InFOrmation syndicale

MARDI 23 AVRIL BUREAU DE L'UNION DÉPARTEMENTALE* - DU LUNDI 13 AU VENDREDI 17 MAI STAGE "CE/CSE" - ...

*Il n’y aura pas de Commission Administrative le mardi 23 avril comme initialement prévue dans le planning de début d’année mais un Bureau de l'UD.

19 mars 2019

Ce 19 mars, en grève tous ensemble, bloquons le pays!

Mardi 5 février, dans plusieurs villes, «gilets jaunes» et unions syndicales de base FO et CGT ont appelé ensemble à manifester. Ce rapprochement, cette jonction, cette «unification» de la classe ouvrière se poursuit et s’amplifie. Ainsi s’affirme la volonté acharnée de construire le rapport de force le plus efficace pour «ne rien lâcher» ! 
C’est pourquoi la Grande calomnie et la Grande répression se déchaînent. Dès le mois de novembre, le ministre Darmanin donnait le «la» en qualifiant ce mouvement, surgi des profondeurs du prolétariat, de «peste brune». Depuis, l’insinuation, l’amalgame et l’insulte se sont multipliés contre ce que le chef de l’État a qualifié de «foule haineuse»... 

En ce mois de février 2019, la tonalité est à l’analogie avec février 1934 où les ligues fascistes et antisémites manifestaient à Paris contre la République. Nous serions revenus dans les années Trente ! C’est ainsi que le 16 février sur France Inter, le tout nouveau secrétaire national du PC (Peau de Chagrin...), formé à l’école stalinienne de l’amalgame, a appelé à l’union nationale contre le fascisme et l’antisémitisme... Tous derrière Macron(1) en quelque sorte! CQFD...

Le général De Gaulle avait parfaitement illustré le caractère plébiscitaire des institutions de la Vème République par une formule célèbre: «Moi ou le chaos !». Le piège institutionnel a, bon an mal an, fonctionné pendant 60 ans et jusqu’aux dernières élections présidentielles.(2) Mais il semble que le disque soit désormais rayé. La dernière tentative d’union sacrée a fait flop !

En haut, les rats quittent le radeau du Moi jupitérien, enlisé dans la barbouzerie. Macron se débat désespérément dans le «Grand débat» devant des salles réquisitionnées, pendant que dehors le couple infernal Castaner/Belloubet déchaîne la violence policière et judiciaire. Le roi est nu et pourtant, dans un secret tout diplomatique, discutent, concertent et négocient (?) avec le gouvernement toutes les délégations confédérales syndicales. En particulier sur la liquidation de nos retraites calculées sur les 6 derniers mois ou les 25 meilleures années au compte d’un système par points, dont la valeur serait fixée par le pouvoir en fonction des appétits («contraintes» pour les imbéciles...) économiques, financiers et budgétaires. Cela peut-il encore durer ?

En bas, le 5 février, puis les samedis 9,16 et 22, par dizaines de milliers, les «gilets jaunes», les salariés du public et du privé, les jeunes, les retraités ont manifesté contre l’ignoble répression, pour les revendications. Dressons le rapport de force efficace pour gagner! Organisons les Assemblées générales dans le privé et le public! Le 19 mars, en grève tous ensemble, bloquons le pays!


JA

1- Oubliant au passage qu’il y a quelques semaines le dit Macron réhabilitait Philippe Pétain...
2- On se souvient que, refusant d’y tomber, Marc Blondel s’était vu affublé d’un brassard nazi dans une caricature parue à la Une de
«l’honorable quotidien du soir» pour avoir respecté l’indépendance syndicale en n’appelant pas à voter Chirac contre Le Pen aux présidentielles de 2002.



____ __ _
Voir aussi: