InFOrmation syndicale

15 AVRIL À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE --- 15 AU 19 AVRIL STAGE "COMITÉ SOCIAL ET ÉCONOMIQUE" --- 22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- ...

09 février 2010

GRÈVES RECONDUCTIBLES DANS LES EHPAD NANTAIS


Le Comité d'Action Sociale de la Ville de Nantes gère 6 EPHAD (Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes)

Pour rogner sur les coûts budgétaires, la Ville a fait le choix du recours massif à des contractuels précaires (1), combiné au "travail coupé" des 87 agents des EPHAD : 12 cuisiniers, 40 auxiliaires de soins et 35 agents sociaux, dont la journée de travail débute tôt le matin, pour finir tard le soir, avec une pause obligée de plusieurs heures entre les deux "coup de bourre" du matin et de la soirée.

Depuis maintenant deux ans FO mobilise le personnels des EPHAD sur la base d'une plate-forme revendicative exigeant notamment :
  • l'augmentation des effectifs en personnels,
  • la remise en place d'une "équipe volante" d'agents titulaires", en nombre suffisant pour remplacer les personnels en congés ou malades,
  • de réelles perspectives de stagiarisation des auxiliaires,
  • une négociation sur le régime indemnitaire des agents titulaires, avec élargissement des acquis aux personnels contractuels,
  • l'attribution d'un régime indemnitaire supplémentaire de sujétion pour tous les agents travaillant en horaires "coupés".
Le rapport de forces a contraint la municipalité à des premières
  • Elle a ainsi accepté de remettre en place une équipe volante de 12 "agents sociaux" et "auxiliaires de soins" fonctionnaires. Une décision positive, certes, mais pas à la hauteur des besoins : cela ne comble pas le déficit chronique des EPHAD nantais en personnels aides-soignants ; et, de plus, sur ces 12 titulaires, pas un seul aide-cuisinier n'est prévu.
  • N'ignorant pas elle-même que cette "équipe volante" de 12 titulaires était loin de répondre aux nécessités de service, la municipalité l'a complétée d'une seconde équipe volante... constituée elle de personnels auxiliaires, donc précaires. Pour ces derniers, FO exige des garanties à minima sur les conditions de recrutement et de renouvellement des contrats.
  • Enfin, concernant la compensation financière du "travail coupé", la mairie de Nantes propose une prime de 21 € la journée pour les samedis, dimanche et jours fériés d'assujettissement.
C'est sur ce dernier point que se cristallise aujourd'hui le conflit entre la municipalité et Force Ouvrière, qui exige 50 € de prime au lieu des 21 proposés.

C'est ce qui a conduit FO à lancer un mot d'ordre de grève de 24 heures chaque dimanche de janvier et février 2010, jusqu'à satisfaction de la revendication.

La mairie a répondu à l'appel à la grève de FO par la réquisition des personnels le dimanche, tout en misant sur l'étiolement du mouvement au fil des semaines.

Mais force a été pour elle de constater, que le bras de fer confortait les agents des EHPAD dans leur détermination revendicative.

Le 2 février dernier, elle s'est donc résolue à mettre un peu plus d'argent sur la table, en montant la barre de 21 € bruts (sa proposition originelle de prime de travail coupé en week-end) à 36 €.

Insuffisant pour FO, qui a maintenu son appel à la grève pour le dimanche 7 février, et qui prévoit des réunions d'information durant la semaine du 8 au 12 février, pour faire le point de la situation et débattre de la suite du mouvement.

(1) Selon l'autorité municipale elle-même, sur l'ensemble des services de la mairie de Nantes, le seuil de 2000 agents temporaires en fonction serait désormais atteint, voire franchi