InFOrmation syndicale

9 AU 13 SEPTEMBRE STAGE "SANTÉ, SÉCURITÉ ET CONDITIONS DE TRAVAIL" --- 30 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE STAGE "DÉCOUVERTE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" --- 1er OCTOBRE COMMISSION ÉLARGIE À LA SALLE ESTUAIRE DE COUËRON ---- 29 AU 31 OCTOBRE STAGE "CONNAÎTRE DES DROITS" --- 4 AU 8 NOVEMBRE STAGE "FONCTIONNEMENT ET COMMUNICATION DU SYNDICAT" --- 16 AU 20 DÉCEMBRE STAGE "DÉCOUVERTE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" --- ...

07 juillet 2023

CHU de Nantes: Grève de l'unité de Stérilisation

Depuis le 12 avril 2023, le personnel de la stérilisation centrale est en grève avec le syndicat Force Ouvrière du CHU de Nantes sur des revendications salariales et de conditions de travail.

La Direction a répondu positivement sur certains points avec l’augmentation légitime de la prime d’insalubrité à son taux maximum et la création de près de 6 ETP.

Cependant, cette avancée est loin d’être suffisante et ne répond pas à l’ensemble des revendications des agents :

  • Création de 6 ETP (alors que les agents en demandaient bien 6, sans compter les renforts existants donc 9 au total pour faire face à la charge de travail !)
  • Pas d’avancée sur les évolutions de carrière alors qu’il s’agit des personnels les moins bien rémunérés de la fonction publique hospitalière avec un traitement au niveau du SMIC parfois pendant 16 ans. Pour rappel l’augmentation de la prime d’insalubrité ne représente en moyenne que 15 euros par mois!


Les agents de la stérilisation, dont le rôle est central au CHU de Nantes, se sentent méprisés et non reconnus par l’institution.

FO dénonce les pressions dont ils sont victimes avec notamment le chantage à la décentralisation de l’activité si le mouvement de grève devait perdurer, et condamne l’envoi de matériel dans d’autres établissements remettant en cause le droit de grève.

La Direction a en effet fait le choix de sous-traiter une partie de l’activité, plutôt que de répondre positivement aux revendications!!
La Direction est confrontée à une pénurie de personnel sans précédent en lien avec les politiques menées depuis plusieurs décennies, mais elle continue sur la même lignée mortifère conduisant à la fuite des hospitaliers.

Force Ouvrière sait que la question des rémunérations passera nécessairement par une augmentation du point d’indice de 26 % pour le mettre au niveau de l’inflation des dix dernières années, mais condamne la politique du CHU de Nantes qui refuse des évolutions de carrières plus favorable aux agents les moins bien rémunérés.

Aujourd’hui, la Direction accorde des grades reconnaissant la technicité en les rémunérant mieux dans certains secteurs pour conserver leur personnel et se protéger pénalement afin de maintenir la continuité des soins et elle le refuse pour d’autres estimant que ceux-ci ne sont pas préjudiciable au fonctionnement de l’hôpital.

Pour FO, le dégel du point devient une urgence, comme pour la revoyure de toutes grilles de salaire à la hauteur des formations de chaque catégorie d’hospitalier si nous voulons garder le personnel et garantir l’accès aux soins pour tous.


- Lire aussi : Des moyens pour la Psychiatrie | Article paru dans L'Ouest-Syndicaliste n°738