InFOrmation syndicale

LUNDI 5 NOVEMBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE - DU MARDI 20 AU JEUDI 22 NOVEMBRE FORMATION "NÉGOCIER" - ...

27 février 2012

PESTICIDES: AGRICULTEURS ET CONSOMMATEURS, DEGATS COLLATERAUX?

La condamnation par un tribunal de Lyon, le 13 février dernier, du géant mondial de l’agrochimie Monsanto, jugé responsable de l’intoxication d’un agriculteur français, a conduit une nouvelle fois à s’interroger sur les produits utilisés dans le domaine phytosanitaire (littéralement qui a rapport aux soins et aux traitements des végétaux). 

Notamment dans l’industrie agropharmaceutique, grande pourvoyeuse de pesticides; un mot qui étymologiquement signifie éliminateur de peste (originellement animal nuisible) mais qui pour beaucoup évoquerait plutôt le cholera, quoique cette maladie a l’avantage de posséder des effets plus rapides et moins sournois que bien des produits chimiques employés dans ce secteur. Utilisés en masse quelques années après la fin de la Seconde guerre mondiale, les armées disposant de gigantesques stocks de produits chimiques, les pesticides (herbicides, fongicides, insecticides) pourraient bien être à l’origine de l’explosion des cancers. Encore faudrait-il le prouver... En justice, c’est en effet à celui qui accuse de démontrer le bien-fondé de ses allégations, donnant bien entendu souvent l’aspect de la lutte du pot de terre contre le pot de fer, car il faut être capable de payer des expertises hors de prix face à des géants chimiques bardés d’experts, placés également dans les organismes de surveillance sanitaires nationaux et internationaux, comme l’on montré récemment quelques scandales de conflits d’intérêts.

En seconde ligne après l’agriculteur, le consommateur n’a guère de quoi être rassuré. Une enquête menée en 2008 par des ONG sur des raisins proposés par de grandes enseignes dans 5 pays européens (Allemagne, France, Hollande, Hongrie et Italie) avait mis en évidence la présence de pesticides interdits (formant souvent de dangereux cocktails par interaction) et des dépassements de limites maximales en résidus (LMR), et cela particulièrement dans l’Hexagone. Les raisins de la colère auraient du être étouffés par le Grenelle de l’Environnement mais de ce dernier il n’en reste guère, aujourd’hui, que quelques résidus...
___ __ _
Association FORCE OUVRIERE des Consommateurs à Nantes : http://www.fo44.org/p/afoc.html