InFOrmation syndicale

18 NOVEMBRE STAGE "HISTOIRE DU SYNDICALISME" -- 22 AU 26 NOVEMBRE STAGE "CSE" -- 29 NOVEMBRE AU 3 DÉCEMBRE STAGE "SSCT-CSSCT" -- 6 AU 10 DÉCEMBRE STAGE "CONNAITRE SES DROITS II" -- 15 AU 17 DÉCEMBRE STAGE "TRAVAIL ET HANDICAP" -- 17 MARS CONGRÈS DE L'UNION DÉPARTEMENTALE -- ...

30 décembre 2020

Le ras-le-bol généralisé des personnels hospitaliers

La situation sanitaire est préoccupante, du fait de la sous-capacité structurelle des hôpitaux en termes de postes, de lits et d'équipements. Les membres du gouvernement - ici devant les parlementaires, là devant les caméras - justifient les mesures de confinement par la nécessité de préserver les personnels soignants. 

L'Ouest syndicaliste a donné la parole aux camarades Stéphane Naulleau, Secrétaire du syndicat FO du CHU de Nantes, et Gaël Leturque, son homologue du Centre hospitalier de Saint-Nazaire.


Interviews parues dans L'OUEST-SYNDICALISTE n°713

CHU de Nantes

Quels sont les chiffres de l'épidémie de covid-19 au sein du CHU de Nantes ?

A la date de ce jeudi 12 novembre, 28 lits de réanimation sont occupés par des patients covid, ainsi que 114 lits conventionnels. 12 % des activités du bloc opératoire sont également déprogrammées.

Comment comprendre, dans ces conditions, que plus de 100 lits aient été supprimés au CHU depuis le printemps 2019 ?

C'est proprement scandaleux et intolérable. Mais c'est la réalité de la politique gouvernementale.

Quel est l'état d'esprit des personnels ?

La situation est différente par rapport à mars et avril. La prime covid touchée par une minorité de collègues est vécue comme une injustice. Et c'en est une. Les conditions de travail désastreuses, liées au fait que le gouvernement n'a pris aucune mesure réelle pour développer l'hôpital, suscitent une colère, une fatigue et un absentéisme importants. De nombreuses grèves, avec le soutien de FO, ont éclaté dans différents services de l'hôpital. Les étudiants sont appelés pour pallier les absences.

Ces derniers sont montés au créneau. Peux-tu nous en parler ?

Les étudiants sont fortement sollicités dans les services du fait que l'hôpital n'arrive pas à recruter des agents non titulaires. Nos conditions de travail déplorables sont connues de tout le monde. Les étudiants mobilisés ont été payés 28 euros la semaine, comme des stagiaires, alors qu'ils assument une charge pleine d'hospitaliers en période épidémique. Deux à trois cents étudiants, là encore avec le soutien de FO, ont envahi la direction de l'hôpital. Une délégation importante, accompagnée de FO, a été reçue par la direction, puis par l'Agence régionale de santé. Nous avons obtenu que les étudiants soient embauchés comme contractuels. Ainsi, ce n'est plus 2 euros de l'heure qu'ils touchent désormais, mais 10 €.

Nous avons rendu compte dans le précédent numéro de L'Ouest syndicaliste de la grève dans le Pôle hospitalier universitaire. Où en sommes-nous ?

La grève continue, mais la direction n'apporte pas de réponse aux revendications pour le moment. Une nouvelle grève a été déclenchée aux consultations ophtalmologiques, dont l'activité a augmenté de 169 % en six ans, avec quasiment pas de moyens supplémentaires. Ce qui est inquiétant, c'est que les unités covid sollicitées sont déjà au taquet.


CH de Saint-Nazaire

Quelle est la situation liée à la covid-19 à l'hôpital de Saint-Nazaire ?

Je viens de participer à un point covid. à la date de ce jeudi 12 novembre, 14 heures, l'hôpital compte 27 patients covid, dont 8 en réanimation. Le niveau 3 du plan blanc, vient d'être activé, portant à 18 nos capacités en réanimation à compter du 16 novembre. Nous allons également déprogrammer entre 20 % et 40 % de la chirurgie.

Quelles mesures ont été mises en œuvre pour armer l'hôpital ?

Sur le matériel, ça devrait aller, notamment pour les masques, les gants, les surblouses et le gel hydro alcoolique. On ouvre des lits dans la limite de nos capacités, mais on n’a pas de personnels. Aucune mesure sérieuse n'a été prise par le gouvernement sur ce point depuis mars.

Comment cela est-il possible ?

Malgré le Ségur, le dégoût des agents est palpable. L'épuisement est bien réel. La prime covid-19 a été la goutte d'eau : seuls 40% des agents ont touché les 1 500 €. Pour les 60% restants, c'est une injustice qui suscite de la démotivation. Les plans blancs sont déclenchés un peu partout pour faire sauter les congés, les formations non obligatoires, etc.

Comment envisages-tu la situation ?

On ne sait pas comment ça va se passer, surtout à l'heure où nous entrons dans la saisonnalité. Il faudra également surveiller les effets des déprogrammations, afin d'éviter les dommages collatéraux et notamment les risques de surmortalité liée au cancer. 


***

Conseil départemental métropolitain de la citoyenneté et de l'autonomie

Extraits de la déclaration Force Ouvrière du 3 novembre 2020

Les retraités ont payé et continuent de payer un très lourd tribut à la crise sanitaire. Ils ont besoin d’avoir des réponses précises concernant la gestion de la crise dans notre département :

  • Pouvez-vous nous certifier que toutes les personnes ont bien un égal accès aux soins, donc à l’hôpital, et que l’âge ne constitue pas un obstacle comme cela fut le cas en avril dernier sur consigne - nous a-t-on dit - de l’ARS ?
  • Puisqu’il y a à nouveau confinement, le Plan d’alerte et d’urgence qui, conformément à la loi du 30 juin 2004, permet que dans toutes les communes du département soient recensées les personnes isolées, afin de mettre à leur disposition un numéro d’urgence et afin de leur proposer un accompagnement adapté, est-il mis en place ?
  • Concernant les structures d’accueil des personnes âgées (EHPAD et autres), quelles mesures précises sont prises en termes de prévention (tests, etc.) pour empêcher que le virus ne s’introduise dans ces structures avec les conséquences que l’on connait déjà dans le département, comme à Sucé-sur-Erdre ou ailleurs, sans pour autant confiner les résidents ?
  • Pouvez-vous nous garantir que toutes les personnes intervenant au domicile des personnes âgées ont bien toutes les protections: masques bien sûr mais aussi gants, blouses, charlottes… ?

_____ __ _

Grève d'ampleur au Centre Hospitalier Universitaire de Nantes