InFOrmation syndicale

- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Commission Administrative de l'Union Départementale le 27 novembre
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

10 mars 2011

NE PAS AUGMENTER LES SALAIRES, LA "BETISE A NE PAS FAIRE"

Alors que les gouvernants réunis dans le cadre du G20 n’en sont qu’a tergiverser sur la possibilité que soit, peut être, mis en œuvre de possibles indicateurs destinés à mesurer les déséquilibres mondiaux (!), la pression sur les travailleurs et leur pouvoir d’achat s’accentue.

Les prix de l’énergie vont encore augmenter, eux qui affichent déjà une hausse de plus de 14% sur un an. Celui du gaz en particulier va encore flamber, portant l’augmentation annuelle à prés de 20% ! Et quand elles se cumulent avec d’autres, comme celle des matières premières agricoles (blé, sucre..), c’est le pouvoir d’achat qui est gravement impacté.

Face ces augmentations, les entreprises et les salariés n’ont clairement pas la même marge de manœuvre. Si l’on sait d’ores et déjà que les premières répercuteront, comme bon leur semble, ces hausses dans leur prix de vente, ce qui alimentera d’autant l’inflation, l’augmentation des salaires n’est toujours pas à l’ordre du jour, elle serait même selon le patron de la BCE, la « dernière bêtise à faire » !

Cette mise en garde solennelle contre des augmentations de salaires en France est non seulement inadmissible mais particulièrement inopportune quand, au même moment, en Allemagne, les partenaires sociaux arrachent les uns après les autres des hausses de salaires substantielles (bien supérieures à l’inflation). Alors le modèle allemand ne serait-il donc bon à suivre que dans les sens défavorables aux salariés et pas dans les autres ?

Plus que jamais, FORCE OUVRIERE porte des revendications d’augmentations des salaires, dans le privé et dans le public. Il s’agit d’une priorité économique et sociale. Alors que les banques et les grands groupes français renouent avec des niveaux de profits historiques, ceux-ci seraient bien inspirés de suivre l’exemple de leurs homologues allemands à l’origine de l’impulsion nouvelle donnée aux salaires. En France, il en va des niveaux de vie des travailleurs et, au-delà, de la qualité des relations sociales et de l’activité économique.

___ __ _
Contacts : Marie-Alice MEDEUF-ANDRIEU - marie-alice.medeuf@force-ouvriere.fr | Pascal PAVAGEAU - pascal.pavageau@force-ouvriere.fr