InFOrmation syndicale

VACANCES DE FO44.ORG DU 24 JUILLET AU 17 AOÛT -- 6 SEPTEMBRE RÉUNION D'INFORMATION "DERNIÈRES ACTUALITÉS DE LA PROTECTION SOCIALE" -- 27 SEPTEMBRE ASSEMBLÉE DES MILITANTS SALLE FESTIVE NANTES ERDRE -- ...

02 juillet 2021

Nous sommes prêts au combat

par Michel Le Roc’h, secrétaire général de l’UD CGT-FO de Loire-Atlantique


Deux électeurs sur trois ne sont pas allés voter ce dimanche, confirmant ainsi la tendance du 1er tour ; un véritable tsunami donc !

Ce qui s'est exprimé à l'occasion de ces élections, c'est le rejet des mesures prises depuis plusieurs années qui conduisent à abaisser le coût du travail, à liquider les garanties collectives et les services publics. Dans le même temps, une minorité profite abondamment des milliards d'euros économisés ici et là. Les salariés de la fonderie de Bretagne dans le Morbihan, confrontés à une restructuration en profondeur ont même brûlé leurs cartes d'électeurs en guise de protestation. C'est là tout un symbole.


Le parti présidentiel atteint péniblement 3 % des électeurs inscrits et pourtant, comme si de rien n'était, plusieurs proches du président poussent le gouvernement à remettre sur le tapis la « réforme des retraites », en commençant par reculer l'âge de départ à la retraite à 64 ans.

Disons-le clairement, si le gouvernement veut jouer à ce petit jeu, il nous trouvera face à lui. Le syndicat FO groupe RATP a déclaré le 9 juin dernier : « nous n'accepterons ni l'allongement de la durée de cotisation, ni le recul de l'âge de départ, ni la suppression des régimes spéciaux ». Les salariés de la RATP ont été les premiers le 5 décembre 2019 à lancer la grève contre le régime « universel » par points. Ils sont prêts au combat et nous également.

Nous pouvons compter sur la détermination qui s'est exprimée ces dernières semaines dans plusieurs secteurs, à Daher, Auchan ou Mindin pour les salaires ou encore au rectorat de Nantes pour les conditions de travail. Le mécontentement touche toutes les couches de la population. La manifestation de 2000 agents et habitants de la ville de Mayenne (53), avec les élus locaux, pour la sauvegarde de la chirurgie conventionnelle de l'hôpital local le 26 juin dernier, a surpris plus d'un commentateur. Le 8 juillet, à nouveau, nous serons avec nos camarades FO de l'hôpital de Mayenne pour exiger le maintien des services de chirurgie orthopédique, traumatologique, viscérale et de la surveillance continue. à Paris, ce sont 600 manifestants qui se sont retrouvés le 24 juin contre le projet de fermeture des hôpitaux Beaujon et Bichat au profit d'un nouvel hôpital, avec à la clé les suppressions de lits (300) et de postes (1 000).

Comment comprendre cet acharnement à vouloir supprimer des moyens à l'hôpital ? Avec la pandémie, des patients sont morts chez eux ou en Ehpad, faute de places en nombre suffisant dans les services de soins adaptés... et le gouvernement continue à fermer des lits !

Tout ceci est inacceptable et il nous faut préparer les conditions de la mobilisation. De ce point de vue, nous ne pouvons que nous féliciter du communiqué commun des confédérations de ce jour :

« L’heure est à la nécessaire défense des droits et à la satisfaction des revendications :

  • Un vrai travail avec un vrai salaire pour toutes et tous, l’égalité professionnelle femmes/hommes ;
  • Des augmentations de salaire, pensions et minimas sociaux ;
  • L’arrêt des licenciements et la fin des dérogations au code du travail et garanties collectives ;
  • L’abandon définitif des contre-réformes des retraites et de l’assurance chômage ;
  • L’arrêt des fermetures de services, des suppressions d’emplois, du démantèlement et des privatisations dans les services publics et la fonction publique et le renforcement de leurs moyens ;
  • Le rétablissement de tous les droits et libertés. (...)

Les organisations syndicales affirment leur détermination et entendent lancer un avertissement au gouvernement et au patronat.

Elles sont prêtes et déterminées à appeler à la mobilisation interprofessionnelle la plus large, y compris par la grève, avec l’ensemble des travailleurs, des jeunes et des retraités qui se battent et agissent justement pour leurs droits et la justice sociale. D’ores et déjà, elles décident de réunir une intersyndicale le 30 août. »


C'est dans ce contexte que nous appelons tous les militants à participer à l'assemblée que nous organisons le lundi matin 27 septembre dans la salle festive Nantes Erdre.

Oui, nous sommes prêts au combat à venir.