InFOrmation syndicale

DU LUNDI 18 AU VENDREDI 22 JUIN STAGE CE/CSE - LUNDI 25 JUIN À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - JEUDI 28 JUIN JOURNÉE DE REVENDICATIONS ET DE MOBILISATIONS - VENDREDI 5 OCTOBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE AVEC PASCAL PAVAGEAU - ...

22 mars 2012

COUT DU TRAVAIL EN FRANCE ET EN ALLEMAGNE : DES CHIFFRES ET DES FAITS

Le coût du travail ne quitte jamais vraiment la scène du débat économique et social et les campagnes électorales sont propices à des argumentations chiffrées, dont on peine trop souvent à identifier l’origine et la cohérence. Dans ce contexte, une nouvelle publication de l’INSEE est venue récemment remettre les choses en place concernant les comparaisons en matière de coût du travail au niveau européen. Ces constats appellent un certain nombre d’observations alors que le sujet demeure sensible et que certains en font la cause principale du chômage persistant et de la tendance actuelle de l’emploi, avec en toile de fond la référence allemande érigée en modèle à suivre.

De fait, cette « obsession du modèle germanique », qui ne s’exprime pas uniquement sur le coût du travail, sert toujours d’aiguillon aux commentateurs et à bon nombre d’acteurs politiques,alors que le rapport de la Cour des Comptes sur les prélèvements fiscaux et sociaux en France et en Allemagne – commandé par le chef de l’Etat fin 2010 et rendu public en mars 2011 – avait eu le grand mérite de clarifier les choses et de battre en brèche un certain nombre de poncifs, d’idées fausses et de raccourcis faciles. On peut d’ailleurs regretter que les conclusions de ce rapport aient si peu été reprises à son compte par l’exécutif mais cela est probablement lié au fait qu’elles n’allaient pas, pour l’essentiel, dans le sens des présupposés qui avaient conduit à sa réalisation…
L’étude de l’INSEE révèle ainsi que le coût horaire du travail est comparable en France et en Allemagne dans l’industrie manufacturière. De l’ordre de 33 euros de l’heure en 2008 avec cependant des différences selon les secteurs : 26% de plus dans l’alimentaire mais 29% de moins dans l’automobile. De plus, la part des « charges » n’est pas significative dans le coût du travail, comme l’indique Laurence Rioux, une des auteurs de l’article : «à moyen long terme il ne semble pas y avoir d’effets du taux de cotisation sociale patronale sur le niveau du coût horaire de la main d’œuvre c'est-à-dire que seul le niveau total de prélèvement compte, comprenant les cotisations sociales employeurs et employés et les impôts». Conclusion de l’INSEE : le coût du travail n’est pas une donnée pertinente pour expliquer les bons résultats de l’économie allemande, notamment en matière de commerce extérieur.
___ __ _
Le coût de la main d’œuvre : comparaison européenne 1996-2008 ; Emploi et salaires, édition 2012, INSEE. Le document est disponible ici : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/EMPSAL12e_D3_CMO.pdf
___ __ _
D'après une circulaire Confédérale de Pascal Pavageau