InFOrmation syndicale

- La confédération FO organise son 1er salon CE, le 7 novembre Plus d'inFOs...
- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

23 mars 2016

Rassemblement pour le maintien d’un poste au Lycée Guy Môquet à Châteaubriant

Le 3 mars dernier, plus de 200 personnes se sont rassemblées devant le lycée Guy Môquet de Châteaubriant pour revendiquer le maintien d’un poste de professeur supprimé en BTS et le maintien des heures postes. 
Au nom de l’UD et des services publics & de santé, qui tenaient leur congrès régional, Michel Le Roc’h a apporté son soutien aux manifestants.

À suivre l'extrait de l’intervention de Michel Le Roc’h - Secrétaire de l’Union départementale CGT-FO44
Comme pour les hôpitaux et les collectivités territoriales, les mesures d’austérité qui découlent du pacte de responsabilité touchent l’enseignement.
Entre 2008 et 2015, le nombre de professeurs a baissé de 4,3%. Le nombre d’élèves du second degré a augmenté de 90 000 sur la même période. La réforme du collège, assise sur la pédagogie de l’ignorance, sur l’inculture et la docilité, vise à réduire encore plus la voilure. Tout cela conduit à la situation du lycée Guy Môquet : baisse de la dotation de l’établissement, alors que le nombre d’élèves augmente (...) ; suppression de poste en BTS... La structure est la même, on demande même aux professeurs de prendre des apprentis l’année prochaine et pourtant on supprime un poste sur trois, on se prive des compétences d’un professeur présent depuis dix ans au lycée. Ce n’est pas acceptable. Cette décision des pouvoirs publics, en particulier de l’Inspection Académique, est directement la conséquence de la politique d’ensemble de ce gouvernement (...). Oui, il y a un lien entre la suppression du poste au lycée, la suppression de milliers de postes de fonctionnaires, le gel des salaires et le projet de loi El Khomri qui vise à démanteler le code du travail à la plus grande satisfaction du Medef. Mais nous n’allons pas nous laisser faire et nous allons nous battre.  Les représentants syndicaux de l’Education nationale interviendront demain, à l’occasion de la séance du Comité Technique départemental, pour exiger l’annulation des pertes de moyens et le maintien du poste d’économie-gestion. Je vous informe que les collègues des lycées Livet, Les Bourdonnières et Jean Perrin sont également engagés dans une lutte pour le maintien ou la création de moyens. J’écrirai ce week-end une lettre ouverte au préfet qui représente le gouvernement et je demanderai aux camarades de notre fédération d’intervenir au ministère. Nous mettrons tout en œuvre pour repousser l’offensive contre l’enseignement et je vous invite à rester mobilisés.