InFOrmation syndicale

LUNDI 10 DÉCEMBRE À 9H30 COMMISSION ADMINISTRATIVE DE L'UNION DÉPARTEMENTALE - DU LUNDI 17 AU VENDREDI 21 DÉCEMBRE FORMATION "DÉCOUVERTE DE FO ET MOYENS D'ACTION DU SYNDICAT" - ...

L'AGENDA 2019 EST DISPONIBLE ! ...à commander.

06 juillet 2012

ACCORD SALARIAL À IDEA-SERVICE

+ 2,3% d'Augmentation Générale à IDEA-Service (manutention et logistique, Château-Bougon)

Après quatre réunions de négociations salariales dans le cadre de la pratique contractuelle, le syndicat CGT-FO et la direction d'IDEA-Services ont trouvé un accord salarial pour 2012, alors que dès la première réunion la direction annonçait une augmentation des salaires de 2,5% en masse pour 2012.

Le syndicat, lui, revendiquait une augmentation générale en niveau (et non en masse) de 2,3% pour tous les salariés. Tout au long de la négociation, le syndicat a maintenu et défendu cette revendication.

Cette détermination a payé et permis d’obtenir un bon accord salarial 2012
Celui-ci prévoit :
  • une augmentation générale des salaires en niveau de 2,3% avec effet rétroactif au 1er janvier,
  • une revalorisation de la grille des salaires en moyenne de 4,38% au 1er mai,
  • l’intégration dans le salaire de base des primes liées au poste de travail sur 3 ans avec un minimum de 48€ au 1er mai,
  • la revalorisation de la prime de transport de 2,63% au 1er mai,
  • une augmentation individuelle de 0,77% avec un talon de 25€ au 1er mai,
  • la mise en place d’une prime de remplacement de 75 €, avec un minimum de 25 € pour 4 jours consécutifs de remplacement.

Le syndicat a réuni ses syndiqués le 18 mai 2012 à l’Union Départementale FO44, pour leur expliquer le projet d’accord salarial et leur demander leur avis sur une éventuelle signature.

Après discussion l’assemblée générale a voté à l’unanimité pour la signature de cet accord salarial 2012.

Pour le syndicat de la Manutention des services et logistique, après analyse, cet accord salarial 2012, malgré des négociations difficiles, est un excellent exemple, puisqu’il garantit et améliore le pouvoir d’achat des salariés en niveau dans le cadre de la pratique contractuelle, et qu’il ne s’inscrit pas dans la politique de rigueur et d’austérité menée depuis le début de la crise mondiale en 2008.