InFOrmation syndicale

Le XXVIIème congrès de l’Union départementale CGT-FO de Loire-Atlantique se tiendra le 13 mars 2018 à Rezé - Halle de la Trocardière, sous la présidence de Jean-Claude Mailly, secrétaire général de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière. => N'HÉSITEZ-PAS, VENEZ NOMBREUX !

- Lundi 19 février : Commission Administrative de l'Union Départementale, à 9h30
- Du lundi 26 au vendredi 30 mars : Stage de formation "Découverte FO et moyens d’action du syndicat"

Vacances de FO44, le Blog, du 24 février au 12 mars

27 avril 2011

REJET GRANDISSANT DU "LIVRET DE COMPETENCES" CHEZ LES ENSEIGNANTS

Livret de compétences : Ce n'est pas une demi-journée banalisée qui le rend acceptable!

Le ministre Chatel a annoncé sa décision de bloquer dans tous les collèges de France une demi-journée pour remplir le livret de compétences.

Cette décision ne répond pas aux demandes des enseignants car le rejet de ces livrets est grandissant.
Le ministre croit désamorcer ce rejet en organisant cette réunion qui sera vraisemblablement laissée au choix des établissements dans le cadre de leur autonomie.

Or le rejet ne porte pas sur la façon d’utiliser ces livrets mais sur la volonté ministérielle de leur en imposer l’usage.
Les enseignants n’ont pas réclamé l’usage des livrets de compétences, outil qui ajoute une charge de travail supplémentaire d’autant plus inutile que tous les élèves seront validés.
Ils n’ont pas besoin de cet outil pour savoir si leurs élèves ont le niveau requis. Ils savent que les livrets préparent la dislocation du travail des enseignants et la disparition de la notation.
Ils savent bien que le but de cette demi-journée est de leur faire remplir les livrets quelle qu’en soit la manière.

Le SNFOLC considère que le socle commun n’apporte aucune garantie pour la réussite des élèves. Le socle commun c'est l'enseignement à minima avec toujours moins de postes d'enseignants et toujours moins d'heures de cours pour les élèves
Ce n’est pas non plus en passant des heures à valider des items que l’on peut faire progresser les élèves et encore moins améliorer les conditions d’enseignement pour leur permettre de réussir.

Le seul moyen de réaliser cette exigence est de rétablir des effectifs moins chargés dans les classes, de rétablir les dédoublements dans les enseignements techniques et expérimentaux.

Pour cela le ministre doit rendre les 16 000 postes dont il prive les établissements à la rentrée 2011.
Pour cela, les arrêtés du 9 juillet 2009 et la circulaire du 18 juin 2010 relatifs au livret de compétences qui instaurent doivent être abrogés.
___ __ _