InFOrmation syndicale

LUNDI 5 NOVEMBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE - DU MARDI 20 AU JEUDI 22 NOVEMBRE FORMATION "NÉGOCIER" - ...

02 décembre 2013

PAS CONVAINCANT LE BANC D'ESSAI UNICITAIRE-CORPORATISTE "BRETON"

"L'Huma" elle-même, dans un article sur l'actualité syndicale en date du 22 novembre dernier, paraît trouver ultra-risqué, et même casse-gueule, le dernier virage à 180 degrés de Le Paon, pied à fond sur l'accélérateur de la course en tête avec la CFDT  pour l'euro-accompagnement de la politique Hollande-Ayrault : "La réunion de lundi, prévue au siège de la CFDT, constituerait une première depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir, alors que la CFDT d'un côté, la CGT et FO de l'autre, se sont opposées sur la plupart des grandes réformes sociales adoptées comme celle du marché du travail et des retraites. "

Non sans doute, bien au contraire, que l'organe du PCF condamne sur le fond la venue en renfort d'urgence de la béquille CGT au gouvernement dès lors que la béquille CFDT est trop discréditée pour être seule opérationnelle.
Signe des temps d'ailleurs, Didier Le Reste, le successeur de Bernard Thibault à la direction de la Fédération CGT des cheminots, sera le candidat PCF en vue sur la liste présentée dans le Xème arrondissement de Paris par Mme Hidalgo pour le scrutin municipal de mars prochain ... tandis que dans le même temps la baudruche CFDT de Florange, Edouard Martin, est annoncée en pôle-position sur la liste PS de la circonscription "Grand Est" aux élections européennes de juin.
Mais comme le disait feu le stalinien-expert Jacques Duclos, les lois de la physique étant imparables, quand le virage programmé de la "charrette"  s'annonce de la plus extrême brutalité, il faut savoir préparer les choses pour éviter qu'une trop grosse proportion de la "charreté de foin ne verse au fossé".
Et du foin _voire la charrette elle-même_ il y a de quoi en chavirer sur le bas-côté avec le virage en épingle (à tombereau et à tombeau ouverts, pourrait-on dire) dans lequel vient de se lancer le charretier Le Paon.
Ayant pour Berger les yeux subjugués de Thibault pour Chérèque, il a osé cosigner avec le secrétaire général de la CFDT  le 21 novembre dernier une convocation en urgence des autres organisations le 25 novembre, dans le but de les ligoter toutes dans l'accompagnement de la politique réactionnaire du gouvernement et de l'euro-gouvernance.


Unicité à la remorque de la CFDT et coup de force interne à la CGT

Le 25 novembre : une date qui, à l'évidence, n'a pas été choisie au hasard, puisque ça tombe pile-poil la veille de la manifestation appelée devant l'Assemblée nationale le 26 par les Unions régionales FO et CGT de la région parisienne pour le retrait de la "réforme" scélérate Ayrault des retraites, et moins de 3 semaines avant la grève scolaire à laquelle appellent le 5 décembre prochain les fédérations des enseignants et des territoriaux CGT, FO et Solidaires pour le "retrait" de la "réforme" Peillon des rythmes scolaires, ..."réforme" ardemment soutenue par la CFDT.

Mais le pétard de Le Paon vaut aussi tir de missile rétroactif visant tous ceux qui, de la base  aux échelons les plus élevés de la centrale de Montreuil, avaient fait basculer depuis le début 2013 la CGT dans l'action commune avec FO contre deux forfaitures historiques estampillées gouvernement-CFDT: l'ANI du 11 janvier 2013 et les 43 annuités de cotisation pour une retraite à taux plein.


Le tir inaugural lorientais a fait long feu

Dans ce contexte, le choix du samedi 23 novembre par les deux grands prêtres de l'unicité syndicale pour conduire devant les caméras à Lorient une procession euro-régionale ne doit rien au hasard. En effet :
- le 29 octobre dernier, les UD FO et CGT (où la "ligne" Le Paon passe mal) d'Ille et Vilaine, rejointes par la FSU et Solidaires, face aux licenciements qui font tache d'huile, avaient pris l'initiative d'une riposte appropriée : une manifestation à Rennes, fixée au 23 novembre sur une base d'appel axée sur la résistance au gouvernement et au patronat, et qui dès lors ne pouvait avoir l'aval de la CFDT,
- D'où en réaction, pour casser et "noyer" cette initiative des UD FO et CGT rennaises, l'appel en date du 13 novembre des unions régionales CFDT et CGT (la CGT-Bretagne étant elle alignée sur Le Paon) de "manifs" unicitaires ce même 23 novembre dans chacun des 4 départements bretons... sur la base d'un manifeste au titre dégoulinant de corporatisme : "Un pacte social" ... "Pour la construction du plan breton" est-il précisé en conclusion par les héritiers syndicalistes BZH de Jacques Delors,
- Dès lors, estimant l'occasion trop belle, Le Paon et Berger d'annoncer _le jour même (21 novembre) où ils convoquèrent (pour le 25) les dirigeants des autres confédérations en conclave unicitaire_ qu'avant le conclave au sommet du 25 novembre, il y aurait le pélérinage subsidiaire du siècle à Lorient. Le pélérinage qui, par ricochet, tuerait Mailly à Paris, et avec lui la Charte d'Amiens, pilier historique de la l'indépendance syndicale.
Le hic, c'est qu'à Lorient la mobilisation pour ouïr les deux stars du syndicalisme rassemblé fut déficiente : si l'on en croit les chiffres avancés par Ouest-France, deux fois moins de monde qu'à Rennes.
... A Rennes où, l'axe de résistance des UD FO et CGT du 29 octobre perdurant en dépit des pressions unicitaires venues de très haut, le texte inter-UD lu à la  manifestation ne fut pas celui "unicitaire-régional" CGT-CFDT, ... et où FO put en conséquence exposer ses positions, exprimées au micro par le secrétaire de l'UD, Fabrice Le Restif, ainsi qu'au nom de la confédération et de Jean-Claude Mailly par notre camarade Marie-Alice Médeuf-Andrieu.


Déstabilisée par l'absence de notre confédération au rendez-vous unicitaire du 25 novembre initié par le tandem Berger-Le Paon, plus par le long feu du tir inaugural lorientais des deux canonniers subsidiaires, c'est donc brinquebalante et amochée que la fumisterie du "syndicalisme rassemblé" est péniblement remise en selle.
Dans ces conditions, la courageuse résolution adoptée par notre commission exécutive confédérale du 21 novembre dernier, qui appelle à la création du rapport de force pour faire échec à l'austérité (et non l'accompagner), sera, bien au-delà de nos propres rangs et en particulier au sein de la CGT, le repère attendu par la masse des travailleurs en quête de résistance au gouvernement et au capital.