InFOrmation syndicale

Vacances de FO44.ORG, du 22 décembre 2017 au 8 janvier 2018

03 mai 2012

IXème CONGRÈS DU SYNDICAT DES MÉTAUX DE SAINT-NAZAIRE ET RÉGION

Le IXème congrès du syndicat des métaux de Saint-Nazaire et Région s’est tenu en présence de Frédéric Homez, secrétaire général de la Fédération, de Michel Le Roc’h, secrétaire adjoint de l’Union Départementale, ainsi que Eric Keller, secrétaire fédéral en charge du secteur Bretagne / Pays-de-la-Loire.

70 délégués de la région y ont participé.

Ce congrès a marqué une étape importante du syndicat. En effet, ni Yvonnick Dreno, secrétaire du syndicat depuis 1995, ni Yvon Rouziou, qui en était le trésorier depuis 1993, n’étaient candidats à leur succession. Le premier parce qu'il est amené à remplacer Philippe Fraysse comme coordinateur national EADS, le second pour cause de départ à la retraite.

Au-delà de l’évolution concernant la structure du syndicat (Bureau et Commission exécutive), d’importantes modifications statutaires ont été votées à l’unanimité. Ainsi, en lieu et place d’un congrès tous les trois ans, le syndicat organisera désormais une assemblée générale des adhérents chaque année.

De nouvelles modalités de vote et de participation ont aussi été actées.

Depuis le 5 avril le nouveau secrétaire du syndicat local est Claude Arnau, d’Airbus Saint-Nazaire. Le nouveau trésorier est Mickaël Blandin, lui aussi d’Airbus.

Le bureau élu à l’issue du congrès est constitué de 7 membres élus au sein de la commission exécutive, actuellement composée de 23 membres.

STX au coeur des préoccupations
Le congrès s’est tenu au lendemain de l’annonce d’annulation des 2 commandes de paquebots pour le chantier naval STX, ce qui a fait l’objet d’importants débats et d’un communiqué de la Fédération FO de la métallurgie, pour revendiquer un soutien à l’industrie (en particulier navale) de la part de l’Etat français, et notamment la création d’une banque industrielle. La Fédération a aussi été reçue quelques jours après le congrès par la direction du chantier naval.

Le congrès s’est félicité de la bonne santé de l’industrie aéronautique, qui est source de création d’emplois dans le département. La politique sociale et industrielle impulsée par FO, syndicat majoritaire (33% à Saint-Nazaire et à Nantes) depuis de nombreuses années dans cette société, n’est pas étrangère à la situation. Néanmoins, les militants FO ont rappelé que le maintien des savoirs-faire était une préoccupation majeure face à une politique d’externalisation encouragée par la Direction Générale du Groupe EADS.
38% de cartes syndicales de plus en 3 ans
Le congrès s’est aussi félicité de la progression importante du nombre de ses syndiqués depuis son dernier rendez-vous de 2009, soit +38% d’adhérents.

Reste au syndicat à accroître le nombre de ses implantations, objectif premier de la nouvelle équipe.
___ __ _

Extraits de la résolution du congrès des Métaux nazairiens
(...) Le Congrès constate les difficultés rencontrées dans certains secteurs d'activité et notamment celui de la Navale, confronté actuellement à des problèmes de charge de travail, aggravé par l'annulation de la commande de 2 paquebots Viking River Cruises. Il constate également que certaines sociétés sous-traitantes sont, elles aussi, impactées par ces problèmes de charges qui, parfois, se traduisent par du chômage partiel, des licenciements ainsi que des fermetures d'entreprises.
(...) Le syndicat décide de relancer ses démarches auprès des élus politiques de tout bord de la région pour que l'Etat mette tout son poids, y compris financièrement, afin que les commandes se concrétisent rapidement et qu'il prenne la majorité du capital du chantier naval, voire le nationalise pour imposer une réelle politique industrielle, et ce d'autant plus que, pour les salariés, il n'est pas possible de compter sur l'actionnaire majoritaire de l'entreprise, le Groupe coréen STX. Le congrès dénonce le développement de la sous-traitance provenant de pays à bas coûts salariaux ainsi que la délocalisation qui fragilise le tissu industriel et les emplois locaux.


POLITIQUE SALARIALE
L'augmentation du pouvoir d'achat pour tous les salariés reste la revendication majeure (...) FO revendique l'augmentation significative du SMIC et la revalorisation des Taux Effectifs Garantis (TEG) annuels, négociée avec la Chambre Patronale. A ce titre, le congrès réaffirme son attachement à la convention collective départementale.

EMPLOIS
Le congrès condamne le recours excessif aux contrats de travail précaires ainsi que (...) le recours abusif à l'emploi de stagiaires, qui remplacent parfois des salariés absents sans être rémunérés comme tels.
Toutes aides publiques versées aux entreprises doivent faire l'objet d'un engagement formel entre les bénéficiaires et l'Etat pour garantir la non-délocalisation et le maintien des emplois sur notre territoire face au dumping social des pays à bas coûts.
(...) En cette période de crise, la revendication sur les départs anticipés et notamment sur la pénibilité est plus que jamais d'actualité. C'est pourquoi le congrès revendique la réouverture rapide d'une négociation sur ce sujet pour tous les salariés concernés ainsi que le blocage des compteurs à 40 ans et une retraite à 60 ans à taux plein.

SOUTIEN A L'INDUSTRIE
(...) Le congrès engage les délégués à diffuser le plus largement possible le Livre blanc «Pour la défense de l'industrie» rédigé par notre Fédération. (...) Il soutient la Fédération sur la création d'une banque industrielle nationale.

SYNDICALISATION
Le congrès affirme qu'il est vital pour notre syndicat de prospecter dans les entreprises de notre bassin d'emploi afin de promouvoir FO et (... continuer à...) augmenter notre nombre d'adhérents.
Il engage les sections à se mobiliser pour les élections TPE (...) de décembre 2012.

REPRÉSENTATIVITÉ
Le congrès réaffirme sa condamnation des lois dites de représentativité (du 20 août 2008, du 5 juillet 2010, du 15 octobre 2010) issues de la position commune CGT, CFDT, MEDEF et CGPME qui constituent une atteinte à la liberté syndicale et de négociation, ainsi qu'à la hiérarchie des normes, piliers de notre édifice républicain en matière sociale (...) ".