InFOrmation syndicale

- Lundi 25 septembre 2017 : mobilisation FO et CGT Transports contre les ordonnances Macron
- Jeudi 28 septembre 2017 : mobilisation des retraités et retraitées
- La prochaine Commission Administrative élargie se tiendra le lundi 2 octobre à St Géréon. +d'inFO...

20 février 2013

MOBILISATION GÉNÉRALE LE 5 MARS


Le Comité confédéral national Force Ouvrière s’est réuni les 7 et 8 février à Paris. La lutte contre l’austérité et l’opposition unanime à l’ANI compétitivité-emploi ont été au cœur des débats. 

«Dans le contexte de crise qui perdure, il y a une grande convergence du CCN et une grande unité de vision dans l’organisation, c’est une force», s’est félicité Jean-Claude Mailly dans sa réponse au Comité confédéral national (CCN) Force Ouvrière, qui s’est tenu les 7 et 8 février derniers à Paris.




Deux semaines après le succès du meeting du 24 janvier à Paris, qui avait réuni 6.000 militants, le «Parlement» de FO reste plus que jamais déterminé à lutter contre l’austérité «triplement suicidaire: socialement, économiquement et démocratiquement».

À l’unanimité, les fédérations professionnelles et les unions départementales se sont félicitées de la non-signature par FO de l’accord interprofessionnel ANI compétitivité-emploi du 11 janvier 2013, «un texte nocif d’un bout à l’autre» pour David Lecomte de l’Eure.

Refusant la transposition de cet accord dans la loi, le CCN appelle, dans sa résolution, les salariés du public et du privé à cesser le travail et à manifester le 5 mars dans le cadre d’une action commune avec la CGT, l’autre organisation non-signataire du texte.

Dans les branches, la situation de l’emploi continue à se dégrader. Édouard Guerreiro a comparé le service juridique de l’Union départementale de la Côte-d’Or à un cabinet médical, avec un défilé ininterrompu de salariés licenciés. Frédéric Homez, de la Fédération des Métaux, a rappelé la situation dramatique de son secteur, notamment dans l’automobile et la sidérurgie. Marc Hébert, de l’Union départementale du Finistère, a évoqué le «tsunami social» qui menace l’agroalimentaire. Dans son département, les filières porcines et avicoles –15.000 salariés– pourraient s’effondrer dans les prochaines semaines, victimes du dumping social et de la concurrence européenne.

Dans sa réponse au CCN, Jean-Claude Mailly a estimé que le protectionnisme n’était pas un gros mot quand il s’agissait de protéger l’industrie ou l’agriculture nationales.

La fonction publique n’est pas mieux lotie. Philippe Grasset, de la Fédération des Finances, a dénoncé la modernisation de l’action publique (MAP), «qui ne remet en cause aucune mesure de la RGPP, mais lance de nouvelles explorations». Le tout sans négociations.

TSUNAMI SOCIAL

«Il y a un gel des salaires pour la troisième année consécutive et le jour de carence n’est toujours pas remis en cause, a dénoncé à la tribune Didier Bernus de la Fédération des Services publics et de Santé. Les fonctionnaires restent la variable d’ajustement budgétaire.» Gilles Goulm, de la Fédération FO Défense, s’est élevé contre la suppression de 12.000 emplois civils en quatre ans et le gel des embauches civiles en 2013.

Dans le Loir-et-Cher, «les deux tiers des effectifs publics ont disparu depuis 2007, ajoute Éric Gondy. FO a raison de se battre contre l’austérité et la casse du service public, qui est un droit et le bien de ceux qui n’ont plus rien». À Toulon, malgré 50 suppressions de postes, l’hôpital doit absorber une hausse d’activité de 10%. Plusieurs intervenants se sont félicités de la forte mobilisation des enseignants contre la réforme des rythmes scolaires et la territorialisation. Pour l’appel à la grève, initié par FO le 12 février, on attendait jusqu’à 90% d’instituteurs en grève dans certains départements.

Dans sa résolution, le CCN revendique l’augmentation des salaires et des allocations. Sur le chômage, Éric Peres, de FO Cadres, a dénoncé le rapport de la Cour des comptes, qui accuse les cadres de plomber l’assurance-chômage. «Il faut plutôt un retour à l’emploi», a-t-il lancé à la tribune. Sur les retraites, le CCN a réaffirmé son opposition à toute réforme systémique et revendique le maintien d’un financement pérenne de la protection sociale et des régimes complémentaires par la cotisation.

Si le CCN réaffirme son opposition aux lois de représentativité et revendique la libre désignation des représentants syndicaux, FO a consolidé lors des élections TPE sa troisième place au niveau national. Les résultats des élections aux cham-bres d’agriculture sont tombés durant le CCN. «Ils sont en hausse là où FO a présenté une liste», s’est félicité Jean-Claude Mailly dans sa réponse. FO arrive même en tête du scrutin dans les Alpes de Haute-Provence.
___ __ _
Emploi: NON À L'ACCORD SCÉLÉRAT MEDEF/CFDT !
Fléxisécurité: APPEL DE LA CGT ET DE FORCE OUVRIÈRE