InFOrmation syndicale

Vacances de FO44.ORG, du 22 décembre 2017 au 8 janvier 2018

12 mai 2017

Chimie : Le Comité national fédéral s’est réuni à Nantes

La fédération Chimie a tenu son Comité national fédéral du 29 au 31 mars 2017 dans les locaux de l'Union départementale. Ce dernier avait alors adopté, à l'unanimité, une résolution qui se concluait notamment ainsi : "Le CNF appelle ses syndicats à se saisir entre autre du 1er mai pour, plus que jamais, réaffirmer l'indépendance de l'organisation et lui donner un caractère syndical de résistance et de revendications !".
À suivre l'interview de Hervé Quillet, secrétaire général de la fédération Chimie

Interview parue dans L'Ouest Syndicaliste n°678


Peux-tu présenter la fédération Chimie, dont tu es le secrétaire général ?
La Fédéchimie regroupe les travailleurs de huit secteurs d'activité : l'Atome, le Caoutchouc, la Chimie, les Cuirs et Peaux, le Pétrole, la Plasturgie, le Textile et le Verre. Je viens pour ma part de la plasturgie, d'un équipementier automobile qui s'appelle Plastic Omnium. Au total, ces industries représentent 600 à 700 000 salariés. Nous avons été frappés de plein fouet par un nombre important de suppressions d'emplois, avec une accélération depuis la crise de 2008. La représentativité de Force ouvrière se situe entre 11 et 18 %.

Toute l'année 2016 a été marquée par le combat contre la loi Travail. Quels enseignements tires-tu de cette mobilisation ?
Tout d'abord, la Fédéchimie revendique clairement l'abrogation de la loi Travail et la défense des conventions collectives. Nous sommes confrontés à un patronat très déterminé, pour lequel la loi Travail est un outil favorisant les accords d'entreprise. Concernant la mobilisation en elle-même, on peut dire que FO a pris ses responsabilités. Le mouvement a été très intense, notamment dans la pétrochimie où FO est majoritaire à Feyzin et à Grandpuits.

Que peux-tu dire à propos de la création d'une section FO à la raffinerie de Donges, dans le secteur de la pétrochimie justement ?
La création de cette section est bien sûr une très bonne nouvelle. Nous avons également la création d'une section au Havre, en Normandie, dans ce même secteur de la pétrochimie où c’est tout un pan de la CFDT qui rejoint notre organisation syndicale. C'est un point de développement très important pour FO.

Souhaiterais-tu ajouter quelque chose pour conclure notre échange ?
Je souhaite tout d'abord remercier l'Union départementale de la Loire-Atlantique, qui nous a accueillis dans d'excellentes conditions. Mais je tiens surtout à réaffirmer que l'on continue le travail revendicatif : élections ou pas, on continue ! On revendique l'abrogation de la loi travail, de la loi Macron, de la loi sur la représentativité et de toutes les mesures d'austérité.