructurations, se disposant chaque fois un peu plus pour pouvoir récupérer notre Sécurité sociale… à chaque fois, ce sont les salariés qui payent la note. (…) L’état d’urgence doit être arrêté, le passe sanitaire supprimé, la réforme de l’assurance chômage abrogée et le régime de retraite maintenu. C’est sur cette ligne que notre syndicat participera aux manifestations du 5 octobre. »

Chrystelle Tonnelier
«FO a toujours affirmé son indéfectible attachement aux deux principes cardinaux de comptabilité publique que constituent la séparation ordonnateur/comptable et la responsabilité personnelle et pécuniaire des comptables publics. Le contrôle juridictionnel constitue la mission première des juridictions financières, conférant un rôle de juge à ses magistrats. Ce n'est pas un hasard si la construction de ces deux principes remonte à la révolution française. Vive FO. Et vive la liberté et l'indépendance chères à notre syndicat.  »

Philippe Perrochon
«Suite à l’abandon en juillet dernier du projet Ecocombust par la direction d’EDF, le syndicat Force Ouvrière de Cordemais a décidé de donner un nouvel avenir à la centrale de Cordemais. Nous avons demandé à l’état et à la direction d’EDF un projet à base de cycle combiné à l’hydrogène vert, une alternative qui permettra de sauver les emplois, de garantir une alimentation stable pour la région et surtout un projet d’avenir écologique qui répondra aux objectifs nationaux et internationaux de décarbonation. »

Anne-Cécile Trégret
«La destruction de l’assurance chômage a commencé en 2009 avec la fusion Assedic / ANPE, même si à l’époque FO a réussi à négocier une très bonne convention collective (…) 
En 2018, le gouvernement a supprimé par décret la cotisation. Nous sommes prélevés depuis la CSG. L’assurance chômage n’est plus un droit mais une aide de l’état. En 2019, le gouvernement fait exploser la convention paritaire (…) Par décret, il s’est donné les mains libres pour écrire la contre-réforme assurance chômage qui entre en vigueur le 1er octobre. L’état nous impose ses règles, sans que celles-ci aient été négociées, en particulier une baisse drastique du revenu de remplacement pour les demandeurs d’emplois. »

Nathalie Durand Prinborgne
«Nous sommes un peu dans l’expectative car nous n’avons pas eu confirmation des lettres d’intentions de commande qui sont nécessaires pour garantir notre charge au moins pour les dix ans à venir. Les quelques mois à venir vont donc être déterminants. Et ce d’autant plus que DCNS est actionnaire chez nous à hauteur de 12 %. Nous sommes donc très attentifs à ce qu’il se passe dans cette entreprise suite à la crise des sous-marins. On se dit que, potentiellement, cela peut avoir des retombées, au moins sur le marché militaire que nous pouvons avoir. »

____ __ _
AG de militants: intervention de Michel Le Roc'h | Intervention du Secrétaire de l'Union départementale