InFOrmation syndicale

LUNDI 5 NOVEMBRE COMMISSION ADMINISTRATIVE - DU MARDI 20 AU JEUDI 22 NOVEMBRE FORMATION "NÉGOCIER" ...

Le 4 pages "Spécial Retraites" est disponible à l'Union Départementale FO44.

16 avril 2018

[COMMUNIQUÉ] Centrale de Cordemais

Communiqué de l’Union départementale CGT-FO de Loire-Atlantique - 26 mars 2018
L’Union Départementale Force Ouvrière de Loire-Atlantique dénonce le fait que la centrale thermique de Cordemais soit sacrifiée sur l’autel de la « transition écologique » et constate qu’il n’existe aujourd’hui aucun véritable plan B permettant d’assurer la pérennité du site. Le projet en cours « Ecocombust », dont le budget actuel est dérisoire, ne peut en effet à lui seul maintenir l’intégralité de la puissance électrique actuelle, ni les 2 000 emplois directs et indirects (dont ceux du port autonome).

Le projet « Ecocombust », selon les scénarios envisagés, ne pourra produire au mieux que 660 MW, soit le quart de la puissance installée à Cordemais avant la fermeture des tranches fioul.


L’Union départementale Force Ouvrière de Loire-Atlantique est bien sûr sensible aux questions liées à la pollution, avec ses conséquences sur la santé des salariés et de leurs familles. Cependant, il n’y a pas d’urgence à réduire la production d’électricité à base de charbon en France : cette dernière ne représente que 1,4% de la production nationale totale, contre plus de 40 % dans le monde et plus particulièrement en Allemagne. La fermeture des centrales à charbon d’ici 2022 répond en réalité à un dogme, celui de la décroissance, dont les effets sont dévastateurs pour l’industrie et l’emploi.

Dans ce contexte, l’Union Départementale Force Ouvrière de Loire-Atlantique revendique le maintien de toute la puissance électrique installée à Cordemais et le maintien de tous les emplois. Pour ce faire, un véritable projet industriel pérenne doit être mis en oeuvre par la construction de nouvelles unités de production. Il en va de la sécurité énergétique du Grand Ouest.