InFOrmation syndicale

27 NOVEMBRE 2020 À 17H00 CONTRE LA "LOI SÉCURITÉ GLOBALE" RASSEMBLEMENT À ST NAZAIRE PLACE DE L'AMÉRIQUE LATINE -- 27 NOVEMBRE 2020 À 17H30 CONTRE LA "LOI SÉCURITÉ GLOBALE" RASSEMBLEMENT À NANTES DEVANT LA PRÉFECTURE -- 8 AVRIL 2021 Xème CONGRÈS DE L'UNION DÉPARTEMENTALE DES RETRAITÉS -- ...

18 mars 2020

COVID-19 : La fermeture de toutes les entreprises, administrations et établissements doit être annoncée !

Depuis hier matin, au lendemain de l'intervention du Président de la République, les responsables de l'Union Départementale FO sont assaillis de demandes venant de tout le département, même là où il n'y a pas de syndicat FO installé. Les salariés ne comprennent pas à juste raison les consignes données. On ne peut pas demander à une partie de la population de rester confinée et à une autre d’aller au travail comme si de rien n’était. On ne peut pas dire d’un côté que le COVID-19 met en danger la santé, la vie même des salariés et de la population et ne prendre dans les faits aucune mesure sérieuse pour les protéger. Cette attitude est à l’image de la décision du président de la République de maintenir le 1er tour des élections.
S'il y a un risque sanitaire, alors la fermeture de toutes les entreprises, administrations et établissements doit être annoncée, en dehors des activités de première nécessité. A Airbus, aux Chantiers Navals, à Manitou et dans de nombreuses entreprises du département, nous avons demandé et obtenu la fermeture totale ou partielle des sites industriels. Nous nous en félicitons.

Et il y a la question des congés. Le gouvernement a annoncé prendre le coût du chômage partiel en totalité. Et pourtant certains employeurs font pression pour que leurs salariés s’absentent sur leurs congés principaux, ce qui n’est bien entendu pas acceptable. Des « bruits » courent selon lesquels « une prise anticipée » des congés d’été pourrait être autorisée par le gouvernement. Nous reviendrons sur cette question. Rappelons simplement que nous demandons la prise en charge à 100% de l’indemnisation du chômage, c’est-à-dire bien au-delà des 84% actuels. A situation exceptionnelle, décisions exceptionnelles !

Dans son intervention, le Président de la République a osé rendre hommage aux personnels médicaux, après les avoir méprisés et même gazés et matraqués à l’occasion des grèves qui se sont déroulées ces derniers mois. Le gouvernement promet des dizaines de milliards d’euros aux employeurs pour faire face à la crise sanitaire actuelle. Il est de sa responsabilité avant tout de mettre tous les moyens nécessaires pour créer les lits d’hospitalisation, les postes de médecins, infirmières, soignants et non soignants et revaloriser le point d’indice de manière significative. Pour combattre efficacement le coronavirus, pour répondre à la crise sanitaire, il faut répondre aux revendications urgentes des personnels de santé et de toutes celles et ceux qui assurent le service public.


Au CHU de Nantes, la situation est tendue. Il y a un manque de matériel de protection (masques, etc.). Et au vu de l’épidémie à venir, il risque de ne pas y avoir suffisamment de lits de réanimation ou de lits de soins intensifs pour tous les malades. Au CHU, Il y a 165 respirateurs de réanimation, 78 lits de réanimation et 22 lits de soins intensifs et ça risque de ne pas être suffisant dans les jours qui viennent. Va-t-on se retrouver dans la même situation qu’en Italie où les praticiens hospitaliers en viennent à choisir les patients à soigner en fonction de leur âge ?

Enfin, le Président de la République a décidé de suspendre la « réforme » des retraites et de reporter celle de l’assurance chômage. Nous prenons acte de ces annonces, mais considérons que le Président de la République serait bien inspiré de les retirer tout simplement.

____ __ _
Voir le communiqué du 16 mars : Tout doit être mis en œuvre pour protéger la santé de la population