InFOrmation syndicale

1er MAI "JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE DES TRAVAILLEURS" À 10H30 PLACE DE BRETAGNE AVEC FO CGT FSU SOLIDAIRES --- 22 AU 24 MAI STAGE "JE NÉGOCIE" --- 28 AU 30 MAI STAGE "CONNAÎTRE SES DROITS" --- ...

10 avril 2009

CONSEILLERS DU PRINCE


Le cabinet des conseillers élyséens du Président de la République est essentiellement peuplé de hauts fonctionnaires de police et de milliardaires.

Parmi ces derniers, le "conseiller social", Raymond Soubie.
Plus connu pour avoir dirigé le groupe de presse Liaisons sociales, il l'est moins pour son appartenance à la "Trilatérale". Mais il est vrai que cette organisation internationale fondée en 1972 avec l'objectif officiel d'oeuvrer à un "Nouvel Ordre Mondial" est semi-secrète.

On en connaît quelques adhérents français (Jacques Delors et Raymond Barre notamment), on en sait davantage sur son rôle dans la mise au point du "compromis historique" passé entre le Vatican et le Kremlin (1) et dans l'élaboration des concepts de "gouvernance mondiale" et de "supranationalité".

Selon le quotidien Le Monde, M. Soubie aurait déclaré à la veille du 19 mars : "les vrais révolutionnaires sont les réformateurs. Les vrais ruptures, ce sont les ruptures négociées et acceptées. Dans ce pays, si on choisit : ça passe ou ça casse ... ça casse toujours". Traduction : soit nous avons l'accord des syndicats pour faire passer la pilule de la catastrophe sociale, soit nous ne l'avons pas et ça cassera ...

Le conseiller social n'a pas tout à fait tort. C'est pourquoi, le soir même du 19 mars, au journal télévisé, François Fillon en même temps qu'il rejetait séchement toutes les revendications, appelait à "l'unité nationale" et annonçait qu'il se réunirait chaque mois avec les syndicats dans un "comité de suivi" des dispositions gouvernementales d'accompagnement des désastres de la crise ...

Le Premier ministre prend ses désirs pour des réalités. D'abord parce qu'à FO nous refusons de nous associer à un quelconque dispositif corporatiste d'accompagnement de la catastrophe sociale! Certes M. Fillon peut compter sur la CFDT, toujours prête à cogérer, et sur "l'esprit de responsabilité" de la CGT qu'il saluait publiquement en 2003... Mais ensuite, parce que c'est sans compter sur la classe ouvrière qui, une fois de plus le 19 mars, a manifesté sa disponibilité pour casser la volonté gouvernementale et patronale de lui faire payer la crise...

(1) - Dont une des conséquences fut l'accession à la papauté du polonais Karol Wojtyla ...

Note: JA