InFOrmation syndicale

CRISE SANITAIRE: ANNULATION DES STAGES DE FORMATION JUSQU'AU 30 JUIN -- LUNDI 18 MAI GRÈVE ILLIMITÉE DU GROUPEMENT DÉPARTEMENTAL DES SERVICES PUBLICS ET DE SANTÉ -- MARDI 26 MAI MOBILISATION ET DÉBRAYAGES CHU DE NANTES -- MARDI 26 MAI MOBILISATION ET DÉBRAYAGES CH DE ST NAZAIRE -- ...

13 mai 2020

Pas de retour en classe sans dépistage systématique, sans les mesures de protection nécessaires

Tel un monarque, Emmanuel Macron a annoncé le 13 avril dernier la réouverture des crèches, écoles, collèges et lycées à compter du 11 mai prochain. Peu importe si le conseil scientifique, qu’il a pourtant lui-même institué pour servir de caution scientifique à sa politique, propose de ne les rouvrir qu’en septembre au regard des risques épidémiques : débrouillez-vous !

Pour Force Ouvrière, le problème n’est pas d’être pour ou contre le déconfinement, ni même de définir la meilleure date pour rouvrir les établissements scolaires en fonction de la couleur - verte ou rouge - de son département. Nombre de professeurs ou de personnels souhaitent reprendre le chemin de leurs classes ou de leur travail dans des conditions normales.
La seule question qui compte est de s’assurer que les garanties sanitaires sont apportées aux personnels et aux élèves pour préserver leur santé. Qu’en est-il du dépistage systématique et régulier ? Des masques FFP2 et des autres moyens de protection ? De la désinfection totale des locaux et des matériels ?

Pour pallier la pénurie dont il est lui-même responsable, le gouvernement a communiqué des protocoles sanitaires qui rejettent les responsabilités sur les personnels école par école, établissement par établissement. Dans la version finale de ces protocoles, devenus au passage de simples « guides », le port du masque (ici « grand public ») n’est plus obligatoire. Bien éloignée de toute préoccupation pédagogique, la reprise s’annonce chaque jour un peu plus chaotique.

FORCE OUVRIÈRE N'ACCEPTE PAS QUE LA VIE DES PERSONNELS SOIT MISE EN DANGER, NI QUE L'ÉCOLE DEVIENNE LA GARDERIE DU MEDEF.

En quelques jours, une pétition à l’initiative des syndicats FO de l’éducation nationale et de la Fonction publique territoriale implantés dans le département a reçu plus de 1 500 signatures pour exiger des préalables à toute reprise d’activité. Dans le même laps de temps, une pétition similaire a obtenu près de 60 000 signatures au niveau national.

Avec l’aide de leurs syndicats FO, les personnels enseignants et non enseignants résistent sans attendre le « jour d’après », se réunissent en visio, formulent clairement leurs revendications. Soumis à cette pression, le gouvernement a été contraint d’adopter un ton parfois moins martial. La FNEC FP-FO soutient tous les personnels qui, soucieux de leur santé et celle de leurs élèves, refuseront de retourner sur leur lieu de travail le 11 mai, sans dépistage, sans les protections nécessaires. Elle a déposé un préavis national de grève courant jusqu’au 30 mai, afin de couvrir toutes les situations.

_____ __ _
PÉTITION : Pétition contre la réouverture des établissements scolaires le 11 mai
____ __ _
Articles connexes :
Macron à l'école : 1 minute 38 secondes plus tard... | Humour (ou pas)
L’école n’est pas une garderie | Communiqué
Réouverture des établissements scolaires et exigences préalables | Courrier
Communiqué commun du 4 mai 2020 FO CGT FSU Solidaires | Communiqué