InFOrmation syndicale

9 AU 13 SEPTEMBRE STAGE "SANTÉ, SÉCURITÉ ET CONDITIONS DE TRAVAIL" --- 30 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE STAGE "DÉCOUVERTE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" --- 1er OCTOBRE COMMISSION ÉLARGIE À LA SALLE ESTUAIRE DE COUËRON ---- 29 AU 31 OCTOBRE STAGE "CONNAÎTRE DES DROITS" --- 4 AU 8 NOVEMBRE STAGE "FONCTIONNEMENT ET COMMUNICATION DU SYNDICAT" --- 16 AU 20 DÉCEMBRE STAGE "DÉCOUVERTE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" --- ...

16 mai 2023

Commission Administrative élargie: 200 militants FO réunis pour préparer la grève du 6 juin

 Assemblée des syndicats de l’Union Départementale FO44 - Lundi 15 mai 2023

Ce lundi 15 mai, l'Union Départementale FO de Loire-Atlantique avait ouvert sa Commission administrative aux syndiqués. 200 militants se sont réunis pour préparer la grève du 6 juin.

Depuis le 19 janvier, nous sommes mobilisés pour faire tomber la « contre-réforme » des retraites. C’est une mobilisation historique avec un front uni de toutes les organisations syndicales (…).
« FO ira donc rappeler ses revendications à la Première ministre : en premier lieu l’abandon de la réforme des retraites injuste, injustifiée et brutale », puis « FO rappellera ses exigences sur la place à donner à la négociation collective, sur la méthode à engager, pour refuser tout cadrage imposé par le gouvernement ».


 Extrait de l’intervention de Michel Le Roc’h

Camarades,

(…) Je voudrais avoir une petite pensée pour nos camarades Cécile Kolher et Jacques Paris qui sont retenus comme otages en Iran depuis un an. Triste anniversaire puisqu’ils sont enfermés dans une prison à Téhéran. Jacques Paris est syndiqué au syndicat FO des Lycées et Collèges de Loire Atlantique et membre également de l’UDR 44. Deux otages ont été libérés la semaine dernière -il s’agit de Benjamin Brière et Bernard Phélan- et nous espérons que Cécile et Jacques suivront (…).

Depuis le 19 janvier, nous sommes mobilisés pour faire tomber la « contre-réforme » des retraites. C’est une mobilisation historique avec un front uni de toutes les organisations syndicales (…). Nous avons joué un rôle très important pour construire ce front uni, tant au niveau national, qu’au niveau local. Cela a donné un souffle à cette mobilisation. Et c’est nous qui avons proposé aux autres confédérations fin février, d’élever le niveau du rapport de force en appelant à la grève les 7, 8 et 9 mars, puis les 15, 16 et 17 mars. Sur cette question, nous n’avons pas été suivis par l’intersyndicale. Il s’agissait d’essayer de sortir de la mécanique des journées isolées -on en est à 13 aujourd’hui – et de pousser à la généralisation de la grève. Cela n’a pas été suivi, mais cela ne retire rien à la puissance des grèves et des manifestations qui se sont exprimées depuis le 19 janvier pour le retrait de la « contre-réforme » des retraites (…).

Après 4 mois de mobilisation, Macron et son gouvernement sont laminés. Vous avez vu Macron isolé, remonter les Champs Élysées le 8 mai. Le même jour à Lyon, il a été accueilli par 8000 personnes alors que la manifestation avait été interdite (…). Il n’y a pas un déplacement d’un ministre sans qu’il soit reçu comme il se doit. Malgré cette situation, Macron a promulgué sa loi. On peut parler d’une victoire à la « Pyrrhus ».

Je voulais insister sur la place des institutions. La constitution de la 5ème République permet à un homme isolé et installé au cœur de l’Etat, de prendre un certain nombre de décisions contre la volonté du peuple. De ce point de vue, je n’ai jamais eu d’illusion sur le rôle du conseil constitutionnel. Je rappelle que le conseil constitutionnel est là pour protéger les institutions. Il a validé la loi et refusé le référendum d’initiative partagé. Celui-ci n’avait aucune chance d’aboutir (…).

Ils sont donc passés en force, n’hésitant pas à réprimer ceux qui s’opposaient à eux. Nous avons condamné la répression (…).

Il y a cette répression organisée contre ceux qui manifestent contre le gouvernement. Tous les moyens sont mis en œuvre. Nous aimerions que les mêmes moyens soient mis en œuvre pour protéger ceux qui sont victimes d’agressions. Je pense à la Libre Pensée qui a été victime d’une agression devant ses locaux. Et il y a la situation du maire de Saint-Brévin. Agression et aucune protection de la part de l’Etat, il le déplore lui-même. C’est la raison pour laquelle, je vous propose d’adopter un communiqué de soutien à Monsieur Morez :

« Après avoir subi des menaces de mort, des actes d’intimidation allant jusqu’à l’incendie de ses voitures et d’une partie de son domicile, le maire de Saint-Brévin, Monsieur Yannick Morez, a annoncé sa démission le mercredi 10 mai 2023, ainsi que sa décision de quitter la ville où il a pourtant été élu par une majorité de Brévinois.

L’Union départementale FO de Loire-Atlantique condamne sans réserve les agissements anti-démocratiques dont Monsieur le Maire, élu de la République, a été victime depuis l’annonce du transfert d’un Centre d’accueil des demandeurs d’asile (CADA) sur le territoire de la commune.

L’UD FO de Loire-Atlantique déplore l’absence de protection réelle de l’Etat face aux menaces et intimidations dont a été victime Monsieur Yannick Morez. Elle lui apporte son soutien plein et entier.

« Considérant que le syndicalisme ne saurait être indifférent à la forme de l’Etat » (préambule de nos statuts confédéraux), l’Union départementale FO de Loire-Atlantique réaffirme son attachement aux principes républicains et à la démocratie. »


Camarades,

Nous sommes dans une situation particulière : que faire ?

Vous avez sur table la circulaire confédérale de Frédéric Souillot intitulée « Invitation à Matignon ». Bien sûr la question de participer ou non à cette rencontre se posait (…). Le bureau confédéral a décidé de s’y rendre. Voici les éléments les plus importants de cette circulaire :

« FO ira donc rappeler ses revendications à la Première ministre : en premier lieu l’abandon de la réforme des retraites injuste, injustifiée et brutale », puis « FO rappellera ses exigences sur la place à donner à la négociation collective, sur la méthode à engager, pour refuser tout cadrage imposé par le gouvernement ».

Les choses sont dites et clairement exprimées et nous restons indépendants. Nous avons des revendications, à commencer par l’abrogation de la « contre-réforme » des retraites. Nous sommes pour la négociation collective avec l’objectif d’améliorer la situation des salariés.  Mais nous savons que ce n’est pas ce que souhaite le gouvernement. Ils veulent renouer avec ce qu’ils appellent eux le « dialogue social » avec l’objectif de poursuive dans la direction des « contre-réformes », avec en ligne de mire une nouvelle loi travail et la poursuite du démantèlement des services publics (…). La nouvelle loi travail, c’est « travailler plus, gagner moins avec moins de garanties collectives ». Et ils se donnent 100 jours !

Il n’est bien entendu pas question pour nous d’accompagner les mesures du gouvernement et de nous laisser piéger par « le nœud coulant du dialogue social » selon l’expression de mon camarade Pascal Samouth de la Haute-Loire. Alors nous n’avons pas d’autres choix que de poursuivre et de nous battre. Et nous pouvons nous appuyer sur la détermination et la colère qui s’expriment depuis le 19 janvier dernier. Nous devons faire du 6 juin une journée puissante de grève et de manifestations. Je vous invite à réunir les syndiqués et les salariés si possible avec toutes les organisations syndicales pour préparer la grève du 6 et sa poursuite si les conditions sont réunies (…). 

Ce matin les confédérations ont sorti un nouveau communiqué qui va dans ce sens et qui est un point d’appui, mais il y a une ambiguïté. L’intersyndicale (ce n’est pas à la demande de FO) soutient la proposition de loi du groupe LIOT qui devrait passer à l’assemblée nationale le 8 juin prochain. S’en remettre au vote du parlement est un jeu particulier. Macron hésite à recourir à l’article 40 de la constitution (irrecevabilité budgétaire) pour rendre impossible un tel vote. Et puis, il y a le contenu de la proposition de vote, son article 1 qui propose l’abrogation du seul article 7 de la loi (64 ans) et son article 2 qui propose la tenue d’une conférence sociale pour équilibrer les comptes. Ne laissons pas croire que l’issue pourrait venir du parlement et des institutions : comptons sur nos propres forces !

 

Camarades,

Les organisations syndicales régionales de la santé (FO, CGT, CFDT et Sud) appellent à un rassemblement devant l’ARS le mardi 23 mai prochain à 11H pour le rétablissement des places supprimées dans le secteur de la psychiatrie (236 en quelques années). J’invite tous les militants à y participer (…).


_____ __ _

Ensemble pour obtenir le retrait et pour la justice sociale ! | Communiqué de l'intersyndicale - 15/05

Toujours unis, nombreux et déterminés pour le retrait de la réforme des retraites et pour le progrès social | Communiqué intersyndical 44 - 09/05

Toujours unis, nombreux et déterminés pour le retrait et pour le progrès social | Communiqué de presse intersyndical - 02/05

Site FO => Réforme des retraites, FO dit stop ! / Blog FO44 => Actu sur la #REFORMEDESRETRAITES / Chaîne Odysee => Vidéos FO44 / Telegram => Canal FO44