InFOrmation syndicale

Vacances de FO44.ORG, du 22 décembre 2017 au 8 janvier 2018

15 juin 2015

La "politique de la peur"

La "politique de la peur" est  caractéristique des dictatures. Elles manipulent les peurs provoquées en surévaluant le danger (réel ou fabriqué) pour que l'on se résigne à plier sous leur joug soi-disant protecteur ... " afin d'éviter le pire " !

La célèbre formule du candidat De Gaulle en 1965 " Moi ou le chaos ! " est à cet égard significative. En bons élèves du Général,  les politiciens usent et abusent aujourd"hui à tout propos du procédé : "l'austérité ou la banqueroute !" ..."L'euro ou l'apocalypse !"... "Moi ou Le Pen !" etc.


Observons cependant que l'ampleur de l'agitation politico-médiatique quotidienne de l'épouvantail FN (1) (inversement proportionnelle à l'exiguïté de l'Exécutif réduit à 11% de l'électorat) ne suffit plus à faire peur.
A quoi faudrait-il aujourd'hui se résigner ? Quel est donc cet "esprit de responsabilité" qu'invoque désespérément la mInistre de l'Education Nationale pour tenter de nous faire avaler la contre-réforme des collèges ?
Est-ce "l'esprit du 11 janvier"? Celui de l'union nationale à laquelle il faudrait se rallier car "nous sommes en guerre " comme l'aboie le premier ministre ?

Souvenons-nous du 11 janvier.
Souvenons-nous du "syndicalisme rassemblé" en cortège avec Gattaz, le président du Medef...
Souvenons-nous que, surfant sur l'émotion provoquée par les assassinats à Charlie Hebdo, l'Exécutif poussait la tartufferie jusqu'à convoquer en tête de manifestation les pires ennemis de la liberté, dont les ambassadeurs d'Arabie saoudite et du Qatar, financeurs des réseaux djiadistes, pépiniaires des assassins de Charlie Hebdo !!!

"L'esprit du 11 janvier", c'est l'union nationale, dont l'UNSA, poisson pilote de la CFDT, a voulu salir le 1er Mai pour effacer le 9 avril.

Nous relatons dans le numéro de l'OS comment au 1er Mai en Loire-Atlantique,  FO et CGT avec la FSU et Sud ont déjoué la manoeuvre en réaffirmant et consolidant l'axe de l'indépendance et de la résistance de classe, dans la continuité de la grève et de la manifestation  nationale du 9 avril.

Union nationale ou Résistance ouvrière, le choix est clair.
Impossible de remiser le 9 avril aux oubliettes, comme voudrait nous l'imposer la censure gouvernementale ! Impossible de se plier aux ukases de la troïka (2) au prétexte "d'éviter le pire"!

Le pire ?  C'est maintenant !
C'est la loi Macron, la loi Touraine, la "réforme territoriale" etc ... et ce projet corporatiste de destruction de la République et des Confédérations Syndicales, projet que nous dénonçons dans ce numéro de l'OS.
Dans la foulée du 9 avril, la multiplication des grèves, dont celle du 19 mai pour le retrait de la "réforme des collèges", indique que le combat continue et qu'il finira par converger, avec notre aide, dans le "tous ensemble" !


JA
___ __ _
1- Ah ! Le FN ... S'il n'existait pas il faudrait l'inventer. Ce qui fut fait en son temps, c'est à dire il y a trente ans quand le ministre de Mitterrand, Pierre Bérégovoy, vendait la mèche en avouant: " le FN est la chance historique de la gauche "...En 1982, Mitterrand donna en effet instruction aux chaînes de télévision publiques d'ouvrir leur accès à Jean Marie Le Pen. Trente ans de médiatisation et de complaisance de son chef à jouer l'épouvantail officiel - bien utile au "système" qu'il semblait dénoncer -, le FN n'atteint - somme toute - que 15% de l'électorat...
2- La Troïka est composée de la Banque Centrale européenne, du Fonds Monétaire International et de l'Union européenne.