InFOrmation syndicale

10 DÉCEMBRE GRÈVE & MANIFESTATIONS CONTRE LE PROJET DE LOI SUR LES RETRAITES - MARDI 17 DÉCEMBRE DE 14H30 À 17H00 RÉUNION MUTUELLES OBLIGATOIRES ET 100% SANTÉ À L'UNION DÉPARTEMENTALE FO - ...

Retraites : Grève & Manifestations le 10 décembre 2019
Les Unions Départementales CGT / FO / FSU / Solidaires de Loire-Atlantique appellent tous les salariés, les chômeurs, retraités et jeunes à participer ensuite massivement aux manifestations qui auront lieu le mardi 10 décembre : à NANTES, 14H, Miroir d’eau ; à SAINT-NAZAIRE, 14H30, Place de la gare ; à ANCENIS, 11H, Rond-point Espace 23 sur la RD 723 ; à CHÂTEAUBRIANT, 11H, Théâtre de Verre

25 novembre 2019

Déterminés, les retraités appellent à l’unité avec les actifs pour faire céder Macron

Extraits de l’intervention de Claire Compain, présidente de l’Union départementale des retraités FO de Loire-Atlantique, au nom de l’intersyndicale des retraités CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP et LSR 44 - Nantes, le 8 octobre 2019 
La contre-réforme des retraites annoncée signifierait, si elle voyait le jour, la destruction de tous les régimes existants à commencer par le Code des pensions civiles et militaires, la CNRACL, les régimes spéciaux mais aussi le régime général, et tous les régimes complémentaires et donc la destruction aussi de toutes les prestations d’action sociales servies par l’ARCCO/AGIRC, ainsi que de toutes les réserves de ces régimes.
Monsieur Delevoye propose effectivement de créer un Fonds de réserve universel pour faire face aux aléas démographiques et aux aléas dus à la conjoncture économique, fonds qui serait alimenté par les réserves de tous les régimes. Ces réserves s’élèvent à 165 milliards dont 75 milliards dans les caisses de l’ARCCO/AGIRC. Ce sont les  cotisations des salariés, c’est l’argent des salariés que Monsieur Delevoye se propose de placer dans des placements financiers à longs termes pour investir dans l’économie. Bref, il propose de nous voler notre argent pour le jouer au casino !  C’est inacceptable !

Monsieur Macron s’est engagé à ce que les retraités actuels ne soient pas impactés par cette contre-réforme. Peut-on le croire ? Ne s’était-il pas engagé à ne pas reculer l’âge de départ en retraite ? Or, il propose soit d’augmenter la durée de cotisation, soit d’instaurer une décote pour ceux qui voudraient partir avant 64 ans : n’est-ce pas dans les deux cas un recul effectif de l’âge de départ en retraite ?
En lieu et place de tous les organismes existants, Monsieur Delevoye propose la création d’un seul établissement public en charge du système universel par points. Si les organismes qui servent nos retraites n’existent plus, on voit mal comment nous ne serions pas impactés. La pension de réversion ne serait servie qu’à 62 ans et supprimée totalement en cas de divorce.

Pour nous-mêmes, mais aussi pour nos enfants et nos petits enfants qui ont le droit à une retraite décente, nous n’acceptons pas la destruction de nos régimes de retraite et la mise en place d’un système géré par l’état qui fixera la valeur du point en fonction de la conjoncture économique et de l’espérance de vie avec à la clé la baisse de toutes les pensions. Pour y faire échec, n’est-ce pas tous ensemble, actifs et retraités, qu’il faut frapper un grand coup et non par des journées d’action dispersées ? Les personnels de la RATP n’ouvrent-ils pas la voie en proposant une riposte unitaire d’envergure ? (...) Ensemble et d’une même voix, nous exigeons :
  • la suppression de la CSG et la fin du gel des pensions pour tous les retraités et le rattrapage des pertes subies depuis 2013 ;
  • la revalorisation de toutes les pensions indexées sur l’évolution des salaires ;
  • un minimum de pension à hauteur du SMIC pour une carrière complète ;
  • le maintien et l’amélioration des pensions de réversion ;
  • l’embauche immédiate de 40 000 personnes comme le réclame les organisations syndicales dans les EHPAD et les services à domicile;
  • la prise en charge de la perte d’autonomie à 100% par la Sécurité Sociale.
Notre mobilisation ne va pas s’arrêter ce soir loin s’en faut ! Nous ne lâchons rien ! (...)