InFOrmation syndicale

27 NOVEMBRE 2020 À 17H00 CONTRE LA "LOI SÉCURITÉ GLOBALE" RASSEMBLEMENT À ST NAZAIRE PLACE DE L'AMÉRIQUE LATINE -- 27 NOVEMBRE 2020 À 17H30 CONTRE LA "LOI SÉCURITÉ GLOBALE" RASSEMBLEMENT À NANTES DEVANT LA PRÉFECTURE -- 8 AVRIL 2021 Xème CONGRÈS DE L'UNION DÉPARTEMENTALE DES RETRAITÉS -- ...

18 novembre 2020

Spaseen-FO : la prime Covid-19 pour tous

Syndicat des Personnels Administratifs des Services Extérieurs de l'Éducation Nationale


Depuis le mois de juin dernier, le syndicat FO des personnels administratifs de l'éducation Nationale alerte sur l'opacité qui entoure l'attribution de la prime covid-19. La tension est montée d'un cran suite au versement à quelques-uns sur la paie d'août d'une prime de 1 000 €, à l'exclusion de l'écrasante majorité.

Le SPASEEN-FO est partie prenante de trois assemblées générales qui se sont réunies dans les locaux du rectorat. Les personnels ont droit à la transparence. Tous ont subi le confinement, tous perdent chaque année du pouvoir d'achat : la prime doit donc être attribuée à tout le monde. La prime Covid-19 a suscité une grande colère parmi les personnels administratifs et techniques des services académiques de l'académie de Nantes. 


A suivre, l'interview de Muriel Henrio, Membre du Conseil syndical du Spaseen FO


Interview parue dans L'Ouest-Syndicaliste n°712

Peux-tu nous en expliquer la raison ?

La colère gronde parmi les collègues des services académiques de l'éducation nationale. En effet, les collègues ont appris fin août que quelques-uns d'entre eux, qui avaient télétravaillé, avaient perçu une prime COVID de 1000 € nets. Qui avait choisi les personnes destinataires de cette prime et sur quels critères? Les collègues ont commencé à s'interroger sur la transparence de la distribution de cette prime. Beaucoup ne comprennent pas pourquoi ils n'ont pas reçu cette prime. Après renseignement auprès des chefs de Division, nous avons appris que le cabinet avait demandé à ces derniers de  faire remonter le nom des agents avec une charge de travail plus importante pendant le confinement.


Tu es toi-même agent au sein du rectorat de Nantes. Comment les collègues se sont-ils mobilisés ?

Les personnels se sont saisis de l'appel intersyndical à se réunir en assemblée générale. Trois assemblées générales ont eu lieu dans le hall du rectorat. Nous sommes de plus en plus nombreux à chaque fois, notamment plus de 80 collègues le 8 octobre dernier. Un article de mécontentement a été diffusé dans la presse. Une demande d'audience a été formulée auprès du secrétaire général. Plus de 250 collègues du rectorat et de la DSDEN 44 ont signé une pétition réclamant plus de transparence. Cette dernière a été transmise en mains propres au secrétaire général.


Quelle aide le SPASEEN-FO a-t-il apportée aux personnels ?

Dès le mois de juin, le SPASEEN-FO a communiqué sur la question de cette prime Covid. Lors de ses tournées dans les services, il a recueilli la colère des personnels et a été partie prenante de l'action commune pour aider à leur mobilisation.  Le syndicat est allé à la rencontre des collègues. Nous avons distribué des tracts dans les services. Et nous avons fait signer  autour de nous la pétition décidée en assemblée générale.