InFOrmation syndicale

MERCREDI 22, JEUDI 23, VENDREDI 24 JANVIER GRÈVE ET MOBILISATIONS "PUBLIC_PRIVÉ" - 3 AU 7 FÉVRIER STAGE "DÉCOUVERTE ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

RETRAITES :
Les Unions Départementales FO/CGT/FSU/Solidaires de Loire-Atlantique appellent à poursuivre et amplifier la mobilisation de toutes et tous, salariés du privé comme du public, jusqu’au retrait.
Mobilisations "Public-Privé" :
- Mardi 14 janvier : Nantes, 8h45 Rectorat de Nantes & 10h30, Miroir d’eau ; Saint-Nazaire, Ancenis et Châteaubriant, (lieu et heure à déterminer).
- Mercredi 15 janvier : Nantes, 17h30, miroir d'eau ; Saint-Nazaire, 6h00, Rond point accès termninal méthanier & 7h00, Painboeuf Usine Framatome.
- Jeudi 16 janvier : Nantes, 10h30, Miroir d'eau ; Saint-Nazaire, 10h30, Place de l'Amérique Latine ; Ancenis, 10h30, Pont d'Ancenis ; Châteaubriant, 10h30 Mairie.
- Vendredi 16 janvier : Saint-Nazaire, 6h00 dépôts STRAN et ALEAO & 9h30 Mairie de Montoir.

21 octobre 2019

L’Histoire se répétera-t-elle ?

Samedi 21 septembre, 15.000 militant(e)s FO ont conforté notre organisation dans ses revendications : retrait du plan Delevoye/Macron de retraite à points ! Refus de la «concertation»! Unité pour la grève jusqu’au retrait!
Notre CCN réuni dans la foulée a confirmé avec éclat et à l’unanimité cette orientation.

En 1995 la CGT-FO fut la première confédération à exiger le retrait du plan Juppé sur les retraites et la sécu. Puis ce fut le déferlement des grandes grèves de l’hiver 95 dans l’action commune qui forcèrent Juppé à déchausser ses bottes.

L’Histoire se répétera-t-elle ?

Comme l’attestent la puissance du mouvement des gilets jaunes, l’organisation de la grève des urgentistes ou celle des pompiers, etc, la classe ouvrière a une furieuse envie d’en découdre. Parviendra-t-elle à submerger la tactique des journées d’action répétitives fourre-tout et démobilisatrices ?
Parviendra-t-elle à imposer l’unité d’action pour balayer tous ensemble la contre-réforme des retraites ? Cela dépend aussi de notre détermination.

Mais s’il en est un qui n’en doute plus c’est bien Macron. Il sait que son appel désespéré aux syndicats à la rescousse  fait un flop. D’autant que chez les cédétistes congénitaux adeptes du moindre mal (façon on coupe la tête pour garder les jambes) on semble rechigner à la jouer spaghetti : «Et pour quelques points de plus» ...
Jupiter a donc la tremblote. Surtout après le coup de tonnerre de la décision des syndicats unis de la RATP de partir en grève illimitée le 5 décembre. Ce qui fera sans doute tâche d’huile, avec le relais de notre appel à organiser partout dans l’unité, dans toutes les entreprises et tous les établissements, des assemblées générales pour préparer et décider la grève à compter du 5 décembre.

Alors Macron va-t-il nous resservir un réchauffé du Tour de France du grand bla-bla ? Un piteux one man show médiatique ?
Va-t-il faire le choix d’amplifier la  violence d’état ? Flanqué de ses sbires provocateurs ? D’un Castaner sous la menace de la grève de la police ? Et d’une Bel-Oubli (1) dont la voix chevrotante de confesseuse dissimule mal la férocité des réquisitoires de ses procureurs contre les gilets jaunes qui ont osé exercer leur droit de manifester?
Ce serait prendre l’énorme risque d’un effet boomerang dévastateur...

À propos des 42 régimes spéciaux de retraite, Macron a confié aux journalistes qui l’accompagnaient dans l’avion pour le sommet de l’ONU  qu’il valait peut-être mieux de petites injustices qu’un grand désordre. Est- ce le début de la sagesse ?


J.A. 

(1) La garde des sceaux a oublié, la sotte, de déclarer deux appartements et une maison. Une paille ...