InFOrmation syndicale

- La confédération FO organise son 1er salon CE, le 7 novembre Plus d'inFOs...
- Formation syndicale, du 20 au 24 novembre: "Découverte de FO et moyens d'action du syndicat"
- Force Ouvrière organise la XVIIIème Journée Nationale Travail & Handicap, le 5 décembre Inscriptions
- Renouvellement des Conseillers du salarié (2018-2020) Appel à candidature

13 mars 2017

Les professeurs du collège de Montoir mobilisés

A l’hôpital, on ferme des lits … Dans l’éducation nationale, on ferme des classes !

Cette année, il y avait 4 classes de 5ème, avec des effectifs moyens de 23 élèves, ce qui permettait à tous les élèves de bénéficier d’un enseignement de qualité et pour les élèves en difficulté d’un accompagnement particulier.
A la rentrée prochaine, une classe est supprimée il n’y aura que 3 classes de 4ème, soit des effectifs de 29-30 élèves par classe. Une rentrée scolaire avec de tels effectifs est une catastrophe pour les conditions de travail des élèves et des professeurs.

De plus : jusque-là, le collège, situé dans une commune défavorisée, bénéficiait d’une enveloppe supplémentaire qui lui permettait de faire des dédoublements de classes, des heures de mathématiques ou de français en groupes plus restreints. Tous ces dispositifs sont remis en question… alors que les résultats du collège au Diplôme national du brevet progressaient depuis plusieurs années et dépassaient même les résultats académiques l’an dernier.

Les personnels du collège de Montoir de Bretagne, soutenu par le SNFOLC se mobilisent :
- Conférence de presse le mardi 7 février.
- Réunion avec les parents le jeudi 9 février : demande d’audience auprès de la mairie de Montoir et auprès du Directeur académique pour demander la non-suppression de cette classe.

Encore une fois, l’annonce de la création de 60 000 postes d’enseignants sous le quinquennat de François Hollande est un mensonge : les moyens ne cessent de diminuer, le nombre d’élèves par classe d’augmenter. La réforme des collèges, mise en place en cette rentrée scolaire 2016, qui a supprimé des heures d’enseignement pour les élèves, aggrave encore les conditions d’enseignement.


Info de Jérôme Guyon