InFOrmation syndicale

LUNDI 10 DÉCEMBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - DU LUNDI 17 AU VENDREDI 21 DÉCEMBRE FORMATION "DÉCOUVERTE DE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

L'AGENDA 2019 EST DISPONIBLE ! ...à commander.

23 février 2018

Trop, c’est trop ! Grève nationale le 22 mars dans la fonction publique

Après la mobilisation générale des agents de la pénitentiaire et la grève massivement suivie dans les EHPAD le 30 janvier dernier, un vent de colère se lève au sein des trois versants de la Fonction publique (état, territoriale, hospitalière). Et même au-delà. Le pouvoir d’achat des fonctionnaires est en baisse. Le point d’indice est gelé pour la 7ème fois en 8 ans.  Son existence même est remise en cause, ainsi que celle du statut général de la fonction publique. L’augmentation de la CSG est mal compensée, tandis que le jour de carence est restauré...

A travers son programme « Action publique 2022 », le gouvernement intensifie ses attaques contre les fonctionnaires : 60 milliards d’euros de coupes budgétaires supplémentaires, 120 000 suppressions de postes, de nouvelles privatisations de services publics, la remise en cause du recrutement statutaire... Suite à ces annonces inacceptables, les fédérations de fonctionnaires FO – CGT – FSU – Solidaires – CFTC – CGC – FAFP appellent à la grève dans la fonction publique pour le jeudi 22 mars 2018.
D’ores et déjà, d’autres secteurs d’activités se rallient à la grève, notamment le syndicat FO cheminots, vent debout contre le contenu du rapport Spinetta. Trop, c’est trop ! Tous en grève le 22 mars !

La section FO Fonction publique de Loire-Atlantique appelle les personnels des trois versants de la fonction publique à la grève le 22 mars pour l’abandon du programme « Action publique 2022 » et revendique notamment :
  • Le dégel de la valeur du point d’indice et le rattrapage des pertes subies depuis 2000 ;
  • L’arrêt des suppressions de postes et les créations statutaires nécessaires au bon fonctionnement des services : non à la suppression de 120 000 postes ;
  • La défense du statut général de la fonction publique contre l’individualisation des carrières et des rémunérations, mise en œuvre à travers le RIFSEEP (primes au mérite) et PPCR, dont FO revendique le retrait ;
  • La défense des accords ARTT remis en cause dans nombre de collectivités et de services déconcentrés ;
  • L’abandon des Groupements Hospitaliers Territoires (GHT) qui, associés aux contrats locaux de retour à l’équilibre financier des hôpitaux, entraîneraient la suppression de 22 000 postes ;
  • L’abandon de la possibilité de licencier les fonctionnaires hospitaliers pour raisons de santé par la modification des articles 92 à 95 du statut ;
  • Dans les EHPAD publics et privés, l’application du « Plan Solidarité Grand âge » de 2006 avec le ratio d’un agent par résident et l’abandon de la convergence tarifaire qui va se traduire par des suppressions massives de postes ;
  • La titularisation des personnels contractuels : non à la précarisation croissante des agents publics et au « contrat statutaire » prôné par le gouvernement, au mépris des règles statutaires ;
  • L’abrogation du jour de carence ;
  • Le maintien du Code des pensions civiles et militaires et des régimes particuliers…