InFOrmation syndicale

LUNDI 10 DÉCEMBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - DU LUNDI 17 AU VENDREDI 21 DÉCEMBRE FORMATION "DÉCOUVERTE DE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

L'AGENDA 2019 EST DISPONIBLE ! ...à commander.

29 septembre 2014

FO et CGT ont fait plier les "managers" de Manitou


L'obstination des dirigeants de Manitou Group à optimiser sur les 4 sites du groupe (Ancenis, Beaupréau et Candé en Maine-et-Loire, ainsi que Laillé en Ille-et-Vilaine)  le coût du travail, s'est "scratchée" en juillet dernier sur la résistance victorieuse de FO et la CGT, soutenues par tout le personnel.


L'arbitraire patronal sur toute la ligne ...
Jouant la carte de la division entre les personnels cadres et non-cadres, la direction avait entrepris, à l'occasion des NAO 2014, de mettre un coup d'arrêt, quasi-historique, à la pratique contractuelle plus que trentenaire dans l'entreprise, où les négociations salariales débouchent, sauf rarissimes exceptions, sur des accords signés par FO améliorant substantiellement d'année en année le pouvoir d'achat des métallos.
Intransigeante et provocatrice, la direction de Manitou proposa donc en décembre dernier pour solde de tout compte pour l'année 2014 une AG de seulement 1,30% pour les ouvriers, employés, techniciens et dessinateurs (EDT) rémunérés en-dessous du coefficient 255, ... et limitée à 0,8% pour les EDT atteignant ou dépassant le coefficient 255.
N'ayant pu obtenir aucune signature syndicale sur ces bases, elle décida alors l'application unilatérale de ses propositions.

Ce faisant, elle se mettait dans l'illégalité, car cette augmentation différenciée de 1,30% ou de 0,80% selon la position des salariés par rapport à l'indice 255, violait les dispositions de deux accords d'entreprise   signés, l'un en 2003 sur "le statut de la maîtrise d'atelier", l'autre en 2008 sur "l'individualisation des salaires EDT".

Sur ce contentieux salarial 2014, deux autres, relatifs à l'organisation du travail mais non sans incidences pécuniaires, vinrent se greffer au cours des derniers mois :
- premièrement l'annonce, lors du comité d'établissement du 18 juin dernier, de la suppression, sur une ligne de production à Ancenis, du travail en équipes 2x8... et par ricochet des primes liées.
Pas moins de 120 salariés non cadres étaient concernés par cette décision pouvant leur faire perdre à terme aux alentours de 200 euros/mois, puisque le maintien provisoire de la prime 2/8 aux intéressés était programmé dégressif jusqu'à extinction,
- deuxièmement, le projet de filialisation de l'activité "magasinage" sur le site de Candé, avec là encore risque de perte des avantages collectifs et individuels pour les salariés non-cadres impactés.

... mis en échec par le front FO-CGT
Convaincus, à l'issue du comité d'entreprise du 18 juin, de la détermination de la direction à aller jusqu'au bout de ses projets en l'absence de riposte massive des salariés,  FO (majoritaire dans la groupe) et la CGT décidèrent alors d'appeler les travailleurs à des débrayages réguliers à compter du 4 juillet, jusqu'à ce que la direction accepte l'ouverture d'une négociation sur l'ensemble des revendications accumulées.

Sentant le vent du boulet et bien consciente de l'incapacité de sa béquille CFDT à faire échec aux débrayages programmés à compter du 4 juillet, la direction prit alors la sage et réaliste décision d'ouvrir ... l'avant-veille du premier débrayage annoncé, une négociation sur les revendications portées par Force Ouvrière et la CGT.
... Et si le cahier revendicatif n'a pas été satisfait dans son intégralité, la négociation s'est soldée par une belle victoire syndicale, avec une appréciable quantité de grain à moudre :

- coup de pouce salarial 2014 porté à 1,80%, au lieu des 1,30 et 0,8% selon l'indice stipulés par la décision unilatérale de la direction exposée ci-dessus. (Ce qui, par ricochet, rétablit le respect par la direction des deux accords d'entreprise de 2003 et 2008 applicables à la maîtrise et aux EDT),

- concernant le passage des "2x8" en "journée" sur le site d'Ancenis : une petite vingtaine de postes en 2x8 seront offerts prochainement ; et la dégressivité de prime 2x8 pour les postes 2x8 supprimés sera améliorée (notamment par deux mois supplémentaires de perception à 100%),

- en cas de filialisation de l'activité "magasinage" à Beaupréau la direction s'engage au maintien des avantages collectifs et individuels acquis, et en cas de suppression d'emplois à des reclassements.

"Quand on nous cherche, on nous trouve", aimait à répéter Jean-Yves Brochard, ancien secrétaire de la section FO de Manitou et ancien secrétaire-adjoint de l'UD, aujourd'hui retraité.
La leçon de chose vient d'être administrée grandeur nature à l'actuelle direction de l'entreprise, qui sera donc désormais bien avisée de mettre de l'argent sur la table et renouer avec la pratique contractuelle, si elle veut que FO sorte le stylo pour signer des accords salariaux.