InFOrmation syndicale

COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE LUNDI 4 NOVEMBRE À 9H30 - BUREAU DE L'UD-FO44 MARDI 12 NOVEMBRE À 10H0 - 5 DÉCEMBRE &+ GRÈVE CONTRE LE PROJET DE LOI SUR LES RETRAITES - ...

13 septembre 2011

GRÈVE À NANTES GESTION EQUIPEMENTS (NGE) POUR RÉTABLIR LA PRATIQUE CONTRACTUELLE

Nantes Gestion Equipements (NGE) est une société d'économie mixte employant 160 salariés et dont le capital est détenu à hauteur de 76,06% (et à parts égales) par la Ville de Nantes et Nantes Métropole. Elle assume notamment la gestion du camping et des équipements de loisirs du Petit Port, des équipements portuaires de Nantes Métropole, de salles de réunion, ainsi que de 8 des parkings couverts nantais et de 6 parcs de stationnements enclos.

Mais dans le cadre de la maastrichienne "concurrence libre et non faussée" , la société d'économie mixte de la Ville de Nantes et de Nantes Métropole se trouve en situation de devoir disputer le marché du service public à des opérateurs privés lors des nouveaux appels d'offres ou à expiration des contrats de prestation. Ainsi le groupe Vinci a la gestion du parking de l'ancien Palais de Justice, et Effia celle des parkings SNCF ainsi que de celui des Machines de l'Ile de Nantes.


Conditions de travail et salaires victimes de la "concurrence non faussée"

NGE s'est muée dans ce contexte en chasseresse de marchés et de contrats, l'esprit "gestion de service public" cédant la prééminence à la course à la "productivité" et à "l'abaissement du coût du travail".

La réorganisation/dégradation des conditions de travail qui en résulte se traduit par des plannings de travail sans cesse remaniés, des recours à des CDD, voire à des stagiaires, pour pallier l'insuffisance des recrutements en CDI.

Des menaces de suppression pèsent même sur certains postes.

En compensation d'une pénibilité du travail accrue, et alors que la fréquentation en augmentation régulière par le public des équipements de NGE "booste" les recettes de la société, les salariés sont à juste titre en situation d'exiger de la direction qu'elle traduise sur les feuilles de paye la promesse qui avait été la sienne lors des NAO 2010 (où elle n'avait pas mis beaucoup d'argent sur la table) : de "meilleures" NAO en 2011 qu'en 2010.

Mais lors des NAO 2011, exit la "promesse" de 2010 : la direction, refusant de négocier la revendication d'une augmentation a minima de 2% présentée par les syndicats, annonça courant juin, pour solde de tout compte 2011, 0,7% d'augmentation des salaires, assortis d'une prime, non pérenne, de 400 euros.

Comme FO (majoritaire) ainsi que la CGT et la CFDT refusaient de signer un accord sur de telles bases, le directeur de NGE mit les syndicats au défi de recourir à la grève pour faire prévaloir leurs revendications. Provocateur, il assortit de surcroît son discours de propos dénoncés comme méprisants et insultants par ses interlocuteurs syndicaux.

Une grève réussie ... malgré la défaillance du syndicat aux tympans défaillants

Bien décidés à ne pas courber l'échine, les syndicats décidèrent alors de relever le défi par un appel à la grève le 30 juin.

Les syndicats, ... enfin pas tous au moment du passage à l'acte ... car le bruit courut, vite confirmé, que la CFDT renonçait à la grève.

S'enquérant des intentions et motivations de ladite CFDT, Emmanuelle Huguet, la déléguée syndicale FO à NGE, s'entendit expliquer par le syndicat faisant défaillance que la CFDT était bien d'accord avec FO et la CGT tant sur les revendications que les raisons de faire grève, ... mais qu'un bien noble impératif moral l'obligeait à se retirer du mouvement: FO et la CGT évoquaient dans leurs tracts des propos insultants proférés par le directeur ; or la CFDT, elle, n'avait point ouï de langage manquant de délicatesse à l'égard des représentants syndicaux. Dans ces conditions sa conscience lui interdisait l'appel à la cessation du travail.

La tentative CFDT de torpillage de la grève fit chou blanc. Comme le releva la presse locale, le mouvement fut très "suivi" le 30 juin, avec plus de 50 manifestants devant le siège social. Du coup le directeur de NGE a été contraint à renoncer à son arrogance et à accepter l'examen des revendications de FO et de la CGT, auxquelles il s'est engagé à apporter réponse courant septembre.
___ __ _
Grève le 30 juin 2011  : GREVE A LA NGE (Nantes Gestion Équipement)