InFOrmation syndicale

18 OCTOBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE -- 18 NOVEMBRE STAGE "HISTOIRE DU SYNDICALISME" -- 22 AU 26 NOVEMBRE STAGE "CSE" À L'UNION DÉPARTEMENTALE FO DE LOIRE ATLANTIQUE -- 29 NOVEMBRE AU 3 DÉCEMBRE STAGE "SSCT-CSSCT" À L'UNION DÉPARTEMENTALE FO DE LOIRE ATLANTIQUE -- 17 MARS CONGRÈS DE L'UNION DÉPARTEMENTALE -- ...

17 juillet 2021

FO et Adecco reversent 2 millions d’euros aux intérimaires en CDI

 Les camarades de la branche intérim ont fait valoir les droits de 13 000 intérimaires en CDII pour un montant de millions d'€.

Force ouvrière n’est pas signataire de l’accord créant le CDI des intérimaires, en raison de nombreuses malfaçons dans ce dispositif. Elle est vigilante sur ce statut et constructive au niveau de la branche afin d’améliorer ce statut.

Force ouvrière a décelé une erreur impactant la rémunération des intérimaires en CDII placés en activité partielle. Avec certains adhérents, un travail a été opéré afin de calculer pour chaque intérimaire l’erreur et de demander à la Direction une correction. Ce sont souvent entre 300 et 400 € ainsi rectifiés pour nos adhérents qui se sont prêtés à cet exercice.


2 millions d’euros reversés aux intérimaires en CDI


Force ouvrière a décelé une erreur impactant la rémunération des intérimaires en CDII placés en activité partielle.

Avec certains adhérents, un travail a été opéré afin de calculer pour chaque intérimaire l’erreur et de demander à la Direction une correction. Ce sont souvent entre 300 et 400 € ainsi rectifiés pour nos adhérents qui se sont prêtés à cet exercice.

Grâce à notre demande à la Direction, l’erreur a pu être calculée pour l’ensemble des intérimaires concernés.

Ces intérimaires constateront la régularisation de leur rémunération sur leur bulletin de paie de mi-juillet.

Cela représente environ 2 millions d’euros reversés aux intérimaires. Ces sommes ne viendront pas impacter les comptes des agences.

***


Rappel des revendications FO :

  • Un périmètre de mobilité fixé à 30 km maximum du lieu de résidence du salarié au lieu des 50 Km ;
  • Une rémunération qui n’est pas inférieure à 70% du taux horaire de la dernière mission ;
  • Prise en compte de l’ancienneté (par année travaillée) dans la rémunération en CDII ;
  • Encadrer la prise de congés payés. Les droits aux congés sont les mêmes qu’un CDI "classique". Pourtant, les salariés en CDII rencontrent des difficultés dans la prise de leurs congés ;
  • Rappel des règles de rupture du contrat de travail. Le refus d’accepter une mission ne peut pas constituer une faute qui justifie un licenciement pour faute grave ou lourde. Il faut établir les critères qui constituent une mission "raisonnable" que les salariés sont tenus d’accepter.

_____ __ _
Contact : Béatrice CLUZE et Mathieu MARECHAL, Responsables Convention Collective Intérim FEC-FO - interim.fecfo@orange.fr