InFOrmation syndicale

MARDI 1ER MAI À 10H45 MEETING À L'UNION DÉPARTEMENTALE - LUNDI 14 MAI À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE - LUNDI 14 MAI À 14H30 RÉUNION ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DANS LA FONCTION PUBLIQUE - DU MARDI 15 AU JEUDI 17 MAI STAGE DE COMMUNICATION ORALE - DU LUNDI 18 AU VENDREDI 22 JUIN STAGE CE/CSE -

Vacances de FO44.ORG du 23 avril au 3 mai 2018

06 février 2013

Enseignement: APPEL À LA GRÈVE LE 12 FÉVRIER

90% des instituteurs de la région parisienne en grève le 22 janvier dernier pour exiger le retrait du projet de décret Peillon sur les rythmes scolaires et l'abandon de son projet de loi sur la "refondation de l'Ecole" : l'onde de choc ébranle non seulement le ministre et ses contre-réformes, mais par delà également le gouvernement,

PEILLON, SI TU CONTINUES...

D'autant qu'à la révolte des enseignants se conjugue, comme nous l'avons déjà souligné, celle croissante des élus locaux. ... Et qu'avec les autres dossiers explosifs (Florange, l'automobile, l'accord MEDEF-CFDT à transposer, etc.) cela pourrait, dans le contexte actuel, favoriser la formation de la nuée porteuse d'orage social.

En Loire-Atlantique, les syndiqués du SNUDI-FO sont sur pied de guerre. Ils se sont retrouvés à pas moins d'une cinquantaine le 25 janvier dernier pour leur congrès départemental annuel, où ils ont voté l'adresse en direction de leurs collègues qu'on lira ci-dessous.

Trois jours auparavant, les fédérations départementales enseignantes FO, FSU et CGT avaient déposé en préfecture une motion commune exigeant du ministre qu'il renonce à ses projets.
De plus, la lettre que M. Guerriau, sénateur-maire de St-Sébastien-sur-Loire, a adressée à Patrick Hébert, et que nous publions ci-contre, atteste de la montée des inquiétudes chez les élus municipaux face aux incidences pour les mairies de la refonte des "rythmes scolaires".

Appel intersyndical des Fédérations FO, CGT et SUD de l'Enseignement à la grève nationale le 12 février prochain.
___ __ _

___ __ _

L'appel aux enseignants lancé par les cinquante participants au congrès du SNUDI-FO 44
Cinquante enseignants réunis le 25 janvier 2013 ont largement débattu du projet de loi de "refondation» de l’école" et du projet de décret sur les rythmes scolaires.

Après la grève massive à Paris (90% de grévistes) du mardi 22 janvier, à l’appel de la quasi-totalité des syndicats,

Après les rassemblements du 23 janvier devant les Préfectures,

Après le succès de nos Réunions d’Infos Syndicales (RIS) en Loire-Atlantique, qui ont réuni plus de 100 collègues ces dernières semaines,

... il apparaît de plus en plus nettement que le Ministre Peillon est isolé et que les enseignants refusent :
- la territorialisation de l’école,
- la double tutelle Etat-Mairie,
- l’aggravation et la détérioration de leurs conditions de travail,
- l’augmentation des charges financières (déplacement et garde d’enfants le mercredi) dans un contexte de blocage des salaires et de suppressions de postes statutaires, conséquence de la règle d’or.

Ils exigent le retrait de tous les projets Peillon, notamment celui sur les rythmes scolaires, véritable cheval de Troie de la territorialisation de l’école.

Le congrès approuve la proposition de la FNEC-FP FO d’une grève nationale d’avertissement et soutient l’initiative de la FNEC-FP FO d’inviter toutes les fédérations syndicales à se réunir le 28 janvier 2013 pour en discuter et constituer le rapport de force pour gagner sur les revendications.

Le congrès mandate les instances nouvellement élues pour prendre, avec toutes les structures Force Ouvrière, les décisions nécessaires au plan départemental, en particulier poursuivre l’organisation de réunions FO dans les écoles.

Le congrès rappelle que les enseignants sont des fonctionnaires d’Etat et qu’ils veulent le rester, qu’ils refusent d’être placés sous la tutelle des conseils d’école et de tout groupe de pression, quel qu’il soit, réaffirmant par là leur attachement à l’école Publique, Laïque, une et indivisible.