InFOrmation syndicale

MARDI 22 MAI GRÈVE DANS LA FONCTION PUBLIQUE - DU LUNDI 18 AU VENDREDI 22 JUIN STAGE CE/CSE - ...

30 mai 2012

FO SAUVE ET AMÉLIORE LA CONVENTION COLLECTIVE DÉPARTEMENTALE DE LA MÉTALLURGIE

Un acquis historique de FO, particulièrement bénéfique aux métallos des PME et TPE. Le 29 avril 1985, après 3 ans et 1/2 de négociations, Force Ouvrière signait seule la Convention Collective de la Métallurgie de Loire Atlantique.

Alors que dans le département, cohabitaient :
  • des conventions collectives nantaises (horaires et mensuels),
  • des conventions collectives nazairiennes (horaires et mensuels),
  • des conventions collectives particulières comme celle de la charpente métallique,
  • et quelques conventions collective locales,
... Notre Organisation prenait, seule, la responsabilité de donner un statut unique aux 40.000 métallurgistes de Loire-Atlantique.

A peine signée, une violente campagne de dénigrement va être engagée contre la Convention Collective. La CGT et la CFDT ont choisi le «jeu» politique de la contestation ; et dans tout le département ce sera haro sur Force Ouvrière.

Mais la convention collective négociée est solide, elle ne se contente pas seulement de regrouper le meilleur des conventions existantes, elle les améliore et garantit tous les avantages individuels acquis (art. 35 des clauses générales). Surtout elle construit la solidarité entre les salariés de la métallurgie du département.

Ainsi depuis 1985, lorsque notre organisation négocie et signe chaque année les avenants qui garantissent les rémunérations annuelles minimales (RAG) et les montants de la prime d’ancienneté (RMH), tous les métallos de la Loire-Atlantique et en particulier ceux des petites entreprises dépourvues de syndicats, bénéficient automatiquement d’augmentations générales.

Le progrès que représente la convention collective s’affirme année après année et devient indéniable. La CFE-CGC signera la Convention Collective dès 1988 et la CFTC suivra en 2001 à l’occasion des négociations sur les 35 heures.

2010-2011 : la convention collective en danger. CFDT et patronat à la manoeuvre ...

En octobre 2010, c’est la surprise, la très «réformiste» CFDT signe à son tour !!! 25 ans après sa création, alors que pas un point, pas une virgule n’ont été changés, elle devient, «par la petite porte», signataire de la Convention Collective.

Des négociations sont prévues à partir de janvier 2011, afin d’actualiser la convention collective suite aux nombreuses évolutions législatives. Et ce coup-ci, de façon très opportune, elle veut être du côté du progrès.

Le 09 février 2011 débute la renégociation de la Convention Collective.

Pour la Chambre patronale une seule revendication : la remise en cause du paiement à 100% des 3 jours de carence pour les arrêts de travail. Le but est clair : les Patrons veulent «lutter contre l’absentéisme court», du lundi ou du vendredi !!!

... Mais FO finit par imposer ses revendications

Pour FO, signataire historique, avec la CFTC et la CFE-CGC, de la convention collective, les enjeux sont considérables :

  • préserver l’ensemble des avantages acquis,
  • améliorer les dispositions actuelles,
  • actualiser la convention au regard des évolutions du droit (code du travail et accords de branche).

Pour ce faire, l’Union des Syndicats de la Métallurgie Force Ouvrière, qui regroupe l’ensemble des syndicats des métaux FO du département (Ancenis, Basse-Indre, Châteaubriant, Machecoul, Nantes et Saint-Nazaire), met en place un groupe de travail. Réuni 1 à 2 fois par mois, ce groupe de travail établira un projet pour chaque réunion de négociations. Ce projet sera envoyé à la Chambre Patronale (Union des Industries 44) avant chaque réunion. Les revendications FO seront ainsi une base importante durant toutes les négociations.

Le 24 avril 2012, plus de 14 mois après, Force Ouvrière signe l’avenant proposé à la signature.

Par sa mobilisation FO a fait reculer la Chambre patronale sur la très importante question de la prise en charge des 3 jours de carence, ils continueront à être payés comme auparavant. De plus, l’ensemble des autres dispositions est maintenu et de nombreuses améliorations ont été obtenues.
___ __ _

Les principales avancées de l'avenant 2012 arrachées par FO
Maintien du paiement des 3 jours de carence,
Des droits collectifs nouveaux ou améliorés :
- impérativité de la convention collective (aucun accord d'entreprise ne pourra être moins favorable),
- conditions d'exercice plus favorables des droits à congé de formation ainsi que des droits syndicaux
Des droits individuels nouveaux ou améliorés concernant :
- les absences exceptionnelles sans perte de salaire,
- la durée des congés d'ancienneté,
- la reprise d'ancienneté pour les intérimaires,
- les indemnités minimales de départ à la retraite
- les indemnités de licenciement, etc.