InFOrmation syndicale

2 AU 30 JUIN APPEL À LA GRÈVE AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL -- 14 JUIN MANIFESTATION EHPAD PUBLIC/PRIVÉ -- 20 AU 24 JUIN STAGE "DÉCOUVERTE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" -- 27 JUIN AU 1er JUILLET STAGE "SSCT-CSSCT" -- ...

18 février 2022

OUI à la Sécu de 1945 ! NON au forfait Patient Urgence !

 Claire Compain, Présidente de l’UDR 44

Au sortir de la guerre, dans une France exsangue, nos anciens ont créé la Sécurité Sociale pour protéger les actifs et retraités et leur permettre de se soigner avec comme principe fondateur « chacun paie en fonction de ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins ». 

Depuis 30 ans les gouvernements qui se succèdent ont, à l’inverse, multiplié les franchises et les forfaits à la charge des assurés sociaux (franchise sur les médicaments, les consultations, forfaits hospitaliers, etc.). 


Une nouvelle étape est franchie le 1er janvier 2022 avec la création du « Forfait Patient Urgence » qui obligera l’assuré à acquitter un forfait de 19,61 euros lorsque le passage aux urgences ne sera pas suivi d’une hospitalisation.

Ainsi donc le patient qui ne sera pas hospitalisé sera sanctionné. Sans doute selon le gouvernement Macron-Veran, c’est pour le plaisir qu’on va aux urgences ! 

Non monsieur Macron, on va aux urgences parce que notre état de santé le nécessite, le plus souvent parce que le SAMU nous y envoie.  Le numerus clausus appliqué depuis des dizaines d’années aboutit aujourd’hui à des déserts médicaux où on ne trouve plus de médecins, où ceux qui restent sont à ce point débordés que vous ne pouvez plus être reçus le jour où vous êtes malades et de ce fait, votre état se détériore.

L’hôpital est à genoux et ce depuis des années de mesures drastiques qui ont abouti à supprimer 103 382 lits d’hospitalisation depuis 20 ans, 17 600 lits supprimés depuis le début du quinquennat de Monsieur Macron dont 5 700 en 2020, en pleine pandémie. C’est le gouvernement qui est responsable de cette situation. Les médecins hospitaliers ne trouvent pas de lits pour les patients qui arrivent aux urgences et les renvoient chez eux. C’est cela la réalité.

Ça suffit ! Ça ne peut pas durer ! « Fermer des lits c’est criminel » « Des lits, des postes pour l’hôpital public », ont crié les 4 000 manifestants le 4 décembre sous les fenêtres du ministre Veran

Exercer une pression financière pour que le malade renonce à se soigner tel est le but de ce « Forfait Patient Urgence ». Par ailleurs le Ministère de la Santé estime qu’il devrait lui rapporter 35 millions ! Pour les retraités ce sera une nouvelle dépense supplémentaire alors que l’inflation atteint 2,8 % fin 2021 selon l’INSEE, que les prix du gaz, de l’électricité, des carburants explosent, que pour le seul mois de décembre, les produits frais ont augmenté de 3,3 % tandis que nos retraites complémentaires n’ont augmenté que de 1 % au 1er novembre 2021 et nos retraites de base de 1,1 % en ce début d’année. Les retraités ont pourtant déjà perdu 12 % de pouvoir d’achat depuis 2014 ce qui représente un mois entier de retraite. Le résultat : des retraités de plus en plus nombreux aux Restos du cœur et au Secours populaire tout simplement pour pouvoir manger ; un foyer sur 5 souffre du froid, 21 % des plus de 60 ans dans la métropole nantaise vivent sous le seuil de pauvreté. C’est cela la réalité. Et pendant ce temps-là, les entreprises du CAC 40 - qui ont touché des aides publiques massives sous forme de plan de relance, de plans d’urgence, de soutien de la BCE et autres - ont versé 53 milliards de dividendes à leurs actionnaires.

Ça suffit ! Ça ne peut plus durer ! C’est ce qu’ont dit les 25 000 retraités à Paris le 2 décembre dernier

_____ __ _

Xème congrès de l'Union départementale des retraités FO

Les retraités massivement à Paris le 2 décembre pour la revalorisation des pensions