InFOrmation syndicale

- La confédération FO organise son 1er salon CE, le 7 novembre Plus d'inFOs...
- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

22 juin 2016

Répression contre un représentant FO Cheminots, à Nantes

Extrait du tract du syndicat FO Cheminots de Nantes distribué le 1er juin
Le mardi 24 mai 2016, notre camarade Erwan Kerivel, agent de réserve de l'équipe Produit Train de l'Escale de Nantes (ETGV PDL), secrétaire du syndicat des cheminots Force Ouvrière de Nantes, RSS et membre du CHSCT de l'Escale de Nantes était en poste à l'expédition des trains sur les quais de 12h15 à 20h15.

À 14h00, la dirigeante de proximité (DPX) de l'agent vient le chercher sur son lieu de travail pour le convoquer dans son bureau sur-le-champ. L'agent la suit et est reçu dans le bureau de la DPX en présence du DRH de l'établissement. La DPX et le DRH signifient à l'agent qu'il semble ne pas être en forme, qu'il a l'air fatigué et souhaitent l'amener au cabinet médical SNCF. L'agent accepte tout en signifiant qu'il est apte à tenir son poste jusqu'à sa fin de service, qu'il n'est ni sous l'emprise de l'alcool, ni sous l'emprise d'aucune sorte de stupéfiant.

Arrivés au cabinet médical, le DRH entre dans le bureau du médecin de région SNCF sans l'agent. L'agent reste seul avec sa DPX qui lui signifie qu'elle s'inquiète pour lui, sa santé et son moral, qu'elle le sent à bout et que "défendre ses collègues c'est bien mais il doit penser à lui".

(...) Le médecin de soin lui demande la permission d'appeler ultérieurement le médecin traitant de l'agent et, sans aucun examen médical, signifie à l'agent un arrêt de travail prenant effet immédiatement alors qu'il n'est ni malade, ni accidenté. L'agent est reconduit par sa DPX à la commande du personnel pour remettre son arrêt de travail. La DPX signifie à l'agent qu'il doit rentrer chez lui et se reposer. L’agent rentre chez lui par ses propres moyens sans être accompagné.


Chacun jugera, mais notre syndicat pose la question : 
« Y-a-t-il eu volonté d’écarter notre camarade des AG de grèves des 25 et 26 mai ?!»

Le secrétaire général de la Fédération des Cheminots Force Ouvrière a d’ores et déjà pris l’initiative de contacter Guillaume Pepy (SNCF) et Jean-Claude Mailly (FO) sur cette affaire.