InFOrmation syndicale

LUNDI 10 DÉCEMBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - DU LUNDI 17 AU VENDREDI 21 DÉCEMBRE FORMATION "DÉCOUVERTE DE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

L'AGENDA 2019 EST DISPONIBLE ! ...à commander.

06 octobre 2014

Interview IN-FO-NZ - Thierry Aubineau, délégué FO aux Transports Norbert Dentressangle Normandie-Bretagne

IN-FO-NZ : Echos des syndicats et sections syndicales de l’Union Locale FO
Thierry Aubineau est délégué FO du Groupe Norbert Dentressangle, où FO est la première force syndicale avec près de 20 % des voix.

Tout d’abord, peux-tu nous présenter ce groupe ?
Le Groupe Norbert Dentressangle est une holding présente dans 26 pays et 520 sites, de près de 38 000 salariés, dont 17 000 en France, ayant trois activités principales :
- Transport routier de marchandises - premier parc de véhicules en Europe (8 000), près de 2 milliards € de CA, 12 400 salariés.
- Logistique – 7,9 millions de m2 de surface d’entreposage, près de 2 milliards € de CA, 13 400 salariés.
- «Freight forwarding» - activité reprise à DAHER en 2010, de mise au point de solutions de transport route / air / mer, avec 720 salariés.
FO est la première force syndicale du Groupe Norbert Dentressangle avec près de 20 % des voix aux élections professionnelles. Au niveau de l'ensemble de la branche, la fédération FO Transports et Logistique est la troisième organisation syndicale, également avec une représentativité électorale tournant autour de 20 %.

Quel est le taux horaire des personnels de conduite prévu à la Convention Collective Nationale ?
Si le SMIC horaire est au 1er janvier 2014 de 9,53 €, le taux horaire du personnel de conduite est resté inchangé depuis le 1er janvier 2013.
De ce fait, deux catégories sont en dessous du SMIC! La discussion est en cours pour la revalorisation. Mais en attendant ... :
- les livreurs-coursiers aux coefficients 110 à 120 M sont au taux horaire de 9,43 €,
- les chauffeurs d'engins de 11 à 19 tonnes au coefficient 128 M sont au taux horaire de 9,51 €,
- et les chauffeurs "longues distances" au coefficient 150 M sont au taux horaire de 9,79 €.
Dans la profession, les salaires sont donc minces. Certains routiers touchent des «frais de grands déplacements» selon leur trajet, dont une partie entre dans le calcul de retraite.

De source patronale, il manquerait en France autour de 35 000 chauffeurs routiers : il y a donc de l’embauche possible dans ce secteur ?
Effectivement, dans mon établissement par exemple, le patron cherche à recruter. Mais il faut savoir que l’embauche peut être assujettie à une domiciliation près d’un gros client. Par ailleurs, comme tu le vois, les salaires sont loin d’être attractifs ; et il en va de même des conditions de travail.
C’est ainsi que notre réglementation du travail prévoit 9 heures maximum de conduite par jour … mais permet deux fois 10 heures par semaine ! Le travail effectif peut être de 12 heures dans une journée, dans une amplitude de 15 heures sur 24 heures. Le repos journalier est normalement de 11 heures, mais peut être réduit à 9 heures trois fois par semaine ….
La concurrence – je vais y revenir – est féroce. Les patrons font donc pression à la productivité.
Mais nous sommes susceptibles, nous, de payer de lourdes amendes si nous ne respectons pas la réglementation sur le temps de travail, laquelle est contrôlée par la gendarmerie qui remonte jusqu’à 28 jours en arrière avec le système de chrono-tachygraphie. Sans compter les contrôles en entreprise des temps de conduite, d’attente et de coupure de la part de la DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) elles-aussi susceptibles de nous valoir des amendes …

Tu parlais de «concurrence féroce»
C’est vrai d’ailleurs dans transport routier comme dans la logistique.
Nos collègues d’autres pays européens sont soumis à la «Réglementation Sociale Européenne» (RSE). Mais en France nous avons la CCN qui l’améliore.
Si tu prends la durée du travail effectif (conduite, chargement - déchargement, disponibilité ou temps d’attente), elle est de 56 heures maximum par semaine en France, mais de 60 heures dans la RSE.
De plus, en France, le temps de conduite maximum est de 90 heures sur deux semaines glissantes ; avec 48 heures maximum par semaine, cela fait 42 heures maximum la deuxième semaine.
Ajoute à cela en Pologne ou en Roumanie des salaires de misère, de l’ordre de 800 € à 1000 € mensuels maximum ... frais de route compris, !
Et parlons aussi du contournement par les patrons de la réglementation sur les détachements: ils créent des agences dans des pays européens à faible réglementation du travail, à faibles salaires et faibles cotisations patronales.
Les salariés embauchent donc dans ces pays à ces conditions minimales, mais ils sont ensuite amenés en bus chercher leur camion en France ... et le tour est joué. ça s’appelle «l’affrètement» !

Quelles sont les autres revendications portées par la Fédération FO du transport ?
Si un conducteur fait une infraction au boulot, il paiera des amendes d’ailleurs supérieures (Ex: 135 € au lieu de 90 € pour un défaut de ceinture) et aura une perte de points sur son permis personnel. Nous revendiquons donc un permis professionnel.
Autre sujet : les menaces sur le financement par l’Etat des «congés de fin d’activité» prenant en compte la pénibilité du métier, pour permettre des départs anticipés indemnisés avec embauches de remplacement.
Il y a aussi les nécessaires améliorations pour les collègues du transport sanitaire (les ambulanciers), corvéables à merci et mal rémunérés, etc.