InFOrmation syndicale

MERCREDI 22, JEUDI 23, VENDREDI 24 JANVIER GRÈVE ET MOBILISATIONS "PUBLIC_PRIVÉ" - 3 AU 7 FÉVRIER STAGE "DÉCOUVERTE ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

RETRAITES :
Les Unions Départementales FO/CGT/FSU/Solidaires de Loire-Atlantique appellent à poursuivre et amplifier la mobilisation de toutes et tous, salariés du privé comme du public, jusqu’au retrait.
Mobilisations "Public-Privé" :
- Mardi 14 janvier : Nantes, 8h45 Rectorat de Nantes & 10h30, Miroir d’eau ; Saint-Nazaire, Ancenis et Châteaubriant, (lieu et heure à déterminer).
- Mercredi 15 janvier : Nantes, 17h30, miroir d'eau ; Saint-Nazaire, 6h00, Rond point accès termninal méthanier & 7h00, Painboeuf Usine Framatome.
- Jeudi 16 janvier : Nantes, 10h30, Miroir d'eau ; Saint-Nazaire, 10h30, Place de l'Amérique Latine ; Ancenis, 10h30, Pont d'Ancenis ; Châteaubriant, 10h30 Mairie.
- Vendredi 16 janvier : Saint-Nazaire, 6h00 dépôts STRAN et ALEAO & 9h30 Mairie de Montoir.

09 juillet 2014

Accord salarial arraché chez Applix par FO et la CGT ... confrontées à un torpillage CFDT


Les NAO 2014 viennent de se terminer par un accord salarial à l'arraché chez Applix (fabricant d'autoaggripants employant un peu plus de 400 salariés au Cellier près d'Ancenis et une centaine d'autres à Pontchâteau).
FO et la CGT avaient un cahier revendicatif très proche, ce qui devait permettre l'action commune des deux syndicats lorsque la discussion avec la direction tourna au bras de fer :  4% d'augmentation générale, un jour de carence en moins sur les arrêts maladie, et mise en place d'une prime d'ancienneté.

Ce à quoi la direction contre-proposa lors de la seconde séance de négociation, provoquant un clash avec FO et la CGT:
  • 1% en AG, plus 0,2% en AI,
  • 1/2 journée de carence en moins,
  • passage de 50% à 60% de la part patronale dans la protection mutualiste (une demande de la CFDT).

FO et la CGT demandèrent alors une suspension de séance pour rendre compte aux salariés des propositions patronales estimées insuffisantes. S'en suivit un débrayage à l'appel conjoint de FO et la CGT, et auquel bien sûr le cheval de Troie patronal CFDT ne s'associa pas.
Le syndicat jaune en fut pour ses frais : 90% du personnel de la production ainsi qu'un nombre significatif des personnels des bureaux cessèrent le travail. A noter que le mouvement affecta les deux sites, bien que la CFDT soit la seule organisation implantée à Pontchâteau.

Lors de la reprise des discussions consécutive au débrayage, la direction tenta de camper sur ses contre-propositions originelles, ne les modifiant qu'à la marge. D'où de nouvelles suspensions de séance à la demande de FO et la CGT, qui revinrent à la table des négociations avec  une proposition de compromis, à laquelle la direction n'eut d'autre solution que de se rallier :
  • 1,5% en AG, impactée sur toutes les primes existantes,
  • 0,2% d'augmentation des AI,
  • 1/2 journée de carence en moins sur les arrêts maladie,
  • passage de 50% à 60% de la prise en charge patronale des cotisations mutualistes.